RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

ADP : avez-vous signé ?

Quelques mois après le lancement de la procédure référendaire concernant la privatisation, ou non, des Aéroports de Paris (ADP) il faut bien avouer que l’objectif initial de 4,7 millions de signatures sera difficilement atteignable. La faute à qui ?

D’abord au gouvernement bien-sûr qui, dès le début, avait vu d’un mauvais œil ce processus. « Cela pose un vrai et grave problème démocratique » avait déclaré le Premier ministre. Peut-être faudrait-il lui rappeler l’étymologie du mot démocratie. Qu’importe, il était du devoir du gouvernement de parler de cette procédure, quitte à faire campagne pour la privatisation, afin de la faire connaître aux Français. Second coupable : les médias. Eux qui sont si prompts à parler de démocratie quand il s’agit d’autres nations, n’ont visiblement pas à cœur qu’elle vive en France. Enfin derniers responsables les partis politiques eux-mêmes qui, à l’exception de quelques-uns, ne se sont pas pleinement investis dans cette bataille. Pourtant, à l’Assemblée nationale et au Sénat, insoumis, communistes, socialistes, républicains (LR) avaient mené front commun au mois de mai dernier pour déclencher cette procédure.

Les différents compteurs affichent pour l’heure à peine plus de 820 000 signatures validées, alors qu’à la date où nous sommes ils devraient afficher plus de 1 900 000 signatures. L’écart est tel que désormais l’objectif affiché est le million de signatures le plus rapidement possible. Et après ? Car le véritable objectif, initial, était de 4  717  396 signataires. Certes l’été et les vacances n’ont sans doute pas aidé à la mobilisation. Mais le temps restant suffira-t-il à mobiliser tout le monde ?

Quand ADP rime avec rentabilité

La privatisation d’ADP rentre dans une loi plus générale, prévoyant également la privatisation de la Française des jeux et d’Engie. C’est un secteur éminemment stratégique car un aéroport est avant tout une frontière. Mais, de surcroît, c’est un secteur qui rapporte à l’Etat. « D’après son PDG en personne, Augustin de Romanet, Aéroports de Paris a fait plus de 600 millions de bénéfices l’an dernier ; Son chiffre d’affaires augmente de 10% à 30% chaque année. Et l’entreprise verse 170 millions d’euros de dividendes à l’Etat, plus 160 millions d’euros en impôts sur les sociétés » écrit Fakir dans son numéro 89. Au vu de ces chiffres difficile de comprendre cet acharnement, à moins que cela ne ressemble (une fois de plus) à du copinage ? « Ce n’est pas une compensation à l’abandon de Notre-Dame-des-Landes » avait précisé la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Nous voilà rassurés, comme les habitants de Rouen (voir : Lubrizol : la confiance trahie ?).

Pourtant les cas tendant à démontrer que les privatisations ne sont jamais une bonne chose pour l’intérêt général sont nombreux. Les autoroutes par exemple, qui se sont transformées en une véritable poule aux œufs d’or pour les actionnaires (entre 2005 et 2017 ce sont ainsi 27 milliards d’euros de dividendes qui ont été versés aux actionnaires des sociétés d’autoroutes). Autre exemple, plus récent, la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, troisième aéroport de la France, avec le fiasco que l’on connaît depuis.

Mais surtout, au delà de la simple question de la rentabilité, se pose la question de la démocratie, de notre démocratie. Le meilleur moyen de la faire vivre n’est-il pas un vote des Français ?

Signez ici pour un référendum
Pour en savoir plus : Fakir : Blagnac : danse avec le diable / Le Monde diplomatique : Aéroports de Paris, petites concessions entre amis

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/10/06/adp-avez-vous-signe/
URL de cet article 35291
  

Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"J’ai déjà parlé des tueries aux points de contrôle. Dans un incident, après qu’une voiture ait été criblé de balles et examinée, selon ces rapports militaires américains internes, l’homme tué était un médecin qui emmenait une femme enceinte à l’hôpital."

Julian Assange - Wikileaks
interviewé sur Democracy Now, donnant un exemple des crimes commis en Irak et révélés par Wikileaks

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.