Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nos combattants pour la vie au Venezuela

Nous, les Cubains, nous ressentons un profond attachement au principe de souveraineté, nous sommes fiers de notre indépendance, jamais nous ne nous n’admettrions qu’on fasse aux autres ce que nous ne voulons pas qu’on nous fasse

Ces derniers jours, le président des États-Unis Donald Trump a menacé Cuba d’un blocus total et de mesures au plus haut niveau, tandis que John Bolton accusait l’Île de « contrôler » le gouvernement de Nicolas Maduro.

Ce mensonge est répété sans vergogne par les plus hauts personnages du gouvernement yankee, et Donald Trump ordonne à Cuba de retirer les « 20 000 soldats cubains du Venezuela », et promet même une nouvelle ouverture si nous « ôtons les mains de Caracas ».

Nous, les Cubains, nous ressentons un profond attachement au principe de souveraineté, nous sommes fiers de notre indépendance, jamais nous n’admettrions qu’on fasse aux autres ce que nous ne voulons pas qu’on nous fasse. Notre drapeau n’a jamais été mercenaire. Le Venezuela, terre de la clarinada (vibrant appel), des braves soldats de Bolivar, celui qui fit trembler un empire, n’a besoin de personne pour sauvegarder son honneur, ses valeurs et sa dignité. Les Vénézuéliens se suffisent à eux-mêmes.

Dans le camp de ceux qui aiment se trouvent les troupes pour la vie, nos médecins qui, d’un bout à l’autre du pays, travaillent au Venezuela, du côté du devoir. En République bolivarienne du Congo, des milliers de spécialistes cubains de la santé, du sport, de la culture, de l’éducation, de la communication, de l’agriculture, de l’alimentation, de l’industrie, des sciences, de l’énergie et des transports apportent eux aussi leur solidarité.

La Révolution bolivarienne a placé l’être humain au centre de tout, pour la première fois des millions d’oubliés et de marginalisés ont eu accès aux programmes de protection sociale d’un gouvernement qui a consacré 73 % de son PIB à l’investissement au profit de la majorité.

De cette volonté de faire pour le bien de tous sont nées les missions sociales, créées et soutenues par Chavez. Fidel a esquissé les principes fondamentaux de la coopération entre nos pays, et le reste était dans le cœur et l’âme d’un peuple en révolution, c’est ainsi que les Cubains se sont retrouvés à marcher en rangs serrés avec les Vénézuéliens.

Nos coopérants en santé sont répartis dans 24 États et 335 communes du pays. Ils vivent dans toutes les paroisses, offrent leurs services dans plus de 1 500 lieux de travail, partagent la vie quotidienne avec les plus humbles, tant sur une colline que dans les quartiers où vit la classe aisée. Personne n’est interrogé sur son militantisme politique ou ses convictions religieuses, et ils ne demandent pas d’argent non plus ; tout le monde est traité sur un pied d’égalité.

Ainsi, environ140 000 agents de santé cubains sont passés par le Venezuela, réalisant 3 300 000 opérations chirurgicales et sauvant 1 470 000 vies. À l’heure actuelle, il en reste plus de 20 000. 10 388 services de santé sont fournis par notre personnel soignant, et en dix ans seulement, 209 607 patients diabétiques ont été traités avec le médicament cubain Heberprot-P, ce qui a permis de réduire les cas d’amputation de membres à 3%, pour ne citer qu’un exemple de ces services. Ce sont des chiffres « alarmants » pour ceux qui dénigrent et prônent la haine.

Telles sont nos armes, telles sont nos « troupes » au Venezuela : notre armée de blouses blanches qui garantit la vie et la paix. Nous sommes du côté des partisans de la vie et de la solidarité.

Raul Antonio Capote

»» http://fr.granma.cu/mundo/2019-05-06/nos-combattants-pour-la-vie-au-venezuela
URL de cet article 34913
   
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.