RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 

Avis aux journalistes : Cuba n’est pas une histoire de famille mais de résistance

Illustration : tableau de José Luis Hernández Castillo

Vu dans la presse : "Cuba : après 62 ans à la tête de l’État, la famille Castro quitte le pouvoir" (France24)

Non, pas la "famille" Castro, mais le leader de la révolution cubaine et son second, qui se trouve être un de ses frères. Raul n’était pas n’importe quel "membre de la famille". Raul était présent à l’assaut de la Moncada. Raul était en exil au Mexique. Raul était à bord du Granma. Raul a combattu dans la Sierra Maestra. Si Fidel avait la moindre légitimité, Raul en avait autant.

Mais ces journalistes, qui parlent de "famille Castro", seraient en mal de nommer d’autres membres de la "famille Castro" (eh oui, il y a d’autres - frères et soeurs) qui auraient occupé l’espace politique cubain. Tiens, après avoir passé 30 ans à étudier et/ou suivre Cuba, je suis incapable de vous dire qui était l’épouse de Fidel. Ce n’était pas un secret, c’est juste que... ben... on s’en fiche, quoi. Pas de "First Lady" à la noix, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais "famille Castro", ça claque, et ça donne un petit côté "népotisme". Mais c’est comme cette expression Lider Maximo qu’ils balançaient sans cesse en parlant de Fidel. Pour se donner un genre "initié". Genre qui sait de quoi il parle. Mais voilà, cette expression n’est, n’était, jamais utilisée sur l’île. (Elle aurait été inventée par la CIA, pour te dire.) Mais qu’est-ce que tu veux, ça aussi ça claque. En réalité, Lider Maximo ne servait qu’à une seule chose : révéler toute l’ignorance – ou malveillance calculée – du journalisme mainstream. C’était un peu le sceau officiel du "n’importe-quoi-tisme". Il y a en d’autres, beaucoup d’autres.

Un article récent du Figaro prétendait raconter les difficultés économiques à Cuba. Pour sûr, le journaliste a fait le finaud, en lâchant le mot cola (en français : file d’attente). Clin d’œil au lecteur, message subliminal : j’suis branché sur la réalité cubaine.

Mais il y a un autre mot, assez facile à apprendre pour peu qu’on y mette du sien : " bloqueo". Celui-là, ils ne le prononcent jamais. Un mot pourtant omniprésent, de trois syllabes, une de plus que cola, deux de moins que Lider Maximo. C’est pas un truc enfoui dans les archives d’Etat. Le bloqueo est là, omniprésent, partout, dans tout. Dans les colas, notamment.

Comptez le nombre d’articles qui mentionnent bloqueo (sous une forme ou une autre). Maintenant, comptez le nombre d’articles qui expliquent de quoi il s’agit. Oui, je sais : zéro. Le plus long blocus de l’histoire fait l’objet de la plus petite couverture possible : zéro.

Si informer était réellement le métier de ces "journalistes", c’est ça le premier mot qu’ils apprendraient. Ne pas en parler constitue une décontextualisation telle que tout article sur Cuba qui fait l’impasse (c’est-à-dire, en gros, tous les articles) est de facto un mensonge. Pour ne pas voir le bloqueo, il faut être aveugle (ou franchement con). Le voir et ne pas en parler, c’est être complice d’un crime humanitaire.

Mais il y a un autre mot espagnol de trois syllabes qu’ils pourraient apprendre, que j’aime beaucoup et que je leur dédie : "payaso" (*) .

Viktor Dedaj
ou l’art de tomber de Charybde en Syllabe

(*) pitre, clown

URL de cet article 37063
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.