Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


MRAP : La transversalité des luttes contre le classisme, le sexisme et le racisme.

MRAP : La transversalité des luttes contre le classisme, le sexisme et le racisme.

Intervention de Christian Delarue (*) pour la commission "mondialisation" du MRAP qui inscrit la lutte contre le racisme dans un cadre élargi, mondial.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1020

Se libérer de la domination de classe ne suffit pas à l’émancipation humaine il importe de lutter aussi contre le sexisme et le racisme pour aller vers un socialisme d’émancipation authentique. Le socialisme dont il s’agit ne peut prendre forme concevable qu’à partir de luttes écologiques, sociales et démocratiques. Ces points ne sont pas développés ici (le MRAP n’est pas ATTAC) mais il faut bien dire qu’ils sont très important pour sortir du capitalisme néolibéral en crise et de sa gouvernance autoritaire et prédatrice. Activité prédatrice contre la nature et contre le travail.

Le terme classisme a spontanément surgit lorsque les altermondialistes ont pointé oralement d’abord les différentes formes de dominations. Au sexisme, au racisme, au colonialisme est venu s’ajouter le classisme, signifiant domination d’une classe sur une (ou plusieurs) autres. Dans le lexique alter on trouve aussi le communautarisme mais aussi le post-colonialisme.

1 - Le classisme correspond à la domination capitaliste dans le monde. Les rapports sociaux capitalistes ont formé un ordre hiérarchisé complexe du monde qui mélange domination des grands Etats-nation et domination de la bourgeoisie contre les travailleurs et les travailleuses salariées mais aussi contre les travailleurs indépendants dont les paysans. Ces bourgeoisies dominantes sont celles du Nord mais dans une moindre mesure celles dites compradores du Sud. Les peuples du sud - paysans ou salariés - ne subissent pas seulement l’impérialisme des firmes transnationales du nord aidées par les grandes institutions mondiales du commerce et de la finance ils souffrent aussi de la domination de leur propre bourgeoisie.

2 - Le sexisme est aussi une domination transversale à tous les pays . Jules Falquet en donne les grandes lignes : 1- les femmes sont embarquées dans la mondialisation néolibérale ; 2 - Les institutions internationales compris l’ONU s’emploient à intégrer les femmes dans ce mouvement, en s’appuyant sur leur "désir de participer" ; 3 - Face aux dominations subies les femmes doivent s’organiser en mouvement de lutte autonome. Lors de l’Université d’été du CADTM 2009 elle précisait : Quand elles participent aux mouvements sociaux de lutte contre le néolibéralisme - et elles le font massivement - elles doivent aussi "questionner" systématiquement la reproduction patriarcale qui y perdure. Quel modèle familial proposent les militants masculins ou les identitaires ? Les femmes appartenant à des mouvements identitaires doivent questionner la tradition culturelle du point de vue des intérêts des femmes. Ce questionnement concerne tous les peuples de toutes les cultures et de tous les continents. L’auteure s’est appuyée sur les expériences et les réflexions des féministes latino-américaines. Une femme indienne du Mexique dit-elle n’est pas une femme qui est en plus indienne et de surcroît pauvre : il s’agit d’une personne qui est à la fois racisée, sexisée et classisée, et ces trois dimensions de son expérience sont inséparables.

Le racisme est aussi une plaie qui ronge chaque pays et chaque continent. Il prend évidemment plusieurs formes avec des dominantes variables. On retrouve toujours le racisme opérant sur la couleur de la peau - noirs ou blancs selon le lieu - en plus du racisme contre les Juifs ou celui contre les Arabes. La religion fait aussi objet de racisation donc de racisme.

Le racisme s’explique ici ou là par le passif postcolonial des pays ex-coloniaux. De plus l’impérialisme inscrit dans la thèse du Choc des civilisations de Huttington vient donner un regain de force au racisme antiarabe sous la forme du racisme antimusulman (2).

Au-delà des rapports sociaux de classe, de sexe, de racisme il y a aussi le poids répressif des grands appareils, des grands dispositifs xénophobes : On connait tous de nombreux cas ou l’on trouve un cumul des dominations. Telle femme sans-papier subie les violences de son compagnon mais aussi celle de la police puis finalement celle de l’Etat

Voilà l’arrière-plan d’une activité à mener en 2010.

*

Christian DELARUE est animateur de la commission"mondialisation" et membre du bureau exécutif et du conseil d’administration du MRAP.

Intervention sur les deux contributions de l’AG du MRAP ci-dessous :
* La résistance contre la mauvaise mondialisation doit se faire par l’adhésion à la bonne mondialisation. C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1003

* AUTRE MONDIALISATION DES PEUPLES-CLASSE : Construire un monde commun vivable, divers, laïque, pluriel et sans sexo-séparatisme.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1004

1) Sur l’intervention de Jules Falquet

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article722

Son livre : "Degré ou de force - les femmes dans la mondialisation" par Jules FALQUET, publié aux éditions "La Dispute" série Legenredumonde

2) La "laïcité ethnique", la racisation et le racisme

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1012

URL de cet article 10126
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.