RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Avis aux journalistes : Cuba n’est pas une histoire de famille mais de résistance

Illustration : tableau de José Luis Hernández Castillo

Vu dans la presse : "Cuba : après 62 ans à la tête de l’État, la famille Castro quitte le pouvoir" (France24)

Non, pas la "famille" Castro, mais le leader de la révolution cubaine et son second, qui se trouve être un de ses frères. Raul n’était pas n’importe quel "membre de la famille". Raul était présent à l’assaut de la Moncada. Raul était en exil au Mexique. Raul était à bord du Granma. Raul a combattu dans la Sierra Maestra. Si Fidel avait la moindre légitimité, Raul en avait autant.

Mais ces journalistes, qui parlent de "famille Castro", seraient en mal de nommer d’autres membres de la "famille Castro" (eh oui, il y a d’autres - frères et soeurs) qui auraient occupé l’espace politique cubain. Tiens, après avoir passé 30 ans à étudier et/ou suivre Cuba, je suis incapable de vous dire qui était l’épouse de Fidel. Ce n’était pas un secret, c’est juste que... ben... on s’en fiche, quoi. Pas de "First Lady" à la noix, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais "famille Castro", ça claque, et ça donne un petit côté "népotisme". Mais c’est comme cette expression Lider Maximo qu’ils balançaient sans cesse en parlant de Fidel. Pour se donner un genre "initié". Genre qui sait de quoi il parle. Mais voilà, cette expression n’est, n’était, jamais utilisée sur l’île. (Elle aurait été inventée par la CIA, pour te dire.) Mais qu’est-ce que tu veux, ça aussi ça claque. En réalité, Lider Maximo ne servait qu’à une seule chose : révéler toute l’ignorance – ou malveillance calculée – du journalisme mainstream. C’était un peu le sceau officiel du "n’importe-quoi-tisme". Il y a en d’autres, beaucoup d’autres.

Un article récent du Figaro prétendait raconter les difficultés économiques à Cuba. Pour sûr, le journaliste a fait le finaud, en lâchant le mot cola (en français : file d’attente). Clin d’œil au lecteur, message subliminal : j’suis branché sur la réalité cubaine.

Mais il y a un autre mot, assez facile à apprendre pour peu qu’on y mette du sien : " bloqueo". Celui-là, ils ne le prononcent jamais. Un mot pourtant omniprésent, de trois syllabes, une de plus que cola, deux de moins que Lider Maximo. C’est pas un truc enfoui dans les archives d’Etat. Le bloqueo est là, omniprésent, partout, dans tout. Dans les colas, notamment.

Comptez le nombre d’articles qui mentionnent bloqueo (sous une forme ou une autre). Maintenant, comptez le nombre d’articles qui expliquent de quoi il s’agit. Oui, je sais : zéro. Le plus long blocus de l’histoire fait l’objet de la plus petite couverture possible : zéro.

Si informer était réellement le métier de ces "journalistes", c’est ça le premier mot qu’ils apprendraient. Ne pas en parler constitue une décontextualisation telle que tout article sur Cuba qui fait l’impasse (c’est-à-dire, en gros, tous les articles) est de facto un mensonge. Pour ne pas voir le bloqueo, il faut être aveugle (ou franchement con). Le voir et ne pas en parler, c’est être complice d’un crime humanitaire.

Mais il y a un autre mot espagnol de trois syllabes qu’ils pourraient apprendre, que j’aime beaucoup et que je leur dédie : "payaso" (*) .

Viktor Dedaj
ou l’art de tomber de Charybde en Syllabe

(*) pitre, clown

URL de cet article 37063
  

Même Auteur
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.