RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Honduras : soutenu par les États Unis, Porfirio Lobo légitime le coup d’État en lui succédant

Suite aux élections du 29 novembre 2009 marquées par une forte abstention et entachées de fraude, Porfirio (Pepe) Lobo prend la succession d’une dictature qui a écarté par la force le Président légitime Manuel Zelaya alors en fin de mandat officiel, le 27 janvier 2010. Ainsi, Porfirio Lobo accède à la magistrature suprême dans un pays dont une grande partie des électeurs ne le reconnaissent pas. La résistance a le mérite d’avoir éveillé la conscience politique d’un grand nombre de citoyens qui pensent que cette passation de pouvoir ne sert qu’à légitimer les putschistes afin d’encourager d’autres renversements de gouvernements progressistes dans la région. La collusion entre la dictature militaire et Porfirio Lobo est on ne peut plus claire. A titre d’exemple, celui-ci préféra rester au Honduras et reporter son voyage aux États-Unis, où il avait l’habitude de se rendre pour son anniversaire, afin d’assister à l’hommage des Forces armées en l’honneur de ses 62 ans, le 22 décembre 2009. Rappelons que les forces armées sont directement impliquées dans le coup d’État et Porfirio Lobo attendra le 26 février pour remplacer le géneral Romero Vásquez Velásquez, chef des forces armées.

Même après avoir officiellement quitté le pouvoir, Roberto Micheletti, soutenu par l’Opus Dei, reçoit les éloges du Cardinal à“scar Rodrà­guez : « Aujourd’hui est un jour spécial pour rendre grâce à Dieu, par la Vierge Marie, pour notre Honduras, pour la liberté, la souveraineté et l’indépendance que Don Roberto Micheletti a su défendre avec les forces armées et aux côtés des milliers de Honduriens qui veulent faire partie des solutions, non des problèmes », clama t-il lors d’une messe célébrée le 3 février 2010, en présence du nouveau chef d’État Porfirio Lobo. |1| La veille de l’accession de Lobo au Palais Présidentiel le 27 janvier dernier, le parlement votait l’amnistie pour toute personne impliquée dans la sombre histoire de la dictature. Le président Manuel Zelaya renversé par les putschistes, quitte l’ambassade du Brésil à Tegucigalpa, où il avait trouvé refuge durant plus de quatre mois, pour gagner la République dominicaine.

Il faut dire que l’élection organisée sous le règne du sanguinaire dictateur a été reconnue par Hillary Clinton. Avec Hugo Llórens, ambassadeur étatsunien toujours en poste, elle a félicité le 9 décembre Porfirio Lobo, vainqueur contesté des urnes. |2| Déjà quelques jours seulement après les élections, Hugo Llórens lui a téléphoné pour lui souhaiter bonne chance en lui assurant que les États-Unis travailleraient avec lui pour le bien des deux pays ; « Nos relations seront très fortes », conclut-il. Obama, dont la campagne a été en grande partie financée par la grande banque d’investissements Goldman-Sachs (celle-là même qui est accusée d’avoir falsifié les comptes de la dette grecque), ne perd pas le sens des affaires et le 29 janvier, deux jours après l’investiture de Porfirio Lobo et le départ en exil politique de Manuel Zelaya, les États-Unis ont annoncé la reprise de leur aide financière de 30 millions de dollars par an au Honduras. « L’isolement du Honduras n’est pas une bonne chose. A Washington, nous cherchons déjà comment reprendre notre assistance économique », expliquait alors l’ambassadeur Hugo Llórens.

Le 10 février, c’est au tour de la Banque mondiale de reprendre du service et d’annoncer une reprise de « l’aide » au Honduras en lui prêtant 390 millions de dollars. Juan José Daboub, directeur général de la Banque, qui signe avec Porfirio Lobo la réouverture des crédits, affirme : « Pour la Banque centrale, il est important d’annoncer que nous sommes ici pour continuer à aider le peuple hondurien, en particulier les plus vulnérables |3| ». Quelle hypocrisie quand on sait pertinemment que ces nouveaux prêts ne feront qu’alourdir une dette qui pèse déjà énormément sur la population de ce petit pays pauvre très endetté (inscrit dans l’initiative PPTE). Enfin, le 5 mars, le FMI reconnait officiellement le gouvernement de Porfirio Lobo et rouvre la ligne de crédit momentanément suspendue : 160 millions de dollars sont ainsi débloqués et, pour reprendre la fameuse expression de John Perkins, une mission composée "d’assassins financiers" de l’institution se prépare déjà à se rendre sur place. On vous laisse deviner la suite... L’Union Européenne, inspirée par les mêmes intérêts néolibéraux dit vouloir relancer les négociations avec l’Amérique Centrale |4|. En atteste la visite en Amérique Centrale de Juan Pablo De Laiglesia, secrétaire d’État pour l’Amérique latine, en vue d’un accord d’association entre l’UE et la région. Cette visite intervient une semaine après le retour à leurs postes des deux ambassadeurs espagnol et français (l’ambassadeur espagnol qui avait été rappelé trois jours après le coup d’État, a repris son poste à Tegucigalpa le 4 février). De Laiglesia en profitera pour inviter Lobo à Madrid lors du sommet UE - Amérique latine et Caraïbes en mai prochain. Le très important contre-sommet qui se prépare à cette occasion dans la capitale espagnole avec des représentants de mouvements sociaux des deux continents, ne manquera pas de dénoncer ce président illégitime, héréditaire de la dictature.

D’après Juan Barahona du FNRP (Frente Nacional de Resistencia Popular), la « Commission de la Vérité » proposée par le gouvernement et inclus dans les Accords Tegicugalpa/San José pour enquêter sur les crimes commis durant la dictature n’a « pas de sens », elle sert à « laver » le coup d’État afin de s’assurer l’appui de la communauté internationale. « Ils font les choses à l’envers : tout d’abord, ils déclarent libres de tout péché les putschistes et maintenant ils veulent former la Commission de la vérité ; la Commission peut dire ce qu’elle veut, mais ce rapport n’a pas de sens » |5| dit-il.

Parodie de l’histoire, Lobo, par ailleurs un des instigateurs du coup d’État, lance en toute impunité un mandat d’arrêt international à l’encontre de l’ex-président Zelaya et de cinq membres de son équipe gouvernementale pour des actes supposés de corruption.

Pourtant, la lutte déterminée de la résistance se poursuit et le CADTM tient à remercier vivement les citoyennes et citoyens solidaires, tels celles et ceux qui via le CADTM Grenoble viennent de la soutenir financièrement. Nous devons poursuivre les mobilisations afin que nos gouvernements et l’UE ne reconnaissent pas ce gouvernement illégitime, et exiger qu’une enquête indépendante se mette en place immédiatement pour juger les nombreux crimes commis sous la dictature de Micheletti et qui se poursuivent sous le gouvernement Lobo.

Jérome Duval
http://www.cadtm.org/Soutenu-par-les-Etats-Unis

|1| "Hoy es un dà­a especial para darle gracias a Dios, por medio de la virgen Marà­a, por nuestra Honduras, por la libertad, la soberanà­a e independencia que don Roberto Micheletti supo defender con las Fuerzas Armadas y junto a miles de hondureños que deseamos ser parte de las soluciones y no de los problemas"

|2| El Paà­s, 30 novembre 2009 : http://www.elpais.com/articulo/internacional/EE/UU/reconoce/Lobo/nuevo...

|3| "Para el Banco Central, es importante anunciar que estamos aquà­ para continuar ayundando al pueblo hondureño, especialmente a los más vulnerables"

|4| http://www.laprensahn.com/Negocios/Ediciones/2009/12/09/Noticias/La-UE...

|5| "están haciendo las cosas al revés : primero declaran libres de pecado a los golpistas y ahora quieren formar la Comisión de la Verdad ; la Comisión puede decir lo que quiera, pero ese informe ya no tiene ningún sentido"

URL de cet article 10223
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous pouvons faire sauter un navire américain et en rejeter la faute sur les Cubains. La publication des listes des victimes dans les journaux américains accroîtrait encore l’indignation. Nous pouvons aussi détourner des avions. Dans des endroits bien choisis où l’impact serait énorme, nous pourrions poser des charges de plastic. Nous pourrions également repeindre des B26 ou C46 de nos forces aériennes aux couleurs cubaines et nous en servir pour abattre un avion de la République dominicaine. Nous pourrions faire en sorte qu’un prétendu appareil de combat cubain abatte un avion de ligne américain. Les passagers pourraient être un groupe de jeunes étudiants ou de vacanciers. »

Général Lyman LEMNITZER (1899 – 1988)
Chef d’état-major des armées (1960-62) et Supreme Allied Commander de l’Otan (1963-1969)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.