RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


AUX PARTIS, FORCES POLITIQUES ET MOUVEMENTS SOCIAUX DU MONDE, AMIS DE LA REVOLUTION CUBAINE.

Du 16 au 19 avril, le VI° Congrès du Parti Communiste de Cuba, coïncidant avec les 50 Ans de la Victoire de Playa Giron et de la Proclamation du Caractère Socialiste de la Révolution Cubaine, a été célébré à La Havane.

Plus de 1000 Délégués et Invités nationaux y ont participé, représentant près de 800 000 militants, organisés en 61 000 organisations de base dans les divers secteurs de toute la société cubaine.

Le Rapport Central, présenté par le Général d’Armée Raùl Castro Ruz, est une analyse profondément autocritique et opportune de la cruciale conjoncture actuelle du processus historique de la construction du socialisme à Cuba. Dans ce contexte, les aspects essentiels qui fondent la nécessité de continuer les transformations économico-sociales, dirigées vers l’actualisation du modèle économique et le renforcement des structures économiques et sociales qui garantissent de pouvoir avancer dans l’édification de la nouvelle société socialiste, se précisent. Dans son essence, le Rapport Central du Congrès était destiné à identifier les problèmes de fond qu’affronte le pays et à déterminer comment les résoudre.

Les discussions au sujet des thèmes centraux qui ont été analysés, ont ratifié l’application consécutive de la pensée créatrice du fondateur du Parti, le leader historique et Commandant en Chef de la Révolution Cubaine, Fidel Castro Ruz.

Par ailleurs, il a été réaffirmé le fait que l’actualisation en marche de notre processus était conçue essentiellement sur la base des particularités historico-culturelles concrètes de Cuba, soumise à un blocus économique , commercial et financier de fer depuis presque 50 ans, et non à partir de la copie mécanique d’expériences similaires dans d’autres parties du monde.

Ont été approuvées les Grandes Lignes de la Politique Economique et Sociale du Parti et de la Révolution, Projet qui a été précédé par un large processus de débat populaire qui s’est étendu sur 5 mois et auquel ont participé plus de 8 000 000 de personnes (certains en plus d’une occasion) et qui a produit environ trois millions d’interventions de la population, avec 781 644 opinions , ceci étant la garantie que les participants se sont manifestés librement et ont exprimé leurs insatisfactions et leurs désaccords.

Toutes les propositions formulées par le peuple ont été analysées. 87,4% des opinions collectées dans ces débats ont été prises en compte, tandis que, pour les 12,6% restant, il fut décidé, de continuer à étudier l’application possible d’une partie et d’autre part, jusqu’à maintenant, ce qui restait n’a pas été considéré.

A été ratifié avec le soutien majoritaire du peuple, la validité de la prédominance de la propriété d’Etat socialiste sur les moyens de production et de la planification comme base essentielle de l’économie nationale. A été confirmée la ferme volonté de l’Etat Socialiste de sauvegarder les conquêtes sociales, résultat de l’ouvre révolutionnaire, expression de l’esprit humaniste de notre projet social et de soutenir l’accès gratuit de tous les citoyens à l’éducation, la santé publique, la pratique massive du sport et de la culture.

Le processus qui a constitué de fait un référendum de tout le peuple, par lequel ont été modifiées 68% des Grandes Lignes originales proposées, a confirmé la confiance et l’unité de l’immense majorité des Cubains envers le Parti Communiste et envers la Révolution, Révolution qui ne laissera jamais personne sans soutien. Une fois de plus, la force de la pensée du Camarade Fidel : « La force du Parti prend sa source dans ses liens étroits et permanents avec les masses ... » a été démontrée.

Ce fut sans aucun doute un processus démocratique et transparent avec une très grande participation populaire qui se déroula sur la base du principe que ce doit être le peuple avec le Parti à sa tête qui décide du destin du pays.

Maintenant, la mise en ouvre des mesures du Nouveau Modèle Economique et Social du pays s’impose pour une période de plusieurs années de façon graduelle, sans précipitation.

Les délégués du Congrès ont pris en compte la volonté du Camarade Fidel Castro Ruz de ne pas être candidat au Comité Central et sa décision de continuer à être « militant du Parti et soldat des idées ».

Ont été élus les Camarades : Raùl Castro Ruz Premier Secrétaire du Parti Communiste de Cuba et José Ramon Machado Ventura, Second Secrétaire.

Un Comité Central de 115 membres a été élu également, dont la moitié des effectifs a été renouvelée, avec une représentation féminine de 41,7%. Un Bureau Politique de 15 membres et un Secrétariat du Comité Central ont été également élus. Cette élection n’a pas été le fruit d’une improvisation mais d’une politique destinée à incorporer dans ses instances la représentativité réelle de notre peuple et par dessus tout une nouvelle génération de Cubains qui puissent garantir, de pair avec la Génération Historique, la continuité du Socialisme à Cuba.

Le Congrès a approuvé la convocation pour le 28 janvier 2012, de la Conférence Nationale du Parti, rencontre qui constitue la continuité du VI° Congrès du Parti.

Elle aura comme objectif principal de renforcer le Parti sur la base du principe que le Parti Communiste de Cuba dirige et contrôle mais n’administre pas. Pour cela, la Conférence doit adopter les décisions nécessaires pour adapter les statuts, les normes internes, la structure, les méthodes et les styles de travail du Parti aux circonstances historiques actuelles que vit le Parti , de même que donner une attention spéciale à la formation et au développement des cadres de direction comme aspect prioritaire et stratégique pour le Parti tout entier et déterminante pour le futur de la Révolution.

La Conférence doit débattre des définitions fondamentales en relation avec la politique extérieure et les relations internationales du Parti et, en outre, les approuver. En ce sens, le §Congrès a réitéré la position invariable de Cuba, qui est de défendre les principes universels de souveraineté, d’indépendance, d’autodétermination, le non emploi de la force dans la résolution des conflits et la non ingérence dans les affaires internes des pays.

Il a ratifié la disposition à dialoguer avec le gouvernement des Etats-Unis sur n’importe quel thème d’intérêt commun, sur la base de la reconnaissance et du respect mutuel et sans conditions.

La résolution sur le Perfectionnement des Organes du Pouvoir Populaire, sur le Système Electoral et sur la Division Politico-administrative a été approuvée.

Amis et amies du monde :

Le VI° Congrès du Parti Communiste de Cuba a confirmé que pour les militants et les patriotes, la nation, l’indépendance et le socialisme sont indissolublement liés pour ce qui est et sera toujours leur défense à laquelle ils ne peuvent renoncer, le drapeau principal du processus révolutionnaire cubain.

Dans les paroles de clôture du Premier Secrétaire nouvellement élu, Raùl Castro Ruz, il a réitéré la solidarité militante des Cubains envers les peuples frères du tiers-Monde et le soutien aux partis communistes et autres forces progressistes du monde entier qui luttent sans arrêt pour un monde meilleur.

Nous profitons de cette occasion pour remercier les partis et forces politiques, les mouvements sociaux, les personnalités et les amis, pour les messages de soutien et de solidarité reçus au cours de ce grand événement.

DEPARTEMENT DES RELATIONS INTERNATIONALES DU COMITE CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE DE CUBA

La Havane, le 20 avril 2011

(traduction Françoise et Gaston Lopez)

URL de cet article 13493
   
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.