RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

2003 : quand Chirac s’opposait à la guerre en Irak

Drôle de hasard. L’ancien président de la France Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Au même moment je terminais le livre de Michel Carlier, ancien ambassadeur de Belgique, intitulé : Irak, le mensonge. Cet ouvrage publié en décembre 2008 démontrait comment les Etats-Unis, et leurs alliés, avaient envahi l’Irak de Saddam Hussein sous de faux prétextes (présence supposée d’armes de destruction massive, liens supposés avec le groupe terroriste d’Al-Qaïda). Mais il rappelait aussi comment la France s’était illustrée sur la scène internationale en réfutant cette intervention et en souhaitant une solution pacifique et diplomatique. Chose presque impensable aujourd’hui à l’heure où le suivisme est le plus souvent de mise.

« La guerre c’est toujours un échec et la pire des solutions ». Jacques Chirac

Cette position de la France, qui se distinguait alors du Royaume-Uni ou de l’Espagne qui allaient suivre aveuglement l’Oncle Sam, se caractérisait par le discours remarqué de Dominique de Villepin, Premier ministre de Jacques Chirac, le 14 février 2003 à l’ONU. Les mensonges qui conduisirent à la guerre furent rapidement démontrés et les massacres et autres actes de tortures de la coalition, ainsi que le chaos qui s’installa en Irak donnèrent raison à l’ancien président de la France.

Jacques Chirac fut aussi le premier président de la France à reconnaître la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs lors de la seconde guerre mondiale. Il faut le reconnaître. Tout comme il faut rappeler les autres facettes (négatives) de sa politique : participation aux guerres du Kosovo (1999) et d’Afghanistan (2001), politique intérieure axée sur le libéralisme, nombreuses affaires judiciaires.

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/09/26/2003-quand-jacques-chirac-so...
URL de cet article 35251
  

ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.