RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Contrer les risques sanitaires de l’utilisation abusive d’antibiotiques dans l’agriculture (m.medicalxpress)

L’utilisation abusive d’antibiotiques dans l’agriculture risque de mener à une crise sanitaire mondiale en multipliant les risques de voir se développer des bactéries résistantes pour les humains. Pour contrer ce risque le professeur d’économie Aidan Hollis propose de faire payer des droits sur l’utilisation non-humaine des antibiotiques.

Dans un article publié dans la revue New England Journal of Medicine, Aidan Hollis, professeur d’économie à l’Université de Calgary, et Ziana Ahmed, assistante de recherche à l’Université de Calgary (à l’époque de la recherche) exposent leur proposition pour réduire le risque induit par l’utilisation abusive d’antibiotiques à des fins non-humaines dans l’agriculture.

Le lien entre une utilisation extensive d’antibiotiques pour accroître la production agricole (empêcher qu’elle ne décline du fait des méthodes employées plutôt) n’est plus à démontrer. Quand la Food and Drug Administration (FDA) décide d’adopter des lignes directrices pour réduire l’utilisation d’antibiotiques dans l’agriculture, c’est en général qu’on a dépassé depuis longtemps le seuil d’alerte (article sur les lignes directrices - réactions).

Plus précisément, l’utilisation massive d’antibiotiques sur le bétail et les cultures augmente drastiquement le risque d’apparitions de bactéries mutantes résistantes aux traitements traditionnels, qui pourraient atteindre l’homme (et pas uniquement à travers la consommation). Alors que la grande majorité de l’utilisation des antibiotiques s’est faite en vue d’une augmentation de la productivité dans l’agriculture, Hollis affirme que la plupart de ces applications sont de « faible valeur ».

"Il s’agit d’augmenter l’efficacité de la nourriture de telle sorte que vous pouvez réduire la quantité de grain que vous donnez aux bovins", rapporte Hollis.

"Il s’agit de donner des antibiotiques pour des poussins, car cela réduit la probabilité qu’ils tombent malade quand vous les fourrez tous ensemble dans des conditions insalubres". "Ces méthodes sont évidemment profitables pour les agriculteurs, mais cela ne signifie pas qu’elles génèrent un avantage énorme. En fait, la rentabilité est généralement assez marginale". "La valeur réelle des antibiotiques est d’empêcher les gens de mourir. Tout le reste est trivial."

Si on regarde les chiffres, il a de quoi être inquiet : Aux États-Unis, 80% des antibiotiques sont utilisés dans l’agriculture et l’aquaculture (ultra-majoritairement pour le bétail). Ce qui fait près de 14 000 tonnes par an (si je ne me trompe pas sur l’échelle).

En tant que professeur d’économie, Hollis mobilise alors l’arme ultime contre cette dérive : la taxe ! Il propose de faire payer des droits d’utilisation aux acteurs qui utilisent des antibiotiques à des fins non-humaines. Il fait le parallèle avec les droits de coupes des forestiers et les redevances des compagnies pétrolières.

Une telle pratique permettrait de dissuader l’utilisation d’antibiotiques de faible valeur des antibiotiques, des coûts plus élevés encourageant les agriculteurs à améliorer leurs méthodes de gestion des animaux et à adopter de meilleures substituts comme médicaments, notamment les vaccins. La forme la plus efficace serait d’adopter un traité international selon lui, les bactéries ne s’arrêtant pas aux frontières, tous les pays sont plus ou moins concernés.

Si je vois mal un passage des lignes directrices de la FDA à un traité international sous peu, la portée de sa proposition restera sans doute faible. Mais le message est important et l’enjeu de santé de public l’est doublement. De la même manière que les thématiques relatives aux pesticides amènent à interroger l’impact sur la santé et questionne sur les moyens de réguler leur utilisation, l’utilisation d’antibiotiques à fins non-humaines doit amener une réflexion sur les impacts potentiels sur l’homme afin qu’une potentielle "crise de santé publique mondiale" soit évitée.

En Europe, le problème est bien identifié (trop tôt pour dire s’il est bien traité).
Voir notamment :

Kiergaard, le 25 Décembre 2013

»» http://www.points-de-vue-alternatifs.com/2013/12/contrer-les-risques-s...

Source : Extensive use of antibiotics in agriculture creating public health crisis, researcher says


URL de cet article 23874
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La guerre préventive a été inventée par Hitler. Franchement, je ne pourrais jamais prendre au sérieux quelqu’un qui viendrait m’en parler.

Dwight D. Eisenhower

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.