RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Moyen-Orient et la guerre en Ukraine

Rencontre entre Poutine et le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed bin Zayed Al Nahyan, 2018. (Kremlin)

Les régimes arabes du Golfe, et d’autres pays en développement, s’adapteront à un nouveau monde où le pouvoir est en train de changer. Ce n’est plus le monde que les États-Unis ont façonné après la guerre froide.

Il est prématuré de déterminer la forme exacte du monde à la suite de l’intervention militaire russe en Ukraine. Au risque de répéter des clichés redoutables, il est clair que l’ordre mondial a été irrévocablement modifié. L’ère de l’après-guerre froide est terminée, pour toujours.

Les États-Unis ont établi leur suprématie mondiale après l’effondrement de l’URSS et ont fait en sorte que l’OTAN forme un étau de sécurité autour de la Russie pour la maintenir faible et vulnérable - et pour préserver l’hégémonie américaine sur tout le continent. Jamais l’Amérique n’a été mise au défi de manière aussi directe et ciblée que par l’intervention de la Russie en Ukraine.

Les anciennes règles que les États-Unis ont imposées - par la force - ne seront plus. Si la Chine a fait preuve de prudence en exprimant son soutien à la Russie dans ses déclarations officielles, ses médias ont été clairs en réfutant les affirmations de la propagande américaine. Les répercussions de l’événement cataclysmique se feront sentir dans les années à venir et affecteront les conflits régionaux et internationaux.

L’impact de la guerre russo-ukrainienne sera également ressenti au Moyen-Orient, qui a une longue histoire d’implication dans la rivalité soviétique et russo-américaine.

Malgré la pression des États-Unis, aucun État arabe ne participe à la guerre économique contre la Russie en imposant des sanctions, rejoignant ainsi la plupart des pays d’Amérique latine et d’Afrique, ainsi que l’Iran, l’Inde, le Pakistan et la Chine. L’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe ont résisté à la pression des États-Unis pour pomper davantage de pétrole afin de compenser l’interdiction américaine des importations de pétrole russe. Plus important encore, Riyad est en pourparlers avec la Chine pour échanger une partie de son pétrole en yuan, ce qui porterait un coup au dollar américain, qui est utilisé pour 80 % des ventes mondiales de pétrole. Jusqu’à présent, les Saoudiens ont utilisé exclusivement le dollar.

Moscou tente de vaincre l’assaut économique féroce de l’Occident contre la Russie en créant un système économique et financier distinct avec la Chine. Les nations arabes pourraient y jouer un rôle important, en tournant effectivement le dos aux États-Unis.

Le contexte du changement géopolitique

La forme des relations internationales a été ébranlée en 2011 avec l’adoption de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui se limitait à la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils en Libye supposés menacés de massacre par le dirigeant libyen Moamar Kadhafi. (Un rapport parlementaire britannique a révélé par la suite que ces menaces n’existaient pas et qu’elles étaient fondées sur des renseignements inexacts et des "hypothèses erronées").

La résolution ne permettait pas aux forces terrestres d’entrer en Libye. Le texte était clair. Elle dit que le Conseil de sécurité :

"Décide d’instaurer une interdiction de tous les vols dans l’espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne afin d’aider à protéger les civils. [et] Autorise les États Membres qui en ont avisé le Secrétaire général, agissant sur le plan national ou par l’intermédiaire d’organisations ou d’arrangements régionaux, et agissant en coopération avec le Secrétaire général, à prendre toutes les mesures nécessaires [...] pour protéger les civils et les zones peuplées de civils menacés d’attaque en Jamahiriya arabe libyenne, y compris Benghazi, tout en excluant une force d’occupation étrangère, sous quelque forme que ce soit, sur toute partie du territoire libyen. "

Malgré ces limitations, les États-Unis et l’OTAN ont considéré que la résolution signifiait une autorisation pour l’OTAN de renverser un gouvernement dont les États-Unis se plaignaient depuis longtemps. Peu importe que le régime dictatorial libyen ait coopéré avec les États-Unis dans les années qui ont précédé son renversement. La secrétaire d’État américaine de l’époque, Hillary Clinton, avait même rencontré le chef de la police secrète libyenne, qui se trouvait être le fils du dirigeant.

La Russie, dirigée à l’époque par le président Dmitri Medvedev, s’est abstenue sur la résolution, tout comme la Chine. Les deux pays avaient manifestement cru que la mission serait limitée à la zone de non-vol. Vladimir Poutine, qui était premier ministre à l’époque, aurait été furieux contre Medvedev pour cette abstention.

Lorsqu’il est apparu que l’OTAN violait la résolution en renversant Kadhafi, la Chine et la Russie, toutes deux détentrices d’un droit de veto, étaient déterminées à changer le cours du Conseil de sécurité pour empêcher les États-Unis de l’utiliser à nouveau comme couverture pour des interventions militaires et des changements de régime. C’est à ce moment-là que les États-Unis ont commencé à perdre leur suprématie mondiale incontestée.

Moscou et Pékin renforçaient tous deux leurs capacités militaires et s’affirmaient davantage sur la scène internationale. Craignant des changements dans la configuration mondiale du pouvoir, l’administration Biden a incorporé un langage fort dans sa Stratégie de Sécurité Nationale (publiée par les administrations successives) pour exprimer clairement le rejet par les États-Unis de toute concurrence de la Russie et de la Chine.La stratégie de Biden se plaignait de la volonté d’affirmation de la Chine. (Comment un pays autre que les États-Unis ose-t-il s’affirmer dans le monde ?) C’est une chose pour les États-Unis d’insister sur la suprématie mondiale et une autre de la garantir sans coût en sang et en argent.

En fait, la Russie a fait preuve d’assurance quatre ans après la résolution sur la Libye en intervenant au nom de la Syrie contre l’assaut djihadiste soutenu par les États-Unis et le Golfe, mais pas avant que Poutine, lors de l’Assemblée générale, ne demande aux États-Unis de se joindre à Moscou dans la lutte, une offre que les États-Unis ont rejetée.

Réverbérations au Moyen-Orient

Au Moyen-Orient, les effets du nouveau conflit mondial se sont déjà répercutés au sein des régimes clientélistes des États-Unis, dont beaucoup entretiennent également de bonnes relations avec la Russie. Les Émirats arabes unis sont l’un de ces clients des États-Unis. Washington leur fournit une technologie militaire de pointe (en dépit de leur bilan abyssal en matière de droits de l’homme). En retour, les EAU collaborent avec les États-Unis et ont récemment établi une alliance solide avec Israël. Les États-Unis ont récompensé les EAU en leur vendant des avions de chasse de pointe.

Et pourtant, les EAU se sont abstenus de voter sur une résolution du Conseil de sécurité du 3 mars condamnant les actions de la Russie en Ukraine, à laquelle la Russie a opposé son veto, alors qu’ils ont voté en faveur d’une résolution de l’Assemblée générale disant la même chose. Aujourd’hui, les EAU, et en particulier Dubaï, sont considérés comme un refuge pour les milliardaires russes qui ont été lourdement sanctionnés par l’Occident.

Les pays du Golfe comme les EAU sont pris entre leur loyauté totale envers les États-Unis et leur proximité croissante avec le gouvernement russe, d’autant plus qu’ils déplorent ce qu’ils considèrent comme un retrait américain du Moyen-Orient. De nombreux despotes du Golfe sont toujours mécontents que les États-Unis aient laissé tomber Hosni Moubarak en Égypte et Zein Abidin Bin Ali en Tunisie lors des soulèvements arabes de 2011.

Seul le Qatar parmi les pays du Golfe a pris une position forte pour soutenir l’Ukraine, mais n’a pas rejoint la guerre économique contre la Russie. L’émir du Qatar a récemment été accueilli dans le bureau ovale et le pays s’est vu attribuer le statut de "grand allié non-OTAN." En outre, les États-Unis veulent que le Qatar comble les besoins en gaz de l’Europe à la suite des sanctions sur les ventes de gaz russe (il est curieux que la Maison Blanche ait travaillé avec le Qatar sur ce point avant que le premier soldat russe ne se déplace vers l’Ukraine).

Consensus américain fracturé

Les États-Unis ne parviendront plus à obtenir un consensus dans le monde en fonction de leurs propres intérêts. Bien que la Chine ne soit ni préparée, ni disposée à défier de front la politique étrangère américaine pour l’instant, sa coopération et ses traités avec les ennemis des États-Unis (principalement l’Iran) indiquent que la Chine a l’intention d’évoluer dans un monde non soumis aux diktats américains.

Les déclarations du gouvernement chinois pendant la crise ont été prudentes, mais les médias sociaux en Chine et les déclarations des diplomates chinois via les médias sociaux ont été carrément favorables à la position de la Russie. La Chine a renforcé ses liens économiques avec la Russie pour atténuer le choc des sanctions, notamment en autorisant la Russie à utiliser son système UnionPay pour remplacer les cartes de crédit occidentales.

En raison de son exclusion du système bancaire international SWIFT, la Russie s’est appuyée sur son propre système de transfert de messages financiers (SPFS), qui pourrait être lié au système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS) de la Chine. La Russie a commencé à effectuer des paiements à la Chine en renminbi, ce qui affaiblit le dollar en tant que première monnaie mondiale. Les effets de retour sur l’Occident de sa guerre économique conduisent à la création de systèmes économiques et financiers distincts qui fracturent la domination mondiale des États-Unis.

Les régimes du Golfe, et d’autres pays en développement, s’adapteront à un nouveau monde où la configuration du pouvoir est en train de changer. Ce n’est plus le monde que les États-Unis ont façonné après la guerre froide.

La Russie n’a pas la puissance ni l’influence des États-Unis. Mais la Russie est un acteur régional influent ; son rôle en Syrie dans le soutien au régime syrien a montré sa capacité à soutenir un régime faible et à opérer en évitant les complots américains visant à renverser Bachar al-Assad. Les gouvernements du Golfe planifient déjà un monde dans lequel les États-Unis sont moins affirmés militairement qu’auparavant. À cette fin, les Émirats arabes unis ont établi une alliance solide avec Israël.

Impact sur le conflit israélo-arabe

Les régimes du Golfe ne sont pas favorisés à Washington comme l’est Israël. Israël a suivi les États-Unis en exprimant son soutien à l’Ukraine. Il ne peut pas se permettre de contrarier l’administration Biden après les dommages causés à son image pendant l’ère Obama-Netanyahu.

La crise russo-ukrainienne sapera la rhétorique des États-Unis et de l’Union européenne sur le conflit israélo-arabe. Il ne sera pas facile de vendre le soi-disant processus de paix après le refus catégorique de l’Occident de soutenir la diplomatie entre la Russie et l’Ukraine, alors que les États-Unis prêchent un pacifisme strict pour les Arabes face à des décennies d’occupation et d’agression israéliennes.

Après les deux premiers jours de conflit, une trentaine de pays ont envoyé des missiles avancés et des armes à l’Ukraine et ont défendu le droit à la résistance. Les Palestiniens, en revanche, se voient refuser jusqu’au droit à la résistance pacifique. Les États-Unis et l’Europe sont allés jusqu’à interdire le BDS (boycott, sanctions et désinvestissement en Israël) tout en brandissant des sanctions dans le monde entier. Comment les Palestiniens peuvent-ils prendre au sérieux l’insistance occidentale sur le fait que leur lutte contre l’occupation ne doit jamais recourir à la violence ?

Le monde dans lequel nous vivons est en train de changer, et l’intervention russe en Ukraine ne se limitera pas à ce pays, ni même à l’Europe. Les États-Unis apprennent que le monde leur échappe. Ils ne le toléreront pas.

Ils auront recours à la force pour tenter de maintenir leur emprise sur l’humanité. Il est fort probable que des conflits violents dominent désormais notre monde.

As’ad AbuKhalil

As`ad AbuKhalil est un professeur libano-américain de sciences politiques à la California State University, Stanislaus. Il est l’auteur du Dictionnaire historique du Liban (1998), de Ben Laden, Islam and America’s New War on Terrorism (2002) et de The Battle for Saudi Arabia (2004). Il tweete sous le nom de @asadabukhalil.

Traduction "et en même temps je ressens comme un soulagement..." par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://consortiumnews.com/2022/03/16/the-angry-arab-the-middle-east-t...
URL de cet article 37861
  

Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (prologue de Nelson Mandela)
Salim LAMRANI
En Occident - en Europe et aux Etats-Unis tout particulièrement -, Cuba suscite énormément de critiques et de controverses. Ce petit pays de onze millions d’habitants dispose d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport à sa taille et les médias sont unanimes pour stigmatiser la plus grande île des Caraïbes et diaboliser son leader historique Fidel Castro. Les attaques sont virulentes, jamais nuancées et à sens unique. Cuba serait un enfer pour ses habitants avec un système archaïque et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les Etats-Unis voyaient ce que les Etats-Unis font aux Etats-Unis, les Etats-Unis envahiraient les Etats-Unis pour libérer les Etats-Unis de la tyrannie des Etats-Unis"

Vignolo

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.