RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
25 

Aux origines du malaise enseignant

Ce n’est un secret pour personne, la vocation de prof est aujourd’hui en péril. Les académies peinent à recruter, le niveau scolaire n’a jamais été aussi bas, les troubles du comportement et de l’apprentissage se généralisent chez nos élèves, bref le tableau n’est pas des plus enthousiasmants.

On entend souvent dire qu’il y a en France une crise de l’autorité, sans jamais pour autant en désigner les raisons profondes. Les néofascistes vous diront qu’il est temps de remettre tout le monde au pas, les dévots qu’il faut retrouver le chemin de la foi, et les escrocs que c’est là l’évolution normale de nos sociétés modernes.

Pour avoir exercé ces treize dernières années auprès de publics divers, des gamins des bidonvilles du Caire aux rejetons de la haute bourgeoisie parisienne, je dirais en substance que la mauvaise éducation — comme la bonne — n’a ni classe ni frontières : elle est universelle.

Par « mauvaise éducation » j’entends cette tendance manifeste à l’irrespect, y compris de la parole adulte et de la fonction enseignante, héritage d’une politique parentale défaillante — ou volontairement malhonnête — qui fait du prof un auxiliaire éducatif au service de l’enfant-roi, méprisant ainsi sa mission initiale qu’est l’instruction. Car le temps passé à faire la discipline est du temps pris sur la transmission du savoir.

C’est pourquoi, au lieu de parler de crise de l’autorité, je parlerais d’abord de crise du couple et de la famille. Comment un enfant peut-il se construire sainement avec pour référents des géniteurs démissionnaires, tantôt négligents tantôt étouffants, soumis à la moindre injonction de leurs maîtres capitalistes, qui ne s’aiment et ne communiquent plus qu’au moyen de smartphones ?

La religion du consumérisme, à travers le désintérêt pour la collectivité et l’absence de vision, a saboté le droit à l’éducation. Partisans de l’effort minimum et de l’immédiateté, nos élèves souffrent en réalité de ne pas avoir de projet viable ni de modèles sûrs. Plus profonde encore que les autres, c’est là la crise de l’engagement.

Le phénomène des « dys » (dyslexie, dyspraxie...) n’a rien de nouveau, mais c’est aujourd’hui la proportion de « cas » qui inquiète, si bien que l’on a désormais la triste impression de faire cours à des classes de handicapés légers, incultes et insolents — que l’épisode du Covid et la virtualisation forcée de nos modes de vie n’auront pas aidés.

On ne peut véritablement en vouloir à ces jeunes — premières victimes de l’insidieuse révolution numérique —, que la société de consommation a rendus infirmes et arrogants, les amputant de leur curiosité naturelle et substituant à l’envie d’apprendre un individualisme décomplexé. Car devant le manque de perspective, c’est avant tout de la pitié qu’ils inspirent.

En revanche on peut déplorer la lâcheté de leurs parents, qui se déchargent toujours plus de leurs responsabilités sur des enseignants moqués et sous-payés, et dont la patience a des limites ! Pas étonnant que beaucoup désertent la fonction, dépriment, craquent : il faut avoir les nerfs solides pour ne pas distribuer des paires de claques au quotidien et faire preuve, en toutes circonstances, de pédagogie. Mais où sont les pères ? Ceux qui corrigent, montrent et forment ?

Si les beaux yeux d’une collègue me persuadaient à chaque fois, en dernier recours, de continuer, j’ai récemment pris la décision de ne plus enseigner. Il est épuisant, à terme, de rivaliser contre un système basé sur le mensonge. Sans doute suis-je trop exigeant, désespéré par le niveau de langue et de réflexion, à l’oral comme à l’écrit, d’élèves en qui je ne parviens à percevoir l’étincelle de l’espoir.

Par ailleurs je ne souhaite pas m’engager dans l’enseignement privé, car en tant qu’enfant de l’école publique, je crois sincèrement à l’égalité des chances. Et j’ai pu constater à l’étranger les ravages sociaux et humains d’un système ouvertement discriminatoire qui pratique la préférence de classe, méprisant le principe même de mérite au travail.

Nous le savons, celui qui s’agite le plus s’avère en général être le moins compétent d’entre tous. Et je pense à cette minorité d’élèves volontaires, qui secrètement résistent, de leur esprit et d’une intelligence pudique, pour ne pas finir écrasés sous la botte idéologique de l’institution ou la basket ignorante de leurs camarades.

Car c’est précisément de ces jeunes-là que nous avons besoin pour penser et construire le monde de demain. Mais je ne m’inquiète pas pour eux : qu’ils soient riches, pauvres, du Nord ou du Sud, leur « bonne éducation » — c’est-à-dire leur éducation à l’indépendance — les sauvera toujours de la folie des hommes.

URL de cet article 39112
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.