Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


8 mars : jour de la femme travailleuse et révolutionnaire ; pas celui des reines ni des exploiteuses

Les femmes sont la partie la plus maltraitée de la classe exploitée. Nous sommes victimes des guerres impérialistes, du pillage capitaliste qui appauvrit des régions et des pays entiers, des privatisations et de la précarité, et en plus, nous sommes victimes du machisme sans cesse promu par les médias et toute l’industrie culturelle du capitalisme. Parce que le capitalisme se maintient en fragmentant et en divisant la classe exploitée : c’est pourquoi l’industrie culturelle du capitalisme diffuse sans cesse des paradigmes de discrimination comme le machisme et le racisme. Nous sommes victimes du féminicide qui prolifère dans l’alliance inextricable entre le Patriarcat et le Capital.

Nous sommes les travailleuses exploitées, les étudiantes, les artistes, les chômeuses et les retraitées que l’on prive d’une vie digne, souvent même de nourriture, de logement, d’accès à la santé, d’accès à l’éducation, etc. Nous sommes privées de conditions de travail et de rémunération décentes par les capitalistes qui soutirent la plus-value de notre travail. Nous sommes les mères dont le travail au foyer n’est pas reconnu, celles qui restent dans une précarité absolue sans retraite. Nous sommes les femmes migrantes qui vont subir les pires exploitations : dans des ateliers de misère épouvantables, sous les pulvérisations de poison dans l’industrie agroalimentaire, acculées à l’exploitation de la prostitution ou à être chosifiées et pillées comme "ventres de location". Nous sommes les fillettes violées et forcées d’accoucher. Nous sommes désignées par ce système comme la Diane des frustrations aberrantes causées par ce même système, de la misogynie qu’il génère. C’est pourquoi le féminicide prolifère : parce que les médias banalisent la torture et toute discrimination aliénante inhérente au capitalisme, parce que la violence exercée structurellement entraîne la haine contre nous. Nous sommes les victimes du capitalisme et de sa barbarie, victimes du machisme que le Capital lui-même promeut, mais nous sommes aussi des femmes combattantes et révolutionnaires.

Le 8 mars n’est pas le jour des princesses ou des femmes d’affaires exploiteuses. Les femmes qui oppriment, les Christine Lagarde, les Thatcher, les Hillary Clinton et les autres, celles qui tirent profit de la dévastation des forêts, de l’oppression des populations, de l’asservissement dans des usines de cauchemar de milliers de travailleuses, celles qui tirent également profit de promouvoir le machisme par leurs médias d’aliénation massive, font partie de la classe exploiteuse, tout comme les hommes de la classe exploiteuse.

Le vrai féminisme est révolutionnaire, il lutte contre la classe exploiteuse et son système capitaliste : contre ce système qui promeut sans cesse des paradigmes d’oppression et de soumission comme le machisme ou le racisme.

Le Capital a intérêt à nous maintenir attachées à la division sexuelle du travail, aux services de soins non rémunérés, à la discrimination salariale en tant que femmes. Le Capital veut une classe exploitée pulvérisée et battue, empêchée d’arriver à l’unité par le machisme, le racisme, l’individualisme, la peur et autres aliénations que la classe exploiteuse se charge de cultiver. Face à une réalité aussi brutale, le réformisme, qui a toujours pour objectif d’empêcher les questionnements de fond, prétend confiner notre lutte et la rendre superficielle, en occultant son caractère de classe, en omettant la fonctionnalité du machisme pour le capitalisme. Le réformisme cherche à occulter que nous ne parviendrons pas à changer la culture profondément machiste qui prévaut dans le monde entier si nous ne nous saisissons pas des moyens de production et donc de diffusion et d’éducation.

Les chevaux de Troie de la bourgeoisie tentent de faire croire que les femmes exploiteuses sont nos sœurs, alors qu’elles participent aussi à perpétuer ce système qui dévore la nature, exploite les êtres humains (la classe ouvrière) et perpétue le machisme, le racisme, l’individualisme, les comportements et les discriminations fondamentaux pour le maintien de ce système pervers.

Les femmes révolutionnaires savent que la société de classes se perpétue par la violence : cette violence exercée par la classe exploiteuse (celle qui possède les moyens de production) contre les majorités exploitées et précarisées, et nous connaissons aussi la charge que représente le machisme pour l’unité de la classe exploitée. Nous luttons aussi pour un féminisme révolutionnaire, afin de pouvoir l’opposer à l’infâme récupération que le système tente de faire de la lutte féministe, avec ses chevaux de Troie et son discours de “sonorité interclasse" (comme si nous devions avoir de la sororité avec une capitaliste exploiteuse, une proxénète ou une crapule du complexe militaro-industriel pour le simple fait qu’elle soit une femme !).

Nous luttons contre toute exploitation, et notre lutte contre l’oppression de la femme travailleuse, nous la menons jour après jour contre le machisme et en luttant contre la racine qui est à la base des inégalités sociales : en luttant contre un système qui encourage l’oppression des femmes parce qu’il en a besoin comme mécanisme de domination et de division de la classe exploitée ; en luttant contre un système qui génère la violence machiste comme mode de contrôle social (comme perfide soupape aux frustrations qu’un tel système crée). Le féminicide fait partie de la barbarie d’un système économique, politique, social et culturel, le capitalisme, violent par essence et pervers dans sa logique. Un système basé sur l’exploitation des travailleurs et le pillage de la nature est un système qui doit banaliser l’exploitation, l’injustice sociale et la torture. La lutte pour l’émancipation des femmes et la lutte contre le capitalisme sont inséparables. Pour un féminisme révolutionnaire, qui n’est pas une photo de couverture mais une lutte quotidienne, qui lutte contre toute exploitation.

»» http://cecilia-zamudio.blogspot.com/2020/03/8-mars-jour-de-la-femme-tr...
URL de cet article 35756
   

"Pourquoi les pauvres votent à droite"
Thomas Frank
Titre original : What’s the matter with Kansas ? (2004, 2005, 2007) Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton Nouvelle édition. Première parution française dans la collection « Contre-feux » (Agone, 2008) À la fin des années 1960, la concurrence internationale et la peur du déclassement transforment un populisme de gauche (rooseveltien, conquérant, égalitaire) en un « populisme » de droite faisant son miel de la crainte de millions d’ouvriers et d’employés d’être rattrapés par plus déshérités qu’eux. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.