RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Shanan KHAIRI

Ça ne peut pas durer...

Shanan KHAIRI
Voila un mois que nos gardiens de prison sont en grève. Un mois que des milliers de prisonniers sont privés de douche. Qu'ils ne reçoivent qu'un repas par jour. Qu'ils sont cantonnés continuellement dans leurs cellules jusqu'à dix pour quelques mètres carrés. Que des centaines de malades incarcérés sont privés de soins adéquats. Que des émeutes éclatent. Que le gouvernement semble impuissant. Déjà un mort en aile psychiatrique. Du sang jusqu'au plafond. Un mois. Ça ne peut pas durer. Voila deux ans que d'anciens néo-nazis sont rentrés au gouvernement. Deux ans que Charles Michel pactise avec ceux qu'il qualifiait autrefois de "racistes". Deux ans qu'ils distillent leur propagande fascisante dans les plus hautes sphères de l'Etat. Deux ans qu'ils contrôlent la police. La sûreté de l'Etat. Les finances. La lutte contre la fraude fiscale. La lutte contre la pauvreté. L'égalité des chances. L'immigration. La politique des grandes villes. Deux ans qu'ils n'ont montré qu'incompétence dans tous ces secteurs. (...) Lire la suite »
Les statistiques par tranches d’âge démontrent que le recul est homogène, non explicable par des crises sanitaires.

Que penser du recul de l’espérance de vie en France ?

Shanan KHAIRI

L’information est tombée cette semaine en arrière plan d’une actualité où les questions sécuritaires se disputent les couvertures aux questions identitaires. L’espérance de vie a reculé en France pour la première fois depuis 1969. (1)

Ce constat posé par l'Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques (INSEE) semble d'importance. Et pourtant... Et pourtant aucun responsable gouvernemental n'a crû bon s'exprimer sur le sujet. Pas même la Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, Marisol Touraine. Ni dans la presse ni sur les réseaux sociaux sur lesquels s'étalent quotidiennement nos politiques. Et pourtant la presse en fait peu de cas. Les chaînes d'infos en continu, si promptes à se saisir du moindre fait anxiogène, n'y ont pas accordé plus de 25 secondes (record atteint sur BFM-TV). Les journaux n'y ont consacré qu'un ou deux articles en pages intérieures. Qui plus est nos journalistes, seuls ou à l'aide "d'experts statistiques", se veulent rassurants : cela ne signifie rien. Ils le noient sous les autres paramètres démographiques (taux de natalité, de mortalité, de fécondité ou de mariages) et invoquent la canicule, la grippe, le papy boom et d'autres éléments non signifiants pour le transformer en (...) Lire la suite »
15 

Quand Onfray se rêve Camus...

Shanan KHAIRI

Très récemment, l’homme de médias et militant d’extrême droite Martial Bild, ancien cadre du Front National, prenant appui sur les écrits d’Onfray, s’est permis d’affirmer sur les ondes à propos de Sartre que "sa vie durant la seconde guerre mondiale donne la nausée". Cette déclaration aussi effarante que dénuée de tout fondement me permet de revenir sur un de nos nouveaux prophètes contemporains.

Après Bernard Henri Levy, Caroline Fourest et Eric Zemmour, un nouveau penseur auto-proclamé émerge du bourbier médiatique : Michel Onfray. Mais à la différence des premiers, opportunistes pantins désarticulés, Onfray se rêve un destin et tente de figurer l'Albert Camus de notre époque qu'il prétend, depuis plusieurs années, vouloir réhabiliter face à un Jean-Paul Sartre qui l'aurait exclu du champs philosophique. Cette opposition autour de laquelle Onfray se structure désormais est centrale pour appréhender le personnage et l'inconséquence de son discours. Onfray, pour mieux se définir, nous offre ainsi un conte où deux personnalités complexes sont transformées en personnages manichéens de bande-dessinées. Il nous pose un Camus issus d'un milieu pauvre, humaniste, penseur exceptionnel et résistant, face à un Sartre d'origine bourgeoise, malhonnête, manipulateur, médiocre et, pur délire, qui se serait compromis avec l'occupant nazi. Qui plus est, le second aurait passé sa vie entière à conspirer pour (...) Lire la suite »
18 

Les "élites" belges à la dérive : de la novlangue et de l’extrême-droite

Shanan KHAIRI

Nul ne l’ignore désormais, une large coalition de droite incluant des ministres liés aux milieux néo-nazis flamands a conquis le pouvoir fédéral. Au-delà des indignations opportunistes de l’opposition, voici l’occasion de nous pencher sur la compromission de nos dirigeants, intellectuels et formateurs d’opinion l’ayant permis.

Car il n'y a pas de "surprise" quant à l'intronisation de Jambon et Francken. Il n'y a pas plus de surprise quant à la faiblesse des réactions sur leurs dérapages quant à la collaboration, au racisme et à l'homophobie. Le "cordon sanitaire" autour du Vlaams Blok a volé en éclat dans les années nonante. La Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) est au pouvoir régional depuis 2004. Les liens de ses cadres avec l'extrême-droite et, en particulier, les organisations néo-nazies flamandes sont documentés depuis bien avant même sa fondation. Plusieurs responsables francophones de premier plan, tant au Mouvement Réformateur qu'au Parti Socialiste, s'étaient déjà déclarés prêts à gouverner avec ce parti. Il n'y a pas de surprise. Il n'y avait pas plus d'inexorabilité à cet événement. La N-VA ne représente que 30% des électeurs flamands et 20% des belges. Nul n'était tenu de l'intégrer aux divers exécutifs. La dérive des politiques : de l'irruption des "minorités visibles" au retour de vieux démons Manuel Abramovicz a (...) Lire la suite »

L’extrême-droite au gouvernement belge - Prière au Premier Ministre

Shanan KHAIRI
Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président du Mouvement Réformateur, Monsieur le Président du Groupe MR de la chambre, Comme nombre de citoyens belges, je ne peux rester indifférent au séisme engendré par la formation du gouvernement fédéral. Nul ne l'ignore plus, Jan Jambon, notre nouveau ministre de l'Intérieur, a fréquenté des milieux néo-nazis et relativise la collaboration. Nul ne l'ignore plus, Théo Francken, notre nouveau secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, est raciste, homophobe et a rendu hommage à un ancien collaborateur et acteur-fondateur majeur du néo-nazisme flamand d'après-guerre. Nul ne l'ignore plus, vous ne changerez pas d'avis : ces hommes sont pour vous les plus à même d'être en charge de la police, de la Sûreté de l'Etat et des décisions discrétionnaires quant aux dossiers des migrants et demandeurs d'asile. Vous nous l'avez affirmé : tout cela n'est que secondaire. Vous avez décidé de former un "gouvernement exclusivement économique". Vous auriez obtenu un (...) Lire la suite »

Fait divers impliquant M. Pire - Lettre ouverte au bourgmestre de la ville de Bruxelles et à son échevin de l’égalité des chances

Shanan KHAIRI
Monsieur le Bourgmestre, Monsieur l'Echevin de l'égalité des chances, Résident et électeur de la ville de Bruxelles, je me permet de vous interpeller quant à un fait divers impliquant monsieur Jean-Marie Pire, chef du protocole de notre commune, abondamment relayé ce jour par la presse (1). Je suis athée. Je suis laïc. J'ai cependant vu avec tristesse et crainte la Belgique et la France devenir les seuls pays au monde à interdire le port du niqab dans l'espace public par un vote unanime à l'exception d'une voix de leurs députés. Tout d'abord parce que la limitation des libertés individuelles ne peut être limitée à mon sens que de par la protection d'autrui. Criminaliser les femmes portant le niqab ne me semblait pas répondre à cette condition, sentiment partagé par Amnesty International, Human Rights Watch et la Fédération Internationale des Ligues des droits de l'Homme. Ensuite parce que l'adoption de cette loi, visant explicitement le niqab dans les discours mais hypocritement toute façon de se (...) Lire la suite »

Amnesty mise en accusation : la Belgique et la France en pointe d’un nouvel anti-humanisme

Shanan KHAIRI
Amnesty International. Humans Rights Watch. La Ligue des Droits de l'Homme. Ces noms résonnent dans nos esprits comme des garants des droits individuels et collectifs. Comme ceux qui rappellent à nos mémoires les victimes que nous ne devrions jamais oublier. Comme ceux qui donnent mauvaise conscience à ceux qui ne devraient jamais pouvoir la garder en paix. Et pourtant, ces organisations font depuis quatre années l'objet d'une insidieuse mais constante campagne de dénigrement en Belgique et en France. Auparavant, seule l'extrême-droite, ulcérée par leur défense des droits des minorités, les conspuait et appelait à leur disparitions. Parmi les premières mesures prises en 1995 ou en 2014 par les maires issus des rangs du Front National, figuraient ainsi la fin de toute aide directe ou indirecte à ces organisations. Aujourd'hui, les critiques fusent de tous bords, jusque depuis l'extrême-gauche. Que s'est-il donc passé ? La banalisation du racisme, de la xénophobie, de l'islamophobie et de (...) Lire la suite »
Des faits aux conséquences, comment réagir ?

Ces histrions du racisme qui dégradent la République : Nicolas Bedos, Dieudonné M’Bala M’Bala et Manuel Valls.

Shanan KHAIRI

Comme beaucoup, j’ai assisté avec curiosité puis consternation au dernier psycho-drame français : "l’affaire Dieudonné". Voici donc un humoriste qui a été exclu des média voici plusieurs années pour avoir presté un sketch sur la shoah. Un humoriste qui depuis lors s’est peu à peu acoquiné avec divers représentants de l’extrême-droite officielle ou souterraine, sombré dans un délire conspirationniste et abaissé à réaliser de nombreux spectacles au caractère antisémite indéniable. J’apprends qu’il a fait l’objet de plusieurs condamnations de justice pour ce motif mais qui n’ont pas été mise en application par les pouvoirs exécutifs successifs. Cet épiphénomène des dérives racistes de la société française était jusqu’ici à l’arrière-plan de la déferlante de propos et actes haineux visant les communautés musulmane et Rom ces dernières années dans une relative impunité judiciaire.

Pour sa part, Manuel Valls, se plaçant dans la filiation des ministres de l'Intérieur sarkozystes s'est à plusieurs reprises tristement distingué par des interventions racistes. Peu après avoir stigmatisé la communauté Rom, nous le voyons avec surprise se poser en chantre de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Prétextant de l'inapplication des décisions de justice, donc de sa propre incompétence, il médiatise sa volonté de faire interdire les spectacles de Dieudonné. Après une intervention personnelle du Président de la République lui apportant son soutien, Manuel Valls décide non pas d'agir dans le cadre judiciaire mais de mettre en œuvre des moyens d'exception sous un fallacieux prétexte : l'interdiction administrative pour un trouble à l'ordre public qui semblait pourtant inexistant. Chacun pensait que cette manœuvre serait annulée par les tribunaux administratifs. Tel fut effectivement le cas. Coup de tonnerre cependant lorsqu'un membre du Conseil d'État réduisit l'arrêt du tribunal (...) Lire la suite »
66 
L’anti-antiracisme et l’anti-communautarisme ou la perversion des principes de liberté et d’égalité

Alain Destexhe : une carrière parlementaire belge au service de la haine

Shanan KHAIRI

Ce 24 août 2013, Mr Destexhe commettait un nouveau pamphlet xénophobe dans "La Libre" ("L’antiracisme est nu"), un des principaux quotidiens belges. Ce journal, semblant ne pas admettre le principe que les citoyens d’origine étrangère puissent être personnellement lésés par de tels propos, a refusé les droits de réponse n’émanant pas d’organisations officiellement reconnues ou de personnalités publiques.

À son habituelle rhétorique, régulièrement étalée dans "La Libre", Mr Destexhe ajoute que la Belgique serait "un pays plus ouvert aux étrangers que tous ses voisins", y décrit le racisme, qu'il prétend définir, et l'homophobie comme "marginaux" et se lamente du sort du "pauvre Belge", victime de "professionnels de l'indignation". Il brandit ensuite la présence de Mr Di Rupo au gouvernement et de Mme Dahrmouch à RTL pour seule preuve de ses propos. Qu'une femme ait été Premier Ministre du Pakistan, qu'une autre dirige le Bangladesh, qu'un noir préside l'Afrique du Sud ou qu'un métis soit à la tête des États-Unis démontre-t-il la disparition du sexisme ou du racisme dans ces pays ? Mr Destexhe est parlementaire libéral. Je me dois de lui rappeler qu'il bafoue à nouveau la constitution qu'il a juré de protéger en opposant "le pauvre Belge" aux Belges d'origine étrangère, musulmans ou homosexuels. Lui rappeler également que les "individus (sic) de seconde, troisième voire quatrième génération" n'ont (...) Lire la suite »