RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

À qui profite le crime ?

Yasser Arafat n’est pas mort de vieillesse ou de maladie. Comme les grands révolutionnaires qui ont incarné, y compris dans leurs défauts très humains, les aspirations des opprimés, il a été assassiné. Il voulait être un chahid, une enquête scientifique est en train de confirmer qu’il est mort en combattant.

Beaucoup de Palestiniens le disaient depuis longtemps avec la conviction forte qu’il était, malgré sa disponibilité au compromis, le grand obstacle à la « liquidation » de la cause.
Cette conviction, les expertises russes et suisses viennent de l’étayer de manière raisonnable. Le président palestinien a été empoisonné au polonium, une substance réservée à quelques États dont Israël. « Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l’empoisonnement », a résumé jeudi le Dr François Bochud, directeur de l’Institut de radiophysique appliquée de Lausanne, un des auteurs du rapport suisse.

Le président de la commission d’enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, Tawfiq Tiraoui, a enfoncé une porte ouverte en déclarant qu’Israël était le « principal et unique suspect de l’assassinat » de Yassar Arafat. Les responsables israéliens avaient exprimé publiquement et à maintes reprises leur volonté de le « liquider » et cela équivaut signature.

Les démentis d’Israël sont prévisibles et pas crédibles. Par contre, l’insistance de Tiraoui à faire d’Israël « le principal et unique suspect » semble trop lourde. Comme s’il s’agissait d’évacuer le grand sujet qui fâche, à savoir que l’empoisonnement a probablement été réalisé par des mains palestiniennes.
Certains dirigeants palestiniens accusent même l’entourage de l’ancien chef du Fath. Les Palestiniens n’étant pas amnésiques n’oublient pas que Yasser Arafat était devenu pour certains dirigeants celui qui entrave la « solution » par sa seule « existence », par son « entêtement » à s’accrocher aux fondamentaux de la cause palestinienne.
Par son souci exacerbé d’éviter que les clivages politiques et idéologiques entre Palestiniens ne se transforment en division et affrontements. L’homme avait pris le risque d’Oslo mais ne renonçait pas à la résistance. Même quand le piège s’est refermé sur lui dans une mouqataa assiégée par les chars de l’occupant, il est resté sans concession sur ce qu’il considère les fondamentaux.

Israël avait évidemment toutes les raisons du monde pour l’éliminer. mais des palestiniens ambitieux, appâtés ou tout simplement naïfs se sont laissé également convaincre que Yasser Arafat était un obstacle.
Sa mort a affecté le moral des palestiniens, l’alternative en termes de leadership s’appelait Marwan Barghouti et il est en prison.
Sa liquidation a permis aux négociateurs du vent de mener la barque et d’engager les palestiniens dans un cul-de-sac où ils donnaient sans rien recevoir en contrepartie. Elle a surtout permis à certains aventuriers d’engager de manière insouciante une guerre civile inter-palestinienne à Ghaza.
Le crime a bien profite à Israël, mais cela n’en fait pas l’unique suspect, et cela doit hanter bien des consciences.

M. Saadoune

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 23247
  

Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.