RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Chris HEDGES

Chelsea Manning et la nouvelle Inquisition (TruthDig)

Chris HEDGES
Le gouvernement américain, déterminé à extrader et à juger Julian Assange pour espionnage, doit trouver un moyen de séparer ce qu'Assange et WikiLeaks ont fait en publiant des documents classifiés qui leur ont été communiqués par Chelsea Manning de ce que le New York Times et le Washington Post ont fait en publiant le même document. Aucune loi fédérale n'interdit à la presse de publier des secrets d'État. Cependant, les voler est un crime. C'est l'enjeu de la longue persécution de Manning, qui a été renvoyée en prison le 8 mars pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury. Si Manning, un ancien soldat de l'armée de terre, admet qu'elle a reçu des instructions de WikiLeaks et Assange sur la façon d'obtenir et de transmettre le matériel divulgué, qui a révélé des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak, l'éditeur pourrait être jugé pour vol de documents classifiés. Les poursuites contre les dénonciateurs du gouvernement ont été accélérées sous le gouvernement Obama, qui, en vertu de la loi (...) Lire la suite »

La crucifixion de Julian Assange - Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse (Truth Dig)

Chris HEDGES

Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

L'asile de Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres s'est transformé en une petite boutique des horreurs. Au cours des sept derniers mois, il a été largement coupé de toute communication avec le monde extérieur. Sa nationalité équatorienne, qui lui a été accordée en tant que demandeur d'asile, est en cours de révocation. Sa santé s'est détériorée. On lui refuse l'accès à soins médicaux appropriés [ie à l'extérieur de l'ambassade - NdT]. Ses efforts pour obtenir réparation ont été paralysés par les « règles du bâillon » [« gag rules » - Une règle de bâillon est une règle qui limite ou interdit la discussion, la considération ou la discussion d'un sujet particulier par les membres d'un organe législatif ou exécutif. - NdT], y compris les ordres équatoriens lui interdisant de rendre publiques ses conditions de vie à l'intérieur de l'ambassade dans sa lutte contre la révocation de sa citoyenneté équatorienne. Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé d'intercéder en faveur d'Assange, un citoyen (...) Lire la suite »

La guerre contre Assange est une guerre contre la liberté de la presse (Truth Dig)

Chris HEDGES
Le refus des grands médias à défendre Julian Assange, emprisonné à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, qui se voit refuser toute communication avec le monde extérieur depuis mars et qui semble menacé d'expulsion et d'arrestation imminente, est incroyable. L'extradition de l'éditeur - l'objectif maniaque du gouvernement américain - créerait un précédent juridique qui criminaliserait toute surveillance ou enquête journalistique de l'État corporatiste. Les fuites et les dénonciations deviendraient des actes de trahison. Les actions des élites mondiales au pouvoir seraient entourées du plus grand secret. Si Assange est extradé vers les États-Unis et condamné, le New York Times, le Washington Post et tous les autres médias, aussi réticente que soit leur couverture de l'État corporatiste, seraient soumis à la même censure draconienne. En vertu du précédent établi, la Cour suprême de Donald Trump confirmerait avec enthousiasme l'arrestation et l'emprisonnement de tout éditeur, rédacteur en chef ou (...) Lire la suite »
Une interview du journaliste Chris Hedges par David North

Les élites n’ont plus aucune crédibilité.

Chris HEDGES
Nous vivons dans une nation ou les médecins détruisent la vie, les avocats la justice, les universités la connaissance, la presse l’information, la religion la morale et les banques l’économie. David North : – Comment interprétez-vous cette fixation sur la Russie et toute cette réinterprétation de l’élection présidentielle comme si elle avait été manipulée par Poutine ? Chris Hedges : – C’est aussi ridicule que pour les armes de destruction massive de Saddam Hussein. C’est une accusation absolument non fondée utilisée pour instiller cette idée très effrayante : les critiques du capitalisme d’entreprise et de l’impérialisme sont des agents étrangers travaillant pour la Russie. Je ne doute pas que les Russes investissent temps, énergie et argent pour tenter d’influer sur les événements ayant cours aux États-Unis de manière à servir leurs intérêts, comme nous l’avons fait et le faisons encore en Russie et dans bien d’autres pays du monde. Je ne dis donc pas qu’il n’y a pas eu d’influence ou tentative d’influence (...) Lire la suite »
12 

Antonio Gramsci et la bataille contre le fascisme (Truth Dig)

Chris HEDGES
Antonio Gramsci écrivit ses Cahiers de prison à une époque assez peu différente de la nôtre. Les partis politiques dirigés par la classe libérale, parce qu’ils s’étaient détachés de la classe ouvrière, étaient faibles ou insignifiants. La gauche radicale avait été neutralisée et avait échoué à formuler une vision alternative au capitalisme. Il y avait une « crise d’autorité ». Le fascisme montait et la répression d’État devenait de plus en plus dure et totalitaire. Le régime de Benito Mussolini réclamait, comme notre État corporatiste, que soit installé un gouvernement basé sur l’efficacité, la méritocratie, la gestion de la société par des experts et des spécialistes et l’élimination de la lutte de classe par la médiation. Il célébrait également les valeurs militaires « héroïques », le traditionalisme et un passé mythique qui remontait, dans le cas de l’Italie fasciste, à l’ancienne Rome. Il récompensait aussi le conformisme et la loyauté, dénigrait les humanités et la culture au profit de la formation professionnelle et (...) Lire la suite »

Le mouvement fantôme de Bernie Sanders (Truth Dig)

Chris HEDGES
Bernie Sanders, qui s’est attiré la sympathie de nombreux jeunes universitaires blancs, dans sa candidature à la présidence, prétend créer un mouvement et promet une révolution politique. Cette rhétorique n’est qu’une version mise à jour du « changement » promis en 2008 par la campagne de Barack Obama et, avant cela, par la Coalition National Rainbow de Jesse Jackson. De telles campagnes électorales démocratiques, au mieux, élèvent la conscience politique. Mais elles n’engendrent ni mouvements ni révolutions. La campagne de Sanders ne sera pas différente. Aucun mouvement ni aucune révolution politique ne se construiront au sein du parti démocrate. L’échec répété de la gauche étasunienne à comprendre la fourberie du jeu des élites politiques, fait d’elle une force politique stérile. L’histoire, après tout, devrait servir à quelque chose. Les Démocrates, comme les Républicains, n’ont pas intérêt à mettre en place de véritables réformes. Ils sont liés au pouvoir des entreprises. Ils sont dans l’apparence, mais (...) Lire la suite »
Finalement, les gens commencent à réaliser ce que veut dire l’assassinat politique quand ils voient les vidéos de l’EI

L’empire états-unien : une entreprise d’assassinat (Truth Dig)

Chris HEDGES
La terreur, l'intimidation et la violence sont le ciment qui assure la cohésion d'un empire. Les bombardements aériens, les attaques de missiles et de drones, les frappes d'artillerie et de mortiers, la détention de dizaines de milliers de personnes, les assassinats ciblés, les massacres, les exécutions par escadrons de la mort, la torture, la surveillance de masse, les transferts illégaux de prisonniers, le couvre-feu, la propagande, la perte des libertés et les marionnettes politiques complaisantes alimentent nos guerres, qu'elles soient directes ou par procuration. Les pays que nous cherchons à dominer, depuis l'Indonésie jusqu'au Guatemala en passant par l'Irak et l'Afghanistan, sont familiarisés avec ces mécanismes brutaux de contrôle. Mais la réalité impériale atteint rarement le public américain. Les quelques atrocités qui parviennent à sa connaissance sont dédaignées, considérées comme des aberrations marginales. On assure l'opinion que ce qui a été mis au jour sera l'objet d'une enquête et (...) Lire la suite »

Ce que signifie le socialisme (Truth Dig)

Chris HEDGES

Nous vivons une époque révolutionnaire. L’expérience politique et économique qui a tenté d’organiser le comportement humain autour des diktats du marché mondial a échoué. La prospérité promise qui devait élever les niveaux de vie des travailleurs grâce aux retombées économiques, s’avère être un mensonge. Une toute petite poignée d’oligarques disséminés à travers la planète ont amassé une fortune obscène, tandis que la machine d’un capitalisme corporatif débridé pille les ressources, exploite une main-d’œuvre désorganisée et bon marché et crée des gouvernements corrompus et malléables qui abandonnent le bien commun au nom du profit corporatiste. L’implacable course au profit de l’industrie des énergies fossiles détruit l’écosystème, menaçant la viabilité de l’espèce humaine. Et il n’existe plus au sein des structures de pouvoir aucun mécanisme pouvant enclencher une véritable réforme ou mettre un terme à l’attaque corporatiste. Ces structures ont capitulé devant le contrôle corporatiste. Les citoyens ont perdu leur raison d’être. Ils ou elles peuvent participer à des élections lourdement mises en scène, mais les exigences des corporations et des banques sont prépondérantes.

L’histoire a prouvé dans une large mesure que la prise de pouvoir par une toute petite cabale, qu’il s’agisse d’un parti politique ou d’une clique oligarchique, mène au despotisme. Les gouvernements qui servent exclusivement un groupe d’intérêt restreint et poussent l’appareil étatique à favoriser les intérêts de ce groupe ne sont plus en mesure de réagir de façon rationnelle en temps de crise. Servant aveuglément leurs maîtres, ils approuvent le pillage des trésors de l’état servant à renflouer des sociétés financières et des banques corrompues tout en ignorant le chômage et le sous-emploi chroniques, ainsi que la stagnation ou la baisse des salaires, la servitude écrasante des dettes, l’effondrement des infrastructures, et les millions de personnes qui se retrouvent démunies et souvent sans-abri, victimes de saisies et d’emprunts immobiliers illusoires. Une classe libérale décadente, prônant des valeurs qu’elle ne fait rien pour défendre, se discrédite elle-même ainsi que les prétendues valeurs libérales (...) Lire la suite »

Malcolm X avait raison sur les États-Unis (TruthDig)

Chris HEDGES
NEW-YORK || — Malcolm X, contrairement à Martin Luther King, ne pensait pas que l’Amérique ait une conscience. Pour lui, il n’y avait pas de grande contradiction entre les nobles idéaux de la nation — une imposture à ses yeux — et l’échec de garantie de justice à l’égard des noirs. Il avait compris, peut-être mieux que King, les mécanismes inhérents à l’empire. Il n’espérait pas des dirigeants de l’empire qu’ils se reconnectent à la bonté en eux afin de construire un pays débarrassé de l’injustice et de l’exploitation. Il expliquait que depuis l’arrivée du premier bateau d’esclaves jusqu’à l’apparition de notre vaste archipel de prisons et de nos sordides colonies intérieures (NdT : Les réserves d’amérindiens), où les pauvres étaient piégés et exploités, l’empire Américain était inexorablement hostile à ceux que Frantz Fanon appelait les « damnés de la Terre ». Cela, et Malcolm en était conscient, ne changerait pas avant la destruction de l’empire. « Il est impossible que le capitalisme survive, premièrement parce que le (...) Lire la suite »

Pourquoi Israël ment (Truth Dig)

Chris HEDGES
Tous les gouvernements mentent, comme le faisait remarquer IF Stone, y compris Israël et le Hamas. Mais Israël profère ces mensonges à couper le souffle qui caractérisent les régimes despotiques et totalitaires. Il ne déforme pas la vérité ; il la retourne. Il brosse régulièrement un tableau destiné au monde extérieur qui est diamétralement opposé à la réalité. Et nous tous, journalistes qui avons couvert les territoires occupés connaissons ces narratives israéliennes sorties d'Alice au pays des merveilles, et que nous insérons consciencieusement dans nos articles – chose requise en vertu des règles du journalisme américain, même si nous savons qu'elles sont fausses. J'ai vu des petits garçons appâtés et tués par des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Khan Younis à Gaza. Les soldats ont insulté les garçons en arabe par des haut-parleurs de leur jeep blindée. Les garçons, âgés d'environ 10 ans, ont ensuite jeté des pierres sur un véhicule israélien et les soldats ont ouvert le feu, tuant quelques-uns, (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20