RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une valse vers l’Armageddon

Les Dr Folamour, tels des zombies émergeant des charniers qu’ils ont créés autour du globe, alimentent à nouveau de nouvelles campagnes de massacres industriels.

La guerre froide, qui s’est déroulée de 1945 à 1989, a été une bacchanale sauvage pour les fabricants d’armes, le Pentagone, la C.I.A., les diplomates qui ont joué un pays contre un autre sur l’échiquier mondial, et les entreprises mondiales capables de piller en assimilant le capitalisme prédateur à la liberté. Au nom de la sécurité nationale, les guerriers du froid, dont beaucoup s’identifiaient comme des libéraux, ont diabolisé les syndicats, les médias indépendants, les organisations de défense des droits de l’homme et tous ceux qui s’opposaient à l’économie de guerre permanente et à la militarisation de la société américaine en les accusant d’être des adeptes du communisme.

C’est pourquoi ils l’ont ressuscité.

La décision d’écarter la possibilité d’une coexistence pacifique avec la Russie à la fin de la guerre froide est l’un des crimes les plus flagrants de la fin du 20e siècle. Le danger de provoquer la Russie a été universellement compris avec l’effondrement de l’Union soviétique, y compris par des élites politiques aussi diverses que Henry Kissinger et George F. Kennan, qui a qualifié l’expansion de l’OTAN en Europe centrale de "l’erreur la plus funeste de la politique américaine de toute l’ère post-guerre froide".

Cette provocation, violation d’une promesse de ne pas étendre l’OTAN au-delà des frontières d’une Allemagne unifiée, a vu la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Albanie, la Croatie, le Monténégro et la Macédoine du Nord intronisés dans l’alliance militaire occidentale.

Cette trahison a été aggravée par la décision de stationner des troupes de l’OTAN, dont des milliers de soldats américains, en Europe de l’Est, une autre violation d’un accord passé par Washington avec Moscou. L’invasion russe de l’Ukraine, peut-être un objectif cynique de l’alliance occidentale, a maintenant solidifié une OTAN en expansion et résurgente et un militarisme rampant et incontrôlable. Les maîtres de la guerre peuvent s’extasier, mais les conséquences potentielles, notamment une conflagration mondiale, sont terrifiantes.

La paix a été sacrifiée pour l’hégémonie mondiale des États-Unis. Elle a été sacrifiée pour les milliards de bénéfices réalisés par l’industrie de l’armement. La paix aurait pu voir les ressources de l’État investies dans les personnes plutôt que dans les systèmes de contrôle. Elle aurait pu nous permettre de faire face à l’urgence climatique. Mais nous crions paix, paix, et il n’y a pas de paix. Les nations se réarment frénétiquement, menaçant d’une guerre nucléaire. Elles se préparent au pire, s’assurant que le pire se produira.

Alors qu’importe si l’Amazonie arrive à son point de basculement final, où les arbres commenceront bientôt à mourir en masse ? Et que glace terrestre et les plateaux de glace fondent à un rythme beaucoup plus rapide que prévu ? Et que les températures grimpent en flèche, que des ouragans monstres, des inondations, des sécheresses et des feux de forêt dévastent la terre ? Face à la plus grave crise existentielle qu’ait connue l’espèce humaine, et la plupart des autres espèces, les élites dirigeantes alimentent un conflit qui fait grimper le prix du pétrole et stimule l’industrie de l’extraction des combustibles fossiles. C’est une folie collective.

La marche vers un conflit prolongé avec la Russie et la Chine se retournera contre nous. L’effort désespéré pour contrer la perte constante de la domination économique des États-Unis ne sera pas compensé par une domination militaire. Si la Russie et la Chine parviennent à créer un système financier mondial alternatif, qui n’utilise pas le dollar américain comme monnaie de réserve mondiale, cela signera l’effondrement de l’empire américain. La valeur du dollar s’effondrera. Les obligations du Trésor, utilisées pour financer la dette massive de l’Amérique, deviendront en grande partie sans valeur. Les sanctions financières utilisées pour paralyser la Russie seront, je l’espère, le mécanisme qui abattra les Etats-Unis, si ce n’est l’immolation dans une guerre thermonucléaire.

Washington prévoit de transformer l’Ukraine en une Tchétchénie ou en l’ancien Afghanistan, lorsque l’administration Carter, sous l’influence de Zbigniew Brzezinski, le conseiller à la sécurité nationale aux allures de Svengali, a équipé et armé les djihadistes radicaux qui allaient devenir les Talibans et Al-Qaïda dans la lutte contre les Soviétiques. Ce ne sera pas bon pour la Russie. Ce ne sera pas bon pour les États-Unis. Ce ne sera pas bon pour l’Ukraine, car pour faire saigner la Russie, il faudra des rivières de sang ukrainien.

La boîte de Pandore des démons

La décision de détruire l’économie russe, de transformer la guerre en Ukraine en un bourbier pour la Russie et de renverser le régime de Vladimir Poutine ouvrira la boîte de Pandore des démons. L’ingénierie sociale massive - regardez l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, la Libye ou le Vietnam - a sa propre force centrifuge. Elle détruit ceux qui jouent à Dieu.

La guerre ukrainienne a réduit au silence les derniers vestiges de la gauche. Presque tout le monde s’est engagé dans la grande croisade contre la dernière incarnation du mal, Vladimir Poutine, qui, comme tous nos ennemis, est devenu le nouvel Hitler.

Les États-Unis accorderont 13,6 milliards de dollars d’aide militaire et humanitaire à l’Ukraine, l’administration Biden autorisant une aide militaire supplémentaire de 200 millions de dollars. La force de déploiement rapide de l’UE, forte de 5 000 hommes, le recrutement de toute l’Europe de l’Est, y compris l’Ukraine, dans l’OTAN, la reconfiguration des armées de l’ancien bloc soviétique aux armes et aux technologies de l’OTAN ont tous été accélérés.

L’Allemagne, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, se réarme massivement. Elle a levé son interdiction d’exporter des armes. Son nouveau budget militaire est deux fois plus élevé que l’ancien, avec la promesse de porter le budget à plus de 2 % du PIB, ce qui ferait passer son armée du septième au troisième rang mondial, derrière la Chine et les États-Unis.

La taille des groupements tactiques de l’OTAN va être doublée dans les États baltes, pour atteindre plus de 6 000 hommes. Des groupements tactiques seront envoyés en Roumanie et en Slovaquie. Washington va doubler le nombre de soldats américains stationnés en Pologne pour le porter à 9 000. La Suède et la Finlande envisagent d’abandonner leur statut de neutralité pour intégrer l’OTAN.

C’est une recette pour une guerre mondiale. L’histoire, ainsi que tous les conflits que j’ai couverts en tant que correspondant de guerre, ont démontré que lorsque la posture militaire est lancée, il suffit souvent de peu pour que le bûcher funèbre s’embrase. Une erreur. Un dépassement des limites. Un pari militaire de trop. Une provocation de trop. Un acte de désespoir.

La menace de la Russie d’attaquer les convois d’armes en provenance de l’Ouest à destination de l’Ukraine, son attaque aérienne sur une base militaire en Ukraine occidentale, à 30 km de la frontière polonaise, qui est une zone de rassemblement pour les mercenaires étrangers, la déclaration du président polonais Andrzej Duda selon laquelle l’utilisation d’armes de destruction massive, telles que des armes chimiques, par la Russie contre l’Ukraine, changerait la donne et pourrait obliger l’OTAN à revoir sa décision de s’abstenir d’une intervention militaire directe, sont autant de développements inquiétants qui rapprochent l’alliance d’une guerre ouverte avec la Russie.

Une fois les forces militaires déployées, même si elles sont censées être en position défensive, le piège à ours est tendu. Il suffit de très peu de choses pour déclencher le ressort. La vaste bureaucratie militaire, liée à des alliances et à des engagements internationaux, ainsi que des plans et des calendriers détaillés, lorsqu’elle commence à avancer, devient imparable. Elle est propulsée non pas par la logique mais par l’action et la réaction, comme l’Europe l’a appris au cours des deux guerres mondiales.

Une hypocrisie stupéfiante

L’hypocrisie morale des États-Unis est stupéfiante. Les crimes que la Russie commet en Ukraine sont plus qu’égalés par les crimes commis par Washington au Moyen-Orient au cours des deux dernières décennies, y compris l’acte de guerre préventive, qui, selon les lois post-Nuremberg, est un acte criminel d’agression. Cette hypocrisie n’est que rarement exposée, comme lorsque l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré à l’assemblée :

"Nous avons vu des vidéos montrant des forces russes introduisant en Ukraine des armes exceptionnellement meurtrières qui n’ont pas leur place sur le champ de bataille. Il s’agit notamment de munitions à fragmentation et de bombes à vide qui sont interdites par la Convention de Genève."

Quelques heures plus tard, la transcription officielle de sa remarque a été modifiée pour ajouter les mots "si elles sont dirigées contre des civils". En effet, les États-Unis, qui, comme la Russie, n’ont jamais ratifié le traité sur les armes à sous-munitions, utilisent régulièrement ces armes. Ils les ont utilisées au Vietnam, au Laos, au Cambodge et en Irak. Ils en ont fourni à l’Arabie saoudite pour qu’elle les utilise au Yémen. La Russie n’a pas encore atteint le nombre de civils tués par les armes à sous-munitions utilisées par l’armée américaine.

Les Dr Folamour, tels des zombies émergeant des charniers qu’ils ont créés autour du globe, alimentent à nouveau de nouvelles campagnes de massacres industriels. Pas de diplomatie. Aucune tentative de répondre aux griefs légitimes de nos adversaires. Aucun contrôle sur le militarisme rampant. Aucune capacité à voir le monde sous un autre angle. Aucune capacité à comprendre la réalité en dehors des limites de la rubrique binaire du bien et du mal. Aucune compréhension des débâcles qu’ils ont orchestrées pendant des décennies. Aucune capacité de pitié ou de remords.

Elliott Abrams travaillait dans l’administration Reagan quand j’étais en reportage en Amérique centrale. Il a couvert les atrocités et les massacres commis par les régimes militaires au Salvador, au Guatemala, au Honduras et par les forces Contra soutenues par les États-Unis qui combattaient les Sandinistes au Nicaragua. Il a violemment attaqué les journalistes et les groupes de défense des droits de l’homme en les qualifiant de communistes ou de cinquième colonne, nous traitant de "non-américains" et de "non-patriotes". Il a été condamné pour avoir menti au Congrès sur son rôle dans l’affaire Iran-Contra. Durant l’administration de George W. Bush, il a fait pression pour l’invasion de l’Irak et a tenté d’orchestrer un coup d’État américain au Venezuela pour renverser Hugo Chávez.

"Il n’y aura pas de substitut à la force militaire, et nous n’en avons pas assez", écrit Abrams pour le Council on Foreign Relationshttps://www.cfr.org/blog/new-cold-war-0, où il est membre senior :

"Il devrait être clair maintenant qu’un pourcentage plus élevé du PIB devra être consacré à la défense. Nous aurons besoin d’une plus grande force conventionnelle en navires et en avions. Nous devrons égaler les Chinois en matière de technologie militaire avancée, mais à l’autre bout du spectre, nous pourrions avoir besoin de beaucoup plus de chars si nous devons en stationner des milliers en Europe, comme nous l’avons fait pendant la guerre froide. (Le nombre total de chars américains stationnés en permanence en Europe aujourd’hui est de zéro). Les efforts persistants visant à diminuer encore la taille de notre arsenal nucléaire ou à empêcher sa modernisation ont toujours été de mauvaises idées, mais aujourd’hui, alors que la Chine et la Russie modernisent leur armement nucléaire et ne semblent avoir aucun intérêt à négocier de nouvelles limites, de telles restrictions devraient être complètement abandonnées. Notre arsenal nucléaire devra être modernisé et étendu afin que nous ne soyons jamais confrontés au genre de menaces que Poutine fait maintenant en position d’infériorité nucléaire réelle."

Poutine a fait le jeu de l’industrie de la guerre. Il a donné aux bellicistes ce qu’ils voulaient. Il a réalisé leurs fantasmes les plus fous. Il n’y aura plus aucun obstacle à la marche vers l’Armageddon. Les budgets militaires vont exploser. Le pétrole va jaillir du sol. La crise climatique va s’accélérer.

La Chine et la Russie formeront le nouvel axe du mal. Les pauvres seront abandonnés. Les routes du monde entier seront encombrées de réfugiés désespérés. Toute dissidence sera considérée comme une trahison. Les jeunes seront sacrifiés pour les tropes éculées de la gloire, de l’honneur et de la patrie. Les personnes vulnérables souffriront et mourront.

Les seuls vrais patriotes seront les généraux, les profiteurs de guerre, les opportunistes, les courtisans des médias et les démagogues qui réclament toujours plus de sang. Les marchands de mort règnent comme des dieux de l’Olympe. Et nous, intimidés par la peur, intoxiqués par la guerre, emportés par l’hystérie collective, nous réclamons notre propre anéantissement.

Chris Hedges

Traduction "je me demande ce que deviendront toutes mes traductions" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://scheerpost.com/2022/03/14/hedges-waltzing-toward-armageddon-wi...
URL de cet article 37857
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Big Brother est déjà chez vous. Il est dans le logiciel que vous venez de télécharger depuis la boutique en ligne de Apple.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.