Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)

365 JOURS APRÈS

Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – et diablement plus importantes – que plus personne ne s’en souvient. Entre la Révolution cubaine et Washington, rien n’a guère changé pour l’essentiel, le rétablissement des relations diplomatiques ne s’étant traduit que par des retouches de maquillage, par un ravalement de façade, le contentieux essentiel, le problème de fond – autrement dit, celui qui découle de la volonté de la Maison-Blanche de se débarrasser de ce qu’elle a en sainte horreur : une Révolution, à plus forte quand celle-ci campe à ses portes et que, par-dessus le marché, elle s’entête à parler de socialisme – n’ayant pas été modifié d’un iota…

Ironie de l’histoire, le premier président noir, un personnage atypique donc, a été remplacé par un suprématiste blanc, qui incarne les États-Unis profonds, et le pire de ce pays ! Pour l’instant, hormis des allusions très peu originales aux « droits de l’homme » et à sa volonté d’obtenir des « concessions », ce qui ne l’est pas non plus, le sinistre imbécile qui parade à la Maison-Blanche a d’autres chats à fouetter que la Révolution cubaine – même s’il rêve assurément de le faire au propre et au figuré – et n’a encore rien tenté ni pour ni contre.

J’aurais voulu que ce livre voie le jour plus tôt (je l’avais bouclé fin juillet dernier), mais le sort et les éditeurs en ont voulu autrement. Je remercie Le Grand Soir de le porter sur les fonts baptismaux, même si c’est avec un peu de retard. J’espère en tout cas que son texte passera sans trop de mal l’épreuve des rides et que le lecteur y trouvera chaussure à son pied et provende à son esprit, puisque je me suis efforcé d’aller au-delà de l’épiphénomène Obama pour offrir une certaine substantifique moelle au sujet de la Révolution cubaine. Le lecteur dira si j’y ai réussi.

Jacques-François Bonaldi
Mardi 22 mars 2017

Pour contact avec l’auteur :
jadorise [chez] gmail.com ou jacques.bonaldi [chez] esti.cu

LIVRE TELECHARGEABLE PAR LE LIEN CI-DESSOUS :

Documents joints
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis - Jacques-François BONALDI
PDF 2.6 Mo
URL de cet article 31667
   
Même Auteur
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Lorsque la vérité est remplacée par le silence, le silence devient un mensonge. »

Yevgeny Yevtushenko


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.