RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Agissez maintenant contre ces entreprises qui profitent du génocide du peuple palestinien

Boycotter Israël de manière efficace et compréhensible.

"La plupart des listes prohibitives qui circulent sur les médias sociaux vont à l’encontre de cette approche stratégique et efficace. Elles incluent des centaines d’entreprises, dont beaucoup n’ont pas de preuves crédibles de leur lien avec le régime d’oppression israélien contre les Palestiniens, ce qui les rend inefficaces."

Le Comité national palestinien BDS (BNC), la plus grande coalition de la société palestinienne qui dirige le mouvement mondial de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), salue les militants, les organisations et les institutions du monde entier qui ont exprimé une solidarité significative avec notre lutte urgente pour arrêter le génocide israélien en cours à Gaza en intensifiant les campagnes de boycott et de désinvestissement. La généralisation des boycotts des entreprises israéliennes et multinationales complices peut être efficace si elle est menée de manière stratégique.

Il est plus urgent que jamais de mettre fin à la complicité des États, des entreprises et des institutions avec le régime génocidaire d’Israël. Nos vies et nos moyens de subsistance en dépendent littéralement.

Boycotts ciblés et boycotts non ciblés

Les personnes de conscience du monde entier sont à juste titre bouleversées, enragées et se sentent parfois impuissantes. Beaucoup se sentent obligés de boycotter tous les produits et services des entreprises liées d’une manière ou d’une autre à Israël. La prolifération des "listes de boycott" sur les médias sociaux en est un exemple. La question est de savoir comment rendre les boycotts efficaces et avoir un impact réel en tenant les entreprises responsables de leur complicité dans les souffrances des Palestiniens ?

Le mouvement BDS utilise la méthode historiquement efficace des boycotts ciblés inspirée par le mouvement anti-apartheid sud-africain, le mouvement des droits civiques aux États-Unis, la lutte anticoloniale indienne, parmi d’autres dans le monde entier.

Nous devons nous concentrer stratégiquement sur un nombre relativement restreint d’entreprises et de produits soigneusement sélectionnés pour obtenir un impact maximal. Des entreprises qui jouent un rôle clair et direct dans les crimes d’Israël et où il existe un réel potentiel de victoire, comme ce fut le cas, entre autres, avec G4S, Veolia, Orange, Ben & Jerry’s et Pillsbury. Obliger de grandes entreprises complices, par le biais de campagnes de boycott et de désinvestissement stratégiques et adaptées au contexte, à mettre fin à leur complicité dans l’apartheid israélien et les crimes de guerre contre les Palestiniens envoie un message très puissant à des centaines d’autres entreprises complices : "Votre heure viendra, alors sortez avant qu’il ne soit trop tard !".

La plupart des listes prohibitives qui circulent sur les médias sociaux vont à l’encontre de cette approche stratégique et efficace. Elles incluent des centaines d’entreprises, dont beaucoup n’ont pas de preuves crédibles de leur lien avec le régime d’oppression israélien contre les Palestiniens, ce qui les rend inefficaces.

Cela étant dit, tous les efforts populaires pacifiques, y compris le boycott et le désinvestissement, visant à tenir toutes les entreprises (et institutions) réellement complices responsables de leur soutien aux graves violations des droits des Palestiniens commises par Israël sont justifiés et nécessaires. Il est parfaitement légitime, par exemple, de boycotter les entreprises dont la branche ou la franchise israélienne a soutenu le génocide israélien en cours à Gaza, dont certaines sont mentionnées ci-dessous dans la section sur les cibles du boycott biologique de base.

De même, une entreprise ou un produit peut être une cible de boycott parfaitement logique dans un contexte ou une ville, mais pas dans un autre. Cette sensibilité au contexte est un principe clé de notre mouvement. Quoi qu’il en soit, nous avons tous une capacité humaine limitée, nous ferions donc mieux de l’utiliser de la manière la plus efficace possible pour obtenir des résultats significatifs et durables qui peuvent réellement contribuer à la libération de la Palestine. Nous appelons donc nos sympathisants à renforcer nos campagnes ciblées et à boycotter les entreprises complices citées sur notre site web afin de maximiser notre impact collectif.

Voici les cibles de boycott prioritaires actuelles du mouvement BDS mondial.

Nous avons divisé ces cibles en quatre sections :

1. Cibles de boycott des consommateurs - Le mouvement BDS appelle à un boycott complet de ces marques soigneusement sélectionnées en raison de leur complicité avérée avec l’apartheid israélien.

2. Cibles de désinvestissement - Le mouvement BDS fait pression sur les gouvernements, les institutions et les fonds d’investissement pour qu’ils excluent et désinvestissent du plus grand nombre possible d’entreprises complices, en particulier les fabricants d’armes, les banques et les entreprises figurant dans la base de données de l’ONU sur les entreprises impliquées dans l’entreprise de colonisation illégale d’Israël, ainsi que dans les bases de données WhoProfits et AFSC Investigate sur les entreprises qui favorisent l’occupation. Nous présentons ci-dessous quelques-unes des cibles contre lesquelles nous menons campagne.

3. Cibles de pression (non-boycott) - Le mouvement BDS appelle activement à des campagnes de pression contre ces marques et services en raison de leur complicité avec l’apartheid israélien. Nous n’avons pas, pour des raisons stratégiques, appelé au boycott de ces marques et services, mais nous appelons stratégiquement les sympathisants et les institutions à exercer d’autres formes de pression sur eux jusqu’à ce qu’ils mettent fin à leur complicité avec l’apartheid israélien.

4. Cibles du boycott "organique" - Le mouvement BDS n’a pas initié ces campagnes de boycott populaires mais les soutient car ces marques soutiennent ouvertement le génocide israélien contre les Palestiniens.

1. Cibles de boycott des consommateurs :

Siemens
Siemens (Allemagne) est le maître d’œuvre de l’interconnecteur Euro-Asie, un câble électrique sous-marin Israël-UE prévu pour relier les colonies illégales d’Israël dans le territoire palestinien occupé à l’Europe. Les appareils électriques de la marque Siemens sont vendus dans le monde entier.

PUMA
PUMA (Allemagne) sponsorise l’Association israélienne de football, qui régit les équipes des colonies illégales d’Israël sur le territoire palestinien occupé.

Carrefour
Carrefour (France) est un facilitateur de génocide. Carrefour-Israël a soutenu les soldats israéliens qui participent au génocide des Palestiniens de Gaza en leur offrant des colis personnels. En 2022, il a conclu un partenariat avec la société israélienne Electra Consumer Products et sa filiale Yenot Bitan, toutes deux impliquées dans de graves violations à l’encontre du peuple palestinien.

AXA
Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, le géant de l’assurance AXA (France) a pris des mesures ciblées contre elle. Pourtant, alors qu’Israël, un régime de colonisation et d’apartheid vieux de 75 ans, mène une guerre génocidaire contre Gaza, AXA continue d’investir dans des banques israéliennes qui financent des crimes de guerre et le vol des terres et des ressources naturelles palestiniennes.

Hewlett Packard Inc (HP Inc)
HP Inc (US) fournit des services aux bureaux des leaders du génocide, le Premier ministre israélien Netanyahou et le ministre des Finances Smotrich.

SodaStream
SodaStream est activement complice de la politique israélienne de déplacement des citoyens bédouins-palestiniens autochtones d’Israël dans le Naqab (Néguev) et a une longue histoire de discrimination raciale à l’encontre des travailleurs palestiniens.

Ahava

Les cosmétiques Ahava ont leur site de production, leur centre d’accueil et leur magasin principal dans une colonie israélienne illégale située dans le territoire palestinien occupé.

RE/MAX
RE/MAX (États-Unis) commercialise et vend des biens immobiliers dans des colonies israéliennes illégales construites sur des terres palestiniennes volées, permettant ainsi la colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée.

Les produits israéliens dans vos supermarchés
Les fruits, les légumes et les vins étiquetés de manière trompeuse comme "produits d’Israël" comprennent souvent des produits issus de colonies illégales implantées sur des terres palestiniennes volées. Les entreprises israéliennes ne font pas la distinction entre les deux, et les consommateurs ne devraient pas la faire non plus. Boycottez les produits d’Israël dans votre supermarché et exigez qu’ils soient retirés des rayons.

Vous pouvez aussi vérifier le code barre des produits, les codes commençant par 729 sont "made in Israël"

2. Cibles de désinvestissement :

Elbit Systems
Elbit Systems est la plus grande entreprise d’armement de l’Israël de l’apartheid. Elle "teste sur le terrain" ses armes sur les Palestiniens, notamment dans le cadre de la guerre génocidaire qu’Israël mène actuellement contre les Palestiniens de Gaza. En plus de construire des drones tueurs, Elbit fabrique des technologies de surveillance pour le mur d’apartheid israélien, les points de contrôle et la clôture de Gaza, permettant ainsi l’apartheid. Les États-Unis et l’Union européenne utilisent la technologie d’Elbit pour militariser leurs frontières, violant ainsi les droits des réfugiés et des populations autochtones.

HD Hyundai/Volvo/CAT/JCB
Les machines de HD Hyundai (Corée du Sud), Volvo (Suède/Chine), CAT (États-Unis) et JCB (Royaume-Uni) ont été utilisées par Israël pour le nettoyage ethnique et le déplacement forcé des Palestiniens par la destruction de leurs maisons, de leurs fermes et de leurs entreprises, ainsi que pour la construction de colonies illégales sur des terres qui leur ont été volées, ce qui constitue un crime de guerre au regard du droit international.

Barclays
La Barclays Bank (UK) détient plus d’un milliard de livres sterling d’actions et fournit plus de trois milliards de livres sterling de prêts et de garanties à neuf entreprises dont les armes, les composants et la technologie militaire ont été utilisés dans la violence armée d’Israël contre les Palestiniens.

CAF
L’entreprise de transport basque CAF construit et entretient le métro léger de Jérusalem (JLR), une ligne de tramway qui dessert les colonies illégales d’Israël à Jérusalem. CAF bénéficie des crimes de guerre commis par Israël sur des terres palestiniennes volées.

Chevron
La multinationale américaine Chevron, spécialisée dans les combustibles fossiles, est la principale entreprise internationale qui extrait le gaz revendiqué par l’Israël de l’apartheid en Méditerranée orientale. Chevron génère des milliards de revenus, renforçant le trésor de guerre d’Israël et le système d’apartheid, et exacerbant la crise climatique.

HikVision
Amnesty International a recueilli des informations sur des caméras de télévision en circuit fermé à haute résolution fabriquées par la société chinoise Hikvision, installées dans des zones résidentielles et montées sur des infrastructures militaires israéliennes pour surveiller les Palestiniens. Certains de ces modèles, selon le marketing de Hikvision, peuvent être connectés à un logiciel externe de reconnaissance faciale.

TKH Security
Amnesty International a identifié des caméras fabriquées par la société néerlandaise TKH Security et utilisées par Israël pour la surveillance des Palestiniens. TKH fournit à la police israélienne des technologies de surveillance qui sont utilisées pour renforcer l’apartheid.

3. Cibles de pression :

Google et Amazon (États-Unis)
Alors que l’armée israélienne bombardait des maisons, des cliniques et des écoles à Gaza et menaçait de chasser les familles palestiniennes de leurs maisons dans Jérusalem occupée le 20 mai, les dirigeants d’Amazon Web Services et de Google Cloud ont signé un contrat de 1,22 milliard de dollars pour fournir de la technologie en nuage au gouvernement et à l’armée israéliens. En soutenant l’apartheid israélien avec des technologies vitales, Amazon et Google sont directement impliqués dans l’ensemble de son système d’oppression, y compris le génocide en cours à Gaza. Rejoignez la campagne #NoTechForApartheid. Si les campagnes visant ces entreprises n’ont pas appelé au boycott, d’autres formes de pression ont été adoptées pour les contraindre à mettre fin à leur complicité.

Airbnb/Booking/Expedia
Airbnb (États-Unis), Booking.com (Pays-Bas) et Expedia (États-Unis) proposent tous des locations dans des colonies israéliennes illégales construites sur des terres palestiniennes volées. Bien que les campagnes visant ces entreprises n’aient pas encore appelé au boycott, d’autres formes de pression ont été adoptées pour les contraindre à mettre fin à leur complicité.

Disney
Marvel Studios (États-Unis), propriété de Disney, promeut dans le prochain film Captain America un "super-héros" qui personnifie l’apartheid israélien. Les deux sociétés sont donc complices du "racisme anti-palestinien, de la propagande israélienne et de la glorification de la violence coloniale contre les peuples indigènes", comme l’ont déclaré les organisations culturelles palestiniennes.

4. Le boycott "organique" de base cible :

McDonald’s (États-Unis), Burger King (États-Unis), Papa John’s (États-Unis), Pizza Hut (États-Unis), WIX (Israël), etc. sont désormais ciblés dans certains pays par des campagnes populaires de boycott biologique, non initiées par le mouvement BDS, parce que ces entreprises, ou leurs succursales ou franchises en Israël, ont ouvertement soutenu l’Israël de l’apartheid et/ou fourni de généreux dons en nature à l’armée israélienne dans le cadre de l’offensive israélienne actuelle contre 2,3 millions de Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés. 3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza occupée et assiégée, décrite par d’éminents spécialistes du droit international comme un "génocide en cours". Si ces campagnes de terrain ne sont pas déjà actives dans votre région, nous vous suggérons de concentrer votre énergie sur les campagnes stratégiques ci-dessus.

N’oubliez pas que toutes les banques israéliennes et pratiquement toutes les entreprises israéliennes sont complices, à un degré ou à un autre, du système d’occupation et d’apartheid d’Israël, et que des centaines d’entreprises et de banques internationales sont elles aussi profondément complices. Nous concentrons nos boycotts sur un petit nombre d’entreprises et de produits pour un impact maximal.

Ressources complémentaires : Pour en savoir plus sur les entreprises complices des violations des droits de l’homme des Palestiniens par Israël, consultez les sites

Who Profits

Investigate

la base de données de l’ONU sur les entreprises impliquées dans l’implantation illégale de colonies en Israël

(Publié le 5 novembre 2023, par BDSmovement.net, traduction libre www.activista.be)

»» https://www.activista.be/2023/11/boycotter-israel-de-maniere-efficace-et.html
URL de cet article 39110
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je ne sais pas."

Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell.
Interrogé pour savoir s’il aurait été favorable à une invasion de l’Irak
en sachant de ce dernier ne possédait pas d’armes de destruction massive.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.