Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Angot et Giesbert, chiens de garde du sionisme

C‘était dans « On n’est pas couché » du 3 novembre dernier, une émission qui, ayant accordé à Éric Zemmour une tribune incomparable, s’érige depuis quelques années en promoteur du racisme et en tribunal contre ses invités, avec des juges colériques et caractériels, campés sur le pouvoir du media qu’ils occupent, on se souvient de l’épisode Angot-Rousseau, et de bien d’autres.

Le thème, cette fois, est la pièce de Salomé Lelouch « Justice », qui montre avec simplicité le fonctionnement d’une justice de classe, comme l’indique Christine Angot, sobrement avec justesse et une gentillesse presqu’inquiétante. Même Laurent Ruquier respire à la fin de sa tirade. Mais c’est pour mieux tirer !

Elle somme alors Océan, l’un des acteurs de cette pièce, présent sur le plateau de l’émission, de s’expliquer sur une phrase de sa tribune courageuse en soutien à Houria Bouteldja : « Elle interroge l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé ». Si Océan avait eu son propre texte de mai 2016 sous les yeux, il aurait pu juste poursuivre la lecture de son paragraphe et la discussion était close : « Car la violence rationalisée et industrialisée envers une catégorie de population, c’est bien une invention du colonialisme européen. Et, oui, il y a, en France, un monde colonisé, dont les Juifs ont été historiquement (et encore aujourd’hui sous des formes renouvelées) les victimes. Et ce livre est bien une tentative de réconciliation et d’organisation d’une lutte politique commune ». Mais c’est là tout le vice de l’attaque surprise et sur une phrase.

Christine Angot retient ses tremblements dit-elle, Franz-Olivier Giesbert aussi devant une phrase « aussi monstrueuse ». Le mot « instrumentalisation » que je n’arrive même pas à prononcer, soupire-t-elle, semble une découverte pour ces « Juges ».

Alors pour les faux innocents et les ignares, il nous faut rappeler que l’instrumentalisation de la Shoah est une histoire largement documentée et informée par les historiens et chercheurs les plus avertis et notamment les historiens israéliens, comme Idith Zertal, Tom Seguev, Shlomo Sand, Ilan Pappe, Abraham Burg ou Saul Friedlander. Mais l’ignorance crasse de ces petits juges « de guerre » n’a d’équivalent que leur mauvaise foi.

Car il faut bien le souligner, en réalité nous assistons là précisément à une instrumentalisation du judéocide : ce qu’il s’agit de défendre c’est l’État d’Israël et ses crimes dont pas un mot ne sera dit (hormis celui qu’essaye vainement de prononcer Océan), en utilisant le judéocide. Le mot extermination que Christie Angot et Franz-Olivier Giesbert répètent en roulant des yeux terrorisés sert ici à annuler celui d’instrumentalisation. Condamner l’instrumentalisation de l’extermination reviendrait à nier ou effacer l’extermination. Franz-Olivier Giesbert enfonce le clou en évoquant le négationiste Faurisson. Le vrai procès est celui du soutien à Houria Bouteldja diabolisée elle aussi pour avoir tenté de démonter cette instrumentalisation, mais est-ce permis quand on est indigène ?

Le vrai procès est celui de tous ceux qui osent braver l’interdit et soutenir la Palestine publiquement. Il est interdit d’attaquer le sionisme ou l’État d’Israël. C’est ce que dit Macron et c’est ce que répètent en cœur ces chiens de garde du sionisme.

Eux qui n’ont jamais eu un mot pour l’écrasement de Gaza sous les bombes, et encore aujourd’hui, pour les enfants prisonniers et les tortures infligées aux Palestiniens, n’ont de leçon d’humanité à donner à personne du haut de leur tribunal inquisiteur. Océan a tenté une parole juste de défense d’un livre et d’une amie hystériquement attaqués pour ces mêmes raisons. Lui qui introduisait sa tribune ainsi « cette tribune ne s’adresse pas aux identitaires républicains en crise actuelle de psychose, obsédés par la soi-disant « islamisation de la France », mais à ceux pour qui être de gauche ne se résume pas à faire passer l’entre soi Blancs-bien-pensants pour de l’universalisme, et sont prêts à observer depuis une autre place que la leur ».

Nous sommes de son côté et de tous ceux qui aujourd’hui, non seulement ne nient pas le judéocide, mais refusent son instrumentalisation au service de crimes de guerres commis en Palestine.

Le Bureau national de l’UJFP, le 7 novembre 2018

»» http://www.ujfp.org/spip.php++cs_INTERRO++article6781
URL de cet article 34061
   
Même Thème
Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.