RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Socialisme

Comment nous avons vendu l’Union soviétique et la Tchécoslovaquie pour des sacs de courses en plastique (Orénoque Tribune)

Andre VLTCHEK
Ca fait des mois que j'ai envie de partager une histoire avec les jeunes lecteurs de Hong Kong. Aujourd'hui, il semble que ce soit le moment le plus approprié alors que la bataille idéologique entre l'Occident et la Chine fait rage et que, par conséquent, Hong Kong et le monde entier en souffrent. Je tiens à dire que rien de tout cela n'est nouveau, que l'Occident a déjà déstabilisé tant de pays et de territoires, a fait subir un lavage de cerveau à des dizaines de millions de jeunes. Je le sais, parce que dans le passé, j'étais l'un d'entre eux. Si je ne l'étais pas, il serait impossible de comprendre ce qui se passe actuellement à Hong Kong. Je suis né à Leningrad, une belle ville de l'Union soviétique. Aujourd'hui, elle s'appelle Saint-Pétersbourg, et le pays est la Russie. Maman est moitié russe, moitié chinoise, artiste et architecte. Mon enfance a été partagée entre Leningrad et Pilsen, une ville industrielle connue pour sa bière, à l'extrémité occidentale de ce qui était autrefois la (...) Lire la suite »
35 

Une triple crise capitaliste, financière, économique et, sanitaire que le socialisme peut résorber.

Mohamed BENALLAL

« L’avenir n’appartient pas a ceux qui possèdent la force, mais à ceux qui détiennent la vérité » Benallal Mohamed

Devant cette monstrueuse nouvelle crise mondiale produite par un minuscule virus nommé « Corona », se rapportant au secteur de la santé des populations, les premiers grands responsables se sont vu dénuder devant leur incapacité et leur arrogance sans pareil ; les politiciens sont à court d’ idées, et la plus géniale comme arme , elle est issue de leur boniment pédantesque . Les lectures et les prédications se marchandent au souk des médias dominé par la financiarisation, et la globalisation gérée par l’empire de la haute finance. Les produits de ce marché (souk) sont tiraillés par des rapports de force entre ceux, qui pensent épouser l’égalité internationale, et la morale universelle, et ceux qui se sacrifient pour l’argent, leur unique intérêt principal. Ils n’hésitent pas à piétiner, ou à bien « serpiller » le commun des mortels ; l’être humain d’un coté et le profit égoïste de l’autre remplacent l’ ex équation de l’offre,et la demande du capitalisme sauvage globalisé par cet empire de la haute finance ,qui (...) Lire la suite »

Pandémie et socialisme : une magistrale leçon politique !

Bruno GUIGUE
Des démocraties occidentales décomposées, au bord de l'implosion sanitaire, incapables de faire face à l'épidémie alors que nous n'en sommes qu'au début, et dont les dirigeants versatiles nous disaient en janvier qu'il n'y avait aucun problème, en février que ce n'était qu'une mauvaise grippe, et début mars qu'il fallait aller voter et nous agglutiner en chœur sur les terrasses des bistrots. Des dirigeants occidentaux qui comptent sur une immunité collective synonyme d'extermination de nos aînés pour éteindre l'épidémie, mais qui se gardent bien de le dire et invoquent une guerre qu'ils ont déjà perdue faute de vouloir la gagner ; des incompétents et des corrompus vendus à Big Pharma qui répugnent à admettre des résultats qui semblent faire leurs preuves et qui méritent d'être testés de façon massive ; qu’il s’agisse du confinement, du dépistage ou du traitement, une indécision et une cacophonie qui donnent l’impression qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion. Sous les projecteurs, de curieux médecins qui, (...) Lire la suite »
18 

La nécessité de la socialisation des moyens de production (1) : la démocratie en entreprise

Thibaud
Nous ouvrons ici une série d’articles visant à expliquer certains aspects qui rendent nécessaire la socialisation des moyens de production. Mais qu’est-ce au juste que la socialisation des moyens de production ? Un bref rappel s’impose. En régime capitaliste, les moyens de production (terres, machines, bâtiments d’usines, bureaux, etc) sont la propriété quasi-exclusive (disons monopolistique) d’une infime minorité d’individus, la classe capitaliste. C’est sur le droit à cette propriété lucrative que se construit l’ossature de la société capitaliste. La socialisation des moyens de production n’est pas la nationalisation, au sens où l’on peut, au sein d’un régime capitaliste, nationaliser certaines entreprises, c’est-à-dire les faire devenir propriété de l’état, comme ce fut un temps le cas pour la quasi totalité des compagnies ferroviaires d’Europe. La nationalisation en régime capitaliste ne remet pas en cause le caractère capitaliste du mode de production dominant, même si elle fait passer dans le domaine (...) Lire la suite »

La nécessité de la socialisation des moyens de production (5) : réorganiser la production pour la satisfaction des besoins humains

Thibaud
Les gens, l’argent, le travail et le capital Dans ce dernier article nous allons expliquer les possibilités ouvertes par la socialisation des moyens de production en termes de remise de l’économie au service de l’humain. “Au service des gens, pas de l’argent”, la formule peut sembler convenue et naïve mais nous allons voir qu’elle peut être féconde, à condition de la prendre dans un sens marxiste. Cela passe par le fait de montrer qu’elle est contradictoire avec une analyse scientifique du réel tout en montrant que ce qu’elle exprime - mal - peut être formulé intelligemment. Qui sont les gens ? Qu'est-ce que l’argent ? Voilà ce qu’il faut se demander avant tout, car formulée ainsi la question se pose en termes de rapports sociaux, c’est une question politique avant tout, loin du fantasme anarchisant qui voudrait que l’argent soit en lui-même la cause de tous les maux - peut-être y a-t-il une part de vérité là-dedans mais il serait abscons de renverser l’ordre des priorités, la première question sur (...) Lire la suite »

La nécessité de la socialisation des moyens de production (2) : le temps de la politique

Thibaud
Nous avons vu dans un article précédent en quoi la démocratie en entreprise était rendue possible par le mode de production socialiste, contrairement au mode de production capitaliste qui consacre la dictature des intérêts d’une minorité d’actionnaires. Nous allons maintenant raisonner à l’échelle de la société dans son ensemble pour voir en quoi la socialisation des moyens de production rend possible une participation égalitaire des masses à la prise de décision à l’échelle de toute la société. Le mouvement des gilets jaunes a fait part, à travers sa revendication phare du référendum d’initiative citoyenne (le RIC) d’une plus grande participation des travailleurs à la prise de décision politique, dans l’esprit d’une réelle démocratie. Le PRCF a inclus dans son programme le référendum d’initiative populaire depuis 2012, en articulant cette mesure de démocratisation à un contenu de classe qui est le socle véritable de la démocratie. Rappelons qu’un Etat, tout démocratique qu’il soit, n’est jamais autre chose que la (...) Lire la suite »

“Venezuela” : le mot unique qui sert aux médias états-uniens à contrer la menace socialiste (FAIR)

Alan MACLEOD
Le socialisme — quel que soit le sens qu’on lui donne — revient à la mode. Un récent sondage de la firme Gallup (13/8/18) montre qu’une majorité de l’actuelle génération états-unienne y est favorable, et le préfère au capitalisme. Le leader du Socialisme démocratique Bernie Sanders est l’homme politique le plus populaire aux Etats-Unis, et les politiques de la nouvelle députée de gauche Alexandria Ocasio-Cortez d’imposer les grandes fortunes, de rendre gratuits les frais de santé et de scolarité dans les collèges publics, sont hautement populaires – même chez les électeurs républicains (FAIR.org,23/1/19). Inquiet face à la menace croissante de politiques progressistes à l’intérieur des Etats-Unis, l’establishment a découvert une arme faite d’un seul mot pour stopper la marée montante : Venezuela. Le jeu consiste à attaquer toute figure ou mouvement politique même vaguement orientées à gauche en les accusant de vouloir transformer le pays en un “champ de ruines socialiste” (Fox News, 2/2/19) dirigé par une (...) Lire la suite »
11 

Retour critique sur les "voies pacifiques au socialisme"

Georges GASTAUD
« C’est nous, l’institution, qui fixons le niveau de violence de départ. Plus la nôtre est haute, plus celle des manifestants l’est aussi ». (Un « haut responsable du maintien de l’ordre » cité par Le Monde Diplomatique de janvier 2019, p. 13). L’intensification de la violence d’Etat contre les forces populaires remet à l’ordre du jour la question des formes de la révolution socialiste à venir. Les pics de violence toujours plus élevés qui, à l’initiative des gouvernements maastrichtiens successifs, émaillent les affrontements de classes en France (luttes contre la loi El Khomri, 2016, batailles contre les contre-réformes Macron de 2017, crise des « gilets jaunes », décembre 2018) reposent objectivement la question du degré de violence qui marquerait la transition révolutionnaire menant du capitalisme au socialisme dans notre pays. En outre, l’actualité latino-américaine qui, du Brésil au Nicaragua en passant par le Venezuela, balaie l’illusion petite-bourgeoise d’un « socialisme du XXIème siècle » faisant (...) Lire la suite »

Monnaie, monnaie ! Capitalisme ou Socialisme ?

LUNITERRE
« Notre société est fondamentalement absurde et profondément injuste à cause d’un système monétaire qui est, de fait, une énorme supercherie. » C’est ce que nous dit Marc Jutier en présentation de son fort intéressant livre sur le sujet : « La monnaie pour les nuls »... Que le système monétaire actuel repose sur une escroquerie à grande échelle, on n’en doute pas, mais est-ce bien la cause fondamentale des maux que nous inflige le capitalisme ? Il réduit à très peu l’indépendance des nations et des États, nous explique-t-il, ce qui parait être une évidence à l’heure de la « mondialisation », mais est-ce là encore le bon fil de la réflexion ? Prenons le déjà par ce bout... Il est évident qu’un état ne peut être indépendant que s’il contrôle complètement sa propre monnaie. Même si ce n’est pas non plus le seul critère d’indépendance, tout aussi évidemment. Le contrôle de la création monétaire implique de contrôler les banques, c’est à dire, en pratique, de les nationaliser. Mais cela ne suffit encore pas à déterminer la (...) Lire la suite »
Pourquoi et comment Cuba a gagné la guerre contre les pesticides, insecticides, engrais chimiques.

Socialisme cubain et agroécologie : Le renforcement mutuel

Guillaume SUING

Il ne s’agit pas d’évaluer l’inclination naturelle ou spontanée du socialisme pour l’écologie, mais de mesurer, en matérialiste, en quoi tout pousse ce mode de production, quand même il ne le voudrait pas en première instance, sur cette voie. Ainsi c’est bien l’embargo imposé à Cuba en raison de son modèle social et économique qui l’a privé d’alternatives immédiates à l’importation d’engrais et pesticides lorsque le bloc socialiste s’est effondré en 1990-1991, dont la cause est bien l’hostilité de la chaîne impérialiste contre le socialisme

Celui-ci se fonde d’ailleurs depuis ses origines, avec la jeune Russie révolutionnaire, sur une souveraineté nationale solide... ce que d’aucuns appelaient alors le « socialisme dans un seul pays ». Une telle nécessité ponctuelle de « survivre » a déclenché la réalisation du modèle agroécologique cubain tel que nous le connaissons aujourd’hui. L’argument selon lequel ce serait à « l’obligation de changer » hors du giron soviétique et non le modèle cubain lui-même que Cuba devrait son succès actuel dans ce domaine, ne tient pas de ce point de vue. La réussite de sa politique agricole doit tout à la révolution cubaine, mais la renforce également en retour, à tel point que l’île poursuit aujourd’hui cette voie en rejetant la possibilité d’un retour aux vieilles pratiques par l’importation d’engrais chinois par exemple. Pour autant il faut noter que même à l’heure de son alignement sur le modèle agricole khrouchtchévien (lui-même aligné sur le modèle américain à l’époque), Cuba avait préparé, inconsciemment peut être, (...) Lire la suite »
37 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50