RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Angot et Giesbert, chiens de garde du sionisme

C‘était dans « On n’est pas couché » du 3 novembre dernier, une émission qui, ayant accordé à Éric Zemmour une tribune incomparable, s’érige depuis quelques années en promoteur du racisme et en tribunal contre ses invités, avec des juges colériques et caractériels, campés sur le pouvoir du media qu’ils occupent, on se souvient de l’épisode Angot-Rousseau, et de bien d’autres.

Le thème, cette fois, est la pièce de Salomé Lelouch « Justice », qui montre avec simplicité le fonctionnement d’une justice de classe, comme l’indique Christine Angot, sobrement avec justesse et une gentillesse presqu’inquiétante. Même Laurent Ruquier respire à la fin de sa tirade. Mais c’est pour mieux tirer !

Elle somme alors Océan, l’un des acteurs de cette pièce, présent sur le plateau de l’émission, de s’expliquer sur une phrase de sa tribune courageuse en soutien à Houria Bouteldja : « Elle interroge l’extermination des Juifs d’Europe et son instrumentalisation par le projet sioniste depuis le monde colonisé ». Si Océan avait eu son propre texte de mai 2016 sous les yeux, il aurait pu juste poursuivre la lecture de son paragraphe et la discussion était close : « Car la violence rationalisée et industrialisée envers une catégorie de population, c’est bien une invention du colonialisme européen. Et, oui, il y a, en France, un monde colonisé, dont les Juifs ont été historiquement (et encore aujourd’hui sous des formes renouvelées) les victimes. Et ce livre est bien une tentative de réconciliation et d’organisation d’une lutte politique commune ». Mais c’est là tout le vice de l’attaque surprise et sur une phrase.

Christine Angot retient ses tremblements dit-elle, Franz-Olivier Giesbert aussi devant une phrase « aussi monstrueuse ». Le mot « instrumentalisation » que je n’arrive même pas à prononcer, soupire-t-elle, semble une découverte pour ces « Juges ».

Alors pour les faux innocents et les ignares, il nous faut rappeler que l’instrumentalisation de la Shoah est une histoire largement documentée et informée par les historiens et chercheurs les plus avertis et notamment les historiens israéliens, comme Idith Zertal, Tom Seguev, Shlomo Sand, Ilan Pappe, Abraham Burg ou Saul Friedlander. Mais l’ignorance crasse de ces petits juges « de guerre » n’a d’équivalent que leur mauvaise foi.

Car il faut bien le souligner, en réalité nous assistons là précisément à une instrumentalisation du judéocide : ce qu’il s’agit de défendre c’est l’État d’Israël et ses crimes dont pas un mot ne sera dit (hormis celui qu’essaye vainement de prononcer Océan), en utilisant le judéocide. Le mot extermination que Christie Angot et Franz-Olivier Giesbert répètent en roulant des yeux terrorisés sert ici à annuler celui d’instrumentalisation. Condamner l’instrumentalisation de l’extermination reviendrait à nier ou effacer l’extermination. Franz-Olivier Giesbert enfonce le clou en évoquant le négationiste Faurisson. Le vrai procès est celui du soutien à Houria Bouteldja diabolisée elle aussi pour avoir tenté de démonter cette instrumentalisation, mais est-ce permis quand on est indigène ?

Le vrai procès est celui de tous ceux qui osent braver l’interdit et soutenir la Palestine publiquement. Il est interdit d’attaquer le sionisme ou l’État d’Israël. C’est ce que dit Macron et c’est ce que répètent en cœur ces chiens de garde du sionisme.

Eux qui n’ont jamais eu un mot pour l’écrasement de Gaza sous les bombes, et encore aujourd’hui, pour les enfants prisonniers et les tortures infligées aux Palestiniens, n’ont de leçon d’humanité à donner à personne du haut de leur tribunal inquisiteur. Océan a tenté une parole juste de défense d’un livre et d’une amie hystériquement attaqués pour ces mêmes raisons. Lui qui introduisait sa tribune ainsi « cette tribune ne s’adresse pas aux identitaires républicains en crise actuelle de psychose, obsédés par la soi-disant « islamisation de la France », mais à ceux pour qui être de gauche ne se résume pas à faire passer l’entre soi Blancs-bien-pensants pour de l’universalisme, et sont prêts à observer depuis une autre place que la leur ».

Nous sommes de son côté et de tous ceux qui aujourd’hui, non seulement ne nient pas le judéocide, mais refusent son instrumentalisation au service de crimes de guerres commis en Palestine.

Le Bureau national de l’UJFP, le 7 novembre 2018

»» http://www.ujfp.org/spip.php++cs_INTERRO++article6781
URL de cet article 34061
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Claude Lanzmann. Le Lièvre de Patagonie. Paris : Gallimard, 2009.
Bernard GENSANE
Il n’est pas facile de rendre compte d’un livre considérable, écrit par une personnalité culturelle considérable, auteur d’un film, non seulement considérable, mais unique. Remarquablement bien écrit (les 550 pages ont été dictées face à un écran d’ordinateur), cet ouvrage nous livre les mémoires d’un homme de poids, de fortes convictions qui, malgré son grand âge, ne parvient que très rarement à prendre le recul nécessaire à la hiérarchisation de ses actes, à la mise en perspective de sa vie. Lanzmann est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.