RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Auteur : Fabrice AUBERT

Ce drapeau rouge qui flamboie - ou sont passes les drapeaux rouges des meetings de 2012 ?

Fabrice AUBERT
Présentation : Les meetings organisés par les insoumis sont de plus en plus impressionnants, par l’importance du nombre et de la jeunesse qui y participent. Pourtant on peut observer une différence majeure de campagne entre 2012 et 2017, par l’absence de drapeaux rouges apparents. Mais est-ce vraiment le cas ? Rappelons-nous : En 2012, les meetings organisés par le « Front de Gauche » débordaient les salles, et à la fin nous faisions des meetings en plein air…. Se montraient alors la « classe ouvrière » organisée, celles du syndicalisme de « lutte de classes », qui agitait nombre de drapeaux rouges, signe de ralliement et de Révolution. La Marseillaise et l’Internationale étaient alors entonnés à la fin du meeting, et l’on se sentait pousser des ailes. Pourtant le résultat attendu de cette campagne, ne fut pas vraiment atteint, juste un début de démarche. Le drapeau rouge de l’insoumission : L’absence de drapeaux rouges et d’Internationale, sont-ils les signes de reniements et d’abandons de la Révolution (...) Lire la suite »

« Classe politique » ou « Politique de classe » ?

Fabrice AUBERT
PRESENTATION : Je remercie les médias « Main-stream » de l'annonce faite de la mort de François Chéréque « le syndicaliste salué par la Classe Politique » [3], non que je me réjouisse de sa mort, ça n'a aucun sens, mais l’annonce faite me permet ainsi de « discuter » de « la classe médiatique », véritable écho en retour, du fonctionnement de la « cour d'ancien régime ». Les médias ont titrés sur « l'hommage de la classe politique ». D'où cette question saugrenue : Qu'est-ce que la « classe politique » ? LA CLASSE POLITIQUE ? Dans notre Pays ayant connu le plus de révolutions au monde (1789, 1830, 1848, 1871, 1944) et de révoltes sociales (1906, 1936, 1968, 1995) il y aurait donc encore une « classe politique », c'est à dire pour se faire comprendre, une « caste » au-dessus du peuple et dont l'avis serait de ce fait, de « droit divin », habitant châteaux et autres palais (Elysée). Vous voyez donc sous nos yeux ébahis de citoyens, « sans culottes » ce retour « d'ancien régime », que pourtant l'on peut regarder, tous (...) Lire la suite »
10 
Que faire en 2017 ? Lettre ouverte aux progressistes

L’Histoire brûle à nouveau.

Fabrice AUBERT
PRESENTATION : Cela fait longtemps que l’idée de ce papier germe, mais je n’ai jamais trouvé le support conjoncturel me permettant de l’aborder. C’est l’assassinat du diplomate russe et les événements de Berlin qui m’ont incité à la rédaction de cette réflexion que j’abordais déjà dans d’autres articles (« La matrice des siècles » / « le spectacle du terrorisme » / « Derrière le vote F.N un crash sociétal »), sur LGS. LES GUERRES DE RELIGION LE RETOUR : Depuis le 11 Septembre et le dernier attentat de Berlin, le terrorisme renvoie à l’analyse en termes de « choc des civilisations », concept, qui renvoie en définitive aux « guerres de religion » comme le déclare le nouveau Président américain Trump. Derrière cette déclaration frappé du mouvement des apparences, se joue l’avenir de l’humanité qui avance ou qui recule, car à chaque moment historique, l’humanité peut, soit revenir vers Neandertal, soit progresser. UNE ELECTION COMME LES AUTRES ? Certains croient encore que cette élection Présidentielle se déroulera comme (...) Lire la suite »
71 
Illusion, ou utopie réalisable ? Lettre ouverte à mes camarades communistes

Mélenchon dernier président de la Vème République

Fabrice AUBERT
En Ecrivant ce papier en ce jour de Novembre, mois des morts, avec ce titre impossible à penser, je sais d’avance produire un certain niveau de scepticisme et d’incrédulité. J’ai souvent cette caractéristique de visualiser les possibles avant que ceux-ci ne se matérialisent (« https://legrandsoir.info/la-matrice-des-siecles-2016-pire-que-2015.html »). L’objectif de ce papier est de chercher à raisonner froidement sur la situation politique actuelle dont au premier abord, on peut considérer qu’elle est au contraire désespérante, ce qui, pour celui qui reste collé aux médias du quotidien, est un fait avéré. Mais en prenant de la hauteur historique et en faisant une analyse politique rigoureuse, l’idée d’un Mélenchon élu Président est possible. D’ailleurs, je pense qu’il n’irait pas à cette confrontation, s’il pensait l’inverse. Je précise que je ne fais pas partie du cercle rapproché de Mélenchon. Souvent perçu comme « casse couille », je n’ai jamais fait partie des cercles proches du pouvoir. Comme pour (...) Lire la suite »
102 

Bienvenue dans LA METROPOLE… « TAILLE-LANDER »

Fabrice AUBERT
LGS n’est pas un site neutre, mais engagé dans le mouvement progressiste. Le 8 Décembre prochain, auront lieu les premières élections professionnelles de la Métropole de Marseille, dont l’objectif est d’imposer la philosophie marchande du « service au public » qui se substitue au « service public » fondé sur la réponse aux besoins des populations sans aucune discrimination. Marseille en crise depuis plus de 30 ans, mais dont toutes les médecines appliquées ont entrainé l’approfondissement du mal, celui d’une destruction industrielle planifiée et d’une privatisation de la ville, expliquant tous les trafics et les « règlements de compte » successifs. Cet article, d’un militant C.G.T, par ailleurs, économiste-ingénieur et au placard depuis plus de 15 ans [39], vise à dévoiler la « métropolisation des rapports sociaux », enjeu central de l’élection du 8 Décembre, dans un système électoral dominé par F.O, avec un accord politique tacite. Ce texte est une reprise de tract à destination des cadres, visant à percuter (...) Lire la suite »

Le beurre, l’argent du beurre, la fermière et l’industrie financière

Fabrice AUBERT
Il était une fois dans le pays aux cent milles vaches et autant de fermières, une production de lait, sans équivalent en Europe. Les paysans, fiers de leur travail, avaient su par leur dur labeur, répondre au besoin de lait, des nourrissons et enfants de la Nation. Les fermières elles, contribuaient tout autant à cette production ainsi qu’à la transformation de ce lait en beurre et multiples fromages. Au cours des années, pour améliorer la distribution de tous ces produits, une entreprise industrielle proposa ses services…marchands. Il s’agissait pour elle, de récupérer la matière première, le lait, et par un procédé industriel automatique de le mettre en boite puis de le diffuser. Les paysans n’auraient plus ainsi les soucis, ni du transport, ni de la diffusion, ni de la vente de tous ces produits, réduisant d’autant la gestion. La vie aurait pu ainsi continuer longtemps, permettant à chacun de vivre de son travail, paysans et entreprises, aussi dignement que possible. Sauf que l’entreprise (...) Lire la suite »

Au Pays du monokini, la loi travail est insupportable.

Fabrice AUBERT
Il était une fois dans un Pays Républicain, ayant voté la laïcité, de l’indépendance de l’Etat et des religions créant la liberté, Imposant aussi au patronat, les Nationalisations, les services publics et la planification économique, pour répondre aux besoins, Des « islamistes du marché » considérant la puissance publique et l’intérêt général comme nuisible à leurs intérêts particuliers Lancèrent l’idée de la compétitivité, comme matérialité des réalités sociales, dans un « monde ouvert » du « marché libre et non faussé »… Les immigrés, par l’odeur alléchée de ce « paradis des libertés » ou plus exactement recrutés par le patronat dans leurs villages, Finirent à la chaine, chez Renault ou Peugeot ou encore Bouygues immobilier dont on connait le respect des droits et libertés, Après 40 ans d’illusion des promesses d’une République dont la banderole « Liberté, Egalité, Fraternité », était promesse d’intégration, Se rendant compte qu’ils se trouvaient parqués en banlieue (Le 93), aux précarités renforcées, tout en faisant le « sale (...) Lire la suite »
Comment expliquer la répartition des revenus et l’évolution des sociétés ?

Main invisible ou lutte des classes ?

Fabrice AUBERT
Introduction Depuis plus d’une trentaine d’années, les sociétés humaines sont pilotées par le marché. Le gouvernement actuel, suivant les politiques précédentes de « baisse des charges » poursuit en l’approfondissant, d’où le pacte de compétitivité, puis le « pacte de responsabilité », et les lois « Macron » dont l’objectif essentiel est de baisser le « coût du travail ». Mais ces politiques n’ont pas toujours existé. En d’autres temps, confronté à une « lutte des classes » intense (Mai 1968) et l’existence de l’URSS (comme modèle alternatif potentiel) le patronat, loin de baisser le coût du travail fut contraint d’augmenter fortement les salaires et reconnaitre le syndicat dans l’entreprise. A l’époque, la CGT avait 6 millions d’adhérents, aujourd’hui ils ne sont plus que 600.000 avec une population active qui a doublé, expliquant l’affaiblissement syndical, les reculs sociaux successifs, laissant ainsi la voi(x)e libre à la « main invisible », qui n’est que la poursuite actuelle du système féodal que l’on croyait (...) Lire la suite »

Le « Cale » (*) (Calais) de la mondialisation.

Fabrice AUBERT

LA JUNGLE DE CALAIS : Il est remarquable de constater, que la zone d’accueil des migrants à Calais, porte le nom de « Jungle ».

Ce ghetto de « migrants » stockés en attendant le passage éventuel en Grande-Bretagne [59], phare du « libéralisme de marché » mets la ville, en tant que « rapport social » en danger et active les tensions entre les citoyens. La « mondialisation des flux » l’emportant, sur la gestion commune. Les médias insistent une fois de plus sur le côté insupportable de la situation, mais pas de réflexions sur les causes de long terme. Hors, la réalité de la situation actuelle, à l’image de la dérive du climat est la conséquence directe des choix faits au début des années 80 et qui portent le nom de « consensus de Washington » [60] consensus débouchant sur la mise en place de la mondialisation comme système économique s’appliquant au monde entier, sans aucune décision démocratique [61] préalable. LA JUNGLE DU CAPITALISME MONDIALISE : Le capitalisme mondialisé appliquant le « consensus de Washington » a développé une jungle, qui n’a comme « régulateur suprême », que le « prix de marché », à savoir la rencontre entre une « (...) Lire la suite »

Le capitalisme est toujours… « un etat d’urgence »

Fabrice AUBERT
ETAT D’URGENCE PERMANENT : Depuis le 13 Novembre, nous subissons un « Etat d’Urgence » qui tend à se prolonger. A l’origine, un attentat terroriste mortifère, qui justifie toutes les décisions d’un pouvoir pourtant aux abois, puisque minoritaire dans le Pays, c’est dire « l’urgence » de sa situation… A se demander si l’objectif des décisions prises, n’est pas de faire oublier aux peuples qui subissent les politiques d’austérité, la situation dramatique du Pays, en termes d’activité, d’emplois, de chômage de masse, de précarité, d’insécurité sociale et individuelle permanente, conséquence des politique libérales développée depuis 30 ans. Le vote F.N, quelque soient les illusions qu’il véhicule, est le produit de ces désagrégations sociales successives, sans que l’alternative progressiste ne puisse apparaitre comme le chemin à emprunter, à la différence notable de l’Espagne, du Portugal, et de la Grèce, ce qui pose un sacré problème à nos « dirigeants politiques » actuels. Pour faire de la politique, il faut donc (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20