RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’exécution au ralenti de Julian Assange se poursuit

Tu es poussière et tu redeviendras poussière - par M. Fish

La décision de la Haute Cour de Londres autorisant Julian Assange à faire appel de l'ordre d'extradition le laisse croupir dans une prison de haute sécurité, dans un état de santé précaire. C'est là tout l'enjeu.

La décision de la High Court de Londres d’accorder à Julian Assange le droit de faire appel de l’ordre d’extradition vers les États-Unis pourrait s’avérer être une victoire à la Pyrrhus. Cela ne signifie pas que Julian va échapper à l’extradition. Cela ne signifie pas que le tribunal a statué, comme il le devrait, qu’il est un journaliste dont le seul “crime” a été de fournir au public des preuves des crimes de guerre et des mensonges du gouvernement américain. Cela ne signifie pas qu’il sera libéré de la prison de haute sécurité de Belmarsh où, comme l’a dit Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, après avoir rendu visite à Julian, il subissait une “exécution à petit feu”.

Cela ne signifie pas que le journalisme soit moins menacé. Les rédacteurs en chef et les éditeurs des cinq médias internationaux - le New York Times, le Guardian, Le Monde, El Pais et Der Spiegel - qui ont publié des articles basés sur des documents divulgués par WikiLeaks, ont demandé instamment que les charges retenues par les États-Unis soient abandonnées et que Julian soit libéré. Aucun de ces dirigeants de médias n’a été accusé d’espionnage. Cela n’enlève rien au stratagème grossier du gouvernement américain consistant à extrader un citoyen australien dont la publication n’est pas basée aux États-Unis et à l’inculper en vertu de l’Espionage Act. Cette décision s’inscrit dans le cadre d’une longue farce à la Dickens qui se moque des concepts les plus élémentaires du droit à un procès équitable.

Cette décision se fonde sur le fait que le gouvernement américain n’a pas donné de garanties spécifiant clairement que Julian bénéficierait des mêmes protections du Premier Amendement que celles accordées à un citoyen américain, s’il était jugé. La procédure d’appel est un obstacle juridique de plus dans la persécution d’un journaliste qui devrait non seulement être libre, mais être célébré et honoré comme le plus courageux de notre génération.

Oui, il peut faire appel. Mais cela signifie une autre année, peut-être plus, dans des conditions de détention difficiles, alors que sa santé physique et psychologique se détériore. Il a passé plus de cinq ans à la prison de Belmarsh sans avoir été inculpé. Il a passé sept ans à l’ambassade de l’Équateur parce que les gouvernements britannique et suédois ont refusé de garantir qu’il ne serait pas extradé vers les États-Unis, même s’il a accepté de retourner en Suède pour contribuer à une enquête préliminaire qui a finalement été abandonnée.

Le lynchage judiciaire de Julian n’a jamais été synonyme de justice. La pléthore d’irrégularités juridiques, notamment l’enregistrement de ses réunions avec ses avocats par la société de sécurité espagnole UC Global à l’ambassade pour le compte de la CIA, aurait dû à elle seule entraîner le rejet de l’affaire par le tribunal, car elle bafoue le secret professionnel de l’avocat.

Les États-Unis ont inculpé Julian de 17 actes relevant de l’Espionage Act et d’un chef d’accusation pour utilisation abusive d’un ordinateur, dans le cadre d’une conspiration présumée visant à prendre possession d’informations relatives à la défense nationale, puis à les publier. S’il est reconnu coupable de tous ces chefs d’accusation, il risque 175 ans de prison aux États-Unis.

La demande d’extradition se fonde sur la publication par WikiLeaks, en 2010, des journaux de guerre de l’Irak et de l’Afghanistan - des centaines de milliers de documents classifiés, divulgués sur le site par Chelsea Manning, alors analyste du renseignement de l’armée, qui ont révélé de nombreux crimes de guerre commis par les États-Unis, notamment des images vidéo de l’assassinat de deux journalistes de Reuters et de dix autres civils non armés dans la vidéo Collateral Murder, la torture systématique de prisonniers irakiens, la dissimulation de milliers de morts civiles et l’assassinat de près de 700 civils qui s’étaient approchés de trop près des postes de contrôle américains.

En février, les avocats de Julian ont présenté neuf motifs distincts pour un éventuel appel.

Une audience de deux jours en mars, à laquelle j’ai assisté, était la dernière chance pour Julian de faire appel de la décision d’extradition prise en 2022 par la ministre britannique de l’intérieur de l’époque, Priti Patel, et de bon nombre des décisions prises par le juge de district Baraitser en 2021.

Les deux juges de la High Court, Dame Victoria Sharp et le juge Jeremy Johnson, ont rejeté en mars la plupart des motifs d’appel de Julian. Ses avocats soutenaient notamment que le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis interdit l’extradition pour des délits politiques, que la demande d’extradition a été faite dans le but de le poursuivre pour ses opinions politiques, que l’extradition équivaudrait à une application rétroactive de la loi - car il n’était pas prévisible qu’une loi sur l’espionnage vieille d’un siècle soit utilisée contre un éditeur étranger - et qu’il ne bénéficierait pas d’un procès équitable dans le district Est de Virginie. Les juges ont également refusé d’entendre de nouvelles preuves selon lesquelles la CIA a comploté pour kidnapper et assassiner Julian, concluant - à la fois de manière perverse et erronée - que la CIA n’a envisagé ces options que parce qu’elle pensait que Julian avait l’intention de s’enfuir en Russie.

Les deux juges ont toutefois estimé lundi qu’il était “défendable” qu’un tribunal américain ne garantisse pas à Julian la protection du Premier Amendement, en violation de ses droits à la liberté d’expression tels qu’ils sont consacrés par la Convention européenne des droits de l’homme.

En mars, les juges ont demandé aux États-Unis de leur fournir des garanties écrites que Julian serait protégé par le Premier Amendement et qu’il serait exempté d’un verdict de peine de mort. Les États-Unis ont assuré à la Cour que Julian ne serait pas passible de la peine de mort, ce que les avocats de Julian ont finalement admis. Mais le ministère de la Justice n’a pas été en mesure de garantir que Julian pourrait bénéficier de la protection du Premier Amendement devant un tribunal américain. Une telle décision est prise par un tribunal fédéral américain, ont expliqué leurs avocats.

Le procureur adjoint Gordon Kromberg, qui poursuit Julian, a fait valoir que seuls les citoyens américains bénéficient des droits du Premier Amendement dans les tribunaux américains. M. Kromberg a déclaré que les publications de M. Julian n’étaient pas “dans l’intérêt public” et que les États-Unis ne demandaient pas son extradition pour des raisons politiques.

La liberté d’expression est une question clé. Si Julian se voit reconnaître les droits du Premier Amendement par un tribunal américain, il sera très difficile pour les États-Unis de monter un dossier pénal contre lui, puisque d’autres organes de presse, dont le New York Times et le Guardian, ont publié les informations qu’il a diffusées.

La demande d’extradition est fondée sur l’affirmation que Julian n’est pas un journaliste, et qu’il n’est pas protégé par le Premier Amendement.

Les avocats de Julian et ceux qui représentent le gouvernement américain ont jusqu’au 24 mai pour déposer leur projet d’ordonnance, qui déterminera la date à laquelle l’appel sera entendu.

Julian a commis le plus grand péché de l’empire : il l’a dénoncé en tant qu’entreprise criminelle. Il a documenté ses mensonges, ses violations systématiques des droits de l’homme, ses meurtres gratuits de civils innocents, sa corruption endémique et ses crimes de guerre. Républicain ou démocrate, conservateur ou travailliste, Trump ou Biden - peu importe. Ceux qui gèrent l’empire appliquent les mêmes règles de conduite.

La publication de documents classifiés n’est pas un crime aux États-Unis, mais si Julian est extradé et condamné, elle le deviendra.

Julian est dans un état de santé physique et psychologique précaire. La dégradation de son état physique et psychologique s’est traduite par un petit accident vasculaire cérébral, des hallucinations et une dépression. Il prend des antidépresseurs et un antipsychotique, la quétiapine. On l’a vu faire les cent pas dans sa cellule jusqu’à s’effondrer, se donner des coups de poing au visage et se frapper la tête contre le mur. Il a passé des semaines dans l’aile médicale de Belmarsh, surnommée “l’aile de l’enfer”. Les autorités pénitentiaires ont trouvé “la moitié d’une lame de rasoir” cachée sous ses chaussettes. Il a appelé à plusieurs reprises la ligne d’assistance téléphonique dédiée au suicide, gérée par les Samaritains, parce qu’il a pensé à se suicider “des centaines de fois par jour”.

Ces bourreaux du ralenti n’ont pas encore achevé leur œuvre. Toussaint L’Ouverture, qui a mené le mouvement d’indépendance haïtien, l’unique révolte d’esclaves victorieuse de l’histoire de l’humanité, a été détruit physiquement de la même manière. Les Français l’ont enfermé dans une cellule non chauffée et exiguë et l’ont laissé mourir d’épuisement, de malnutrition, d’apoplexie, de pneumonie et probablement de tuberculose.

L’emprisonnement prolongé, que la réponse positive au recours perpétue, est au cœur de cette affaire. Les douze années de détention de Julian - sept à l’ambassade de l’Équateur à Londres et plus de cinq dans la prison de haute sécurité de Belmarsh - ont été marquées par un manque de soleil et d’exercice, ainsi que par des menaces incessantes, des menaces, un isolement prolongé, de fortes angoisses et un stress constant. L’objectif est de le détruire.

Nous devons libérer Julian. Nous devons faire en sorte qu’il ne tombe pas entre les mains du gouvernement américain. Compte tenu de tout ce qu’il a fait pour nous, nous lui devons un combat sans répit.

Si Julian est privé de liberté d’expression, nous en serons privés aussi.

Chris Hedges

Source en anglais : The Chris Hedges Report

Traduction : Spirit Of Free Speech

EN COMPLEMENT : voir pièces jointes

»» https://ssofidelis.substack.com/p/lexecution-au-ralenti-de-julian-assange
Documents joints
Assange-v-usa-reply-to-first-respondents-submission
PDF 237.9 ko
Assange-v-usa-first-respondents-submissions-on-assurances
PDF 229.5 ko
Assange-v-usa-applicants-submissions-regarding-assurances
PDF 254.3 ko
URL de cet article 39604
  

Même Thème
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.