RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

ALBA : L'AUBE DES PEUPLES

ALBA : Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique. L'alba, c'est l'aube, cette naissance d'un nouveau jour, ici d'une nouvelle époque pour tout un continent ; l'alba, c'est une lueur, une promesse d'avenir.

Et après des siècles de domination espagnole, puis anglaise, et enfin nord-américaine, cet avenir, les peuples d’Amérique du sud l’ont pris en main, assumant et prolongeant la doctrine politique léguée par Simon Bolivar. Le "Libertador" fut le premier à avoir cette vision prophétique d’une nécessaire intégration continentale, d’un destin commun. Dans sa "Lettre de la Jamaïque" (6 septembre 1815), il donne à son combat une dimension continentale. L’Amérique latine ne pourra se libérer que globalement. Une intégration politique qu’il concevait accompagnée d’un "projet d’intégration sociale et raciale".

On comprend dès lors pourquoi l’un des objectifs de la "doctrine Monroe" (1823) : "l’Amérique aux Américains" (du Nord), fut d’empêcher, en fomentant la division, cette intégration régionale émancipatrice. Simultanément, Washington a avancé des projets "intégrateurs", mais impérialistes, sous sa houlette : "Alliance pour le progrès", après la victoire de la révolution cubaine, afin "d’empêcher un autre Cuba", et puis le grand projet stratégique recolonisateur, de l’Alaska à la Terre de feu : la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA, ou ALCA). Lancée avec fracas au Premier Sommet des Amériques en 1994, cette entreprise échouera piteusement au Sommet de Mar del Plata (novembre 2005), repoussée par une majorité de pays du continent. Chacun reconnaît aujourd’hui que le vrai fossoyeur en fut Hugo Chavez. Ce rejet constitua pour les Etats-Unis un revers géopolitique majeur ; il ouvrit la voie à une nouvelle résistance des pays et des peuples.

C’est fin décembre 2004 que les présidents Castro et Chavez, à La Havane, portèrent sur les fonts baptismaux une esquisse d’Alternative bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique : l’ALBA. Elle naquit comme un traité bilatéral souple, sans personnalité juridique, pour promouvoir entre pays des coopérations et échanges équitables, équilibrés, réduisant les asymétries, intégrateurs, mutuellement avantageux, hors FMI, Banque mondiale... La naissance officielle fut actée, à La Havane, en avril 2005. H. Chavez avait avancé l’idée en décembre 2001.

Aujourd’hui, 8 pays conforment cet outil politique, qui ne se limite pas au commerce, et s’affirme peu à peu ; cependant, le commerce intra-Alba reste encore faible et ne représente que 5% des échanges entre pays de la région. L’important reste donc l’exemplarité et la faisabilité du projet. Oui, d’autres échanges, d’un autre type, sont possibles.

L’Alba repose sur quatre principes :

solidarité

complémentarité

coopération

respect de la souveraineté

Conçue surtout comme un espace de dialogue entre chefs d’Etat, elle s’est dotée de conseils : présidentiel, politique, économique, social, de comités et groupes de travail, et d’un Conseil des Mouvements sociaux (ces mouvements appelés à être "acteurs" de l’Alba). Chacun peut adhérer à ce laboratoire. C’est ainsi que le Mouvement brésilien des Sans Terre en est membre alors que le Brésil n’a pas rejoint l’ALBA.

Les décisions prises par l’ALBA le sont par consensus politique et débouchent rapidement. Le principe de "supranationalité" en est banni. Elles ne s’imposent à personne.

8 pays la constituent : Venezuela, Cuba, Bolivie, Equateur, Nicaragua, Saint-Vincent et les Grenadines, Antigua-et-Barbuda, la Dominique... Le Honduras s’en est retiré en 2010 après le putsch contre le président Zelaya.

Lorsqu’elle y adhéra, en 2006, la Bolivie y fit inscrire la notion de "Traité de commerce des peuples" (TCP), face aux prédateurs Accords de "libre commerce" impulsés par Washington et l’Europe ; le plus récent, signé entre l’Union européenne, le Pérou et la Colombie, est si cannibale, si défaillant en matière de droits de l’homme, du travail, de libertés syndicales, d’environnement..., qu’il a été condamné par la mollassonne Confédération européenne des syndicats.

L’Alba porte une nouvelle philosophie des échanges. Elle refuse toute concurrence, toute privatisation, et favorise des complémentarités, des avantages coopératifs, le développement des services publics, etc. C’est dans le cadre de l’ALBA qu’un million de personnes ont été opérées gratuitement de la cataracte ("Opération Milagros"), qu’ont été crées des entreprises "gran-nacionales" (et non multi...), la chaîne continentale Telesur (2005), la banque de l’ALBA, la Compagnie Petrocaribe (le Venezuela fournit du pétrole, sans intermédiaire du marché, à prix préférentiel, stable, avec facilités de paiement, à 14 pays de la Caraïbe), et, depuis février 2012, s’est ouvert EcoAlba, un espace économique commun.

L’ALBA (75 millions d’habitants) dispose d’une unité monétaire commune, créée le 16 avril 2009), le "SUCRE" : Système unique de compensation régionale. Mais tout le commerce n’est pas libellé en "sucre", seulement des transactions ponctuelles, des projets ciblés... Les hydrocarbures restent hors échanges en "sucre".

L’exemple le plus emblématique des coopérations albiennes d’un nouveau type est celui du quasi troc entre le Venezuela et Cuba. L’ île reçoit le pétrole de Caracas et fournit au Venezuela environ 30 000 médecins, enseignants, éducateurs sportifs, artistiques...

"L’Alternative bolivarienne", créée en 2005 pour contrebalancer le projet d’ALCA, s’est désormais transformée en "Alliance bolivarienne", pour insister davantage sur le renforcement politique, propulsif, de son contenu novateur.

Jean Ortiz

Universitaire

URL de cet article 18490
  

Même Auteur
Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.