RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Étude de l’Université d’Économie d’Athènes

44,3% des grecs vivent actuellement sous le seuil de pauvreté d’avant-crise ! (ekathimerini)

Le site eKathiremini.com rapporte les résultats d’une étude du Groupe d’Analyse des Politiques Publiques de l’Université d’Économie et de Commerce d’Athènes selon lesquels 44% des grecs vivent actuellement sous le seuil de pauvreté de 2009 !
14% des grecs sont sous le seul d’extrême pauvreté (contre 2% en 2009)

"Le rapport du groupe suggère que, durant la crise, au lieu de renforcer le soutien aux chômeurs - qui est l’une des méthodes les plus efficaces pour raviver la demande - l’État a été contraint de le réduire.
 
Il ajoute que, outre les politiques d’austérité de ces dernières années, l’incapacité de l’État à contenir l’effondrement des structures sociales est due à l’absence de stratégies ciblées et l’utilisation inefficace des ressources, les problèmes qui collaient Grèce avant même le début de la crise." [1] (Katherimini)

Il convient d’analyser l’étude en respectant le traitement opéré par les auteurs qui distinguent 3 variables :

  1. Le taux de pauvreté pour 2013, calculé à travers le nombre de personnes sous le seuil de 60% du revenu médian de 2013.
  2. Le taux de pauvreté pour 2013, calculé à travers le nombre de personnes sous le seuil de 60% du revenu médian de 2009 (à prix constants)
  3. Le taux d’extrême pauvreté (mesuré à partir d’un seuil estimé selon le coût d’un panier de produits de base pour assurer un niveau de vie décent 233€ par mois pour une personne seule - 684€ pour un couple avec deux enfants).

Voici les résultats de l’étude :

1° Le taux de pauvreté pour 2013 calculé à travers le nombre de personnes sous le seuil de 60% du revenu médian de 2013 (revenu médian 720 euros : seuil de pauvreté 432 euros pour une personne seule, 908 pour un couple avec deux enfants) est de 22.3% contre 19.4% en 2009 et 21.4% en 2012 (calculé par rapport aux revenus médians de 2009 et 2012). (tableau page 3)

2° Le taux de pauvreté pour 2013 calculé à travers le nombre de personnes sous le seuil de 60% du revenu médian de 2009 (à prix constants) (revenu médian 1108 euros : seuil de pauvreté 665 euros pour une personne seule, 1397 euros pour un couple avec deux enfants) est de 44.3% ! (tableau page 5)

C’est le pourcentage de la population qui, avec ses revenus de 2013, aurait été considérée comme étant sous le seuil de pauvreté en 2009 avant le déclenchement de la crise.
Cette mesure est particulièrement pertinente pour mesurer la pauvreté "réelle" du pays. En effet, si le taux de pauvreté calculé sur la base du revenu médian de 2013 (1°) augmente peu c’est surtout parce que le revenu médian en Grèce a diminué de 388 euros en 4 ans depuis 2009, soit une baisse de 31.4% du salaire médian en 4 ans.

Tenir compte du seuil de pauvreté de 2009 permet de mesurer le taux de pauvreté de la population grecque par rapport au revenu "normal" d’avant-crise. Ce qui est la pauvreté ressentie par rapport à ce que les grecs gagnaient et à la manière dont ils vivaient en 2009.

L’estimation du taux est conservatrice car elle repose sur des prix constants depuis 2009. Or si la Grèce est cette année en déflation, son indice des prix à la consommation était positif en 2009-2010-2011-2012 et la déflation de cette année (-2.9%) ne compense pas l’inflation des années précédentes.

3° Le taux de pauvreté extrême (233€ pour une personne seule - 684€ pour un couple avec deux enfants) est de 14% contre 2.2% en 2009 et 10.8% en 2012.

Il est grand temps de nous féliciter que le PIB de la Grèce augmente de 0.1 point.

Kiergaard le 7 Janvier 2014.

»» Points de vue alternatifs

Texte de l’étude

Traduction automatique sommaire
Source : Nearly half of incomes below poverty line

Over 44 percent of the Greek population had an income below the poverty line in 2013 according to estimates by the Public Policy Analysis Group of the Athens University of Economics and Business ...

[1La phrase précise dans l’étude est : "le système de protection social en Grèce a omis de répondre à l’augmentation du nombre de chômeurs"


URL de cet article 23972
   
Même Thème
LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.