RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

France : la population sous couvre-feu (ou comment écrire un article à la manière de...)

Lorsque les médias écrivent sur Cuba sans mentionner le blocus, je me suis demandé à quoi ressemblerait un article « à la manière de » sur la France, sans citer le mot « C-o-v-i-d ». A quelque chose comme ça :

de notre envoyé spécial à Paris

« Paris sera toujours Paris » chantait Maurice Chevalier. Mais aujourd’hui, sur les Champs Elysées, la foule qui se bousculait jadis sur les larges trottoirs a cédé la place à quelques rares passants – généralement masqués. Magasins aux rideaux baissés, théâtres clos, restaurants fermés… La Ville des Lumières offre un spectacle d’abandon. Comment en est-on arrivé là ? Enquête.

« On n’en peut plus », nous confie S., un étudiant croisé dans une file d’attente devant un bureau de tabac. Il exprime une frustration qui semble être largement partagée par la population. « On ne peut plus sortir, on ne peut plus se distraire. On n’a plus de vie. » A ses côtés, un monsieur plus âgé acquiesce. « On est en train de gâcher leur jeunesse. Moi, personnellement, je m’en fiche. A mon âge, je suis vacciné ». Quelques murmures parcourent la file, qui avance lentement.

Dans la rue, une voiture de police roule au pas. C’est la troisième que nous croisons en une demi-heure. Devenues omniprésentes depuis la vague de mécontentement qui a secoué le pays en 2019 et 2020, les forces de l’ordre semblent déterminées à faire respecter les nouvelles mesures imposées par le régime. Et gare aux contrevenants.

« S’ils t’attrapent après le couvre-feu ou à plus de 10 bornes sans une attestation, c’est une amende salée, directe. En cas de récidive, ça fait boule de neige » nous dit Jonathan, qui se présente comme un « artiste de rue ». « Ils ont même verbalisé des SDF ! Tu te rends compte ? Des SDF, bordel ! »

Autre lieu, autre cadre. Dans l’ambiance feutrée d’une librairie de banlieue, la propriétaire nous montre les rayons chargés de livres recouverts de poussière. « Ca fait deux ans qu’ils m’ont obligé à fermer boutique » nous explique-t-elle. « Déjà en temps normal, c’était difficile, mais là… Comment peut-on vivre sans culture ? Ils ont tout fermé. Librairies, théâtres, cinémas, salles de concert… Tout ».

Et même les écoles. Ancienne fierté de la République, l’Education Nationale n’a pas été épargnée. Au milieu de la cour du lycée Jean Moulin, le silence des bâtiments abandonnés n’est interrompu que par les pas du Directeur de l’établissement qui vient à notre rencontre. « Nous traversons une période très difficile, mais je pense surtout aux élèves » lâche-t-il avec un soupir. « Beaucoup souffrent de dépression. On parle même de suicides, même si aucun chiffre officiel n’est disponible. Alors on improvise, on bricole, on essaie de faire au mieux. Mais ce n’est pas facile. »

Comment en est-on arrivé là ? Nous posons la question à Jean Rémond, professeur d’université, chercheur dans un institut privé et conseiller auprès des médias. « Lorsque la crise a frappé, le gouvernement a réagi comme à son habitude : en improvisant. Les nouvelles mesures furent annoncées un soir à la télévision, par le Président lui-même, sans aucune consultation. C’est du bricolage. Ce régime n’en a plus pour longtemps. »

En attendant, toute contestation est étouffée. « L’information est contrôlée de près » nous affirme VD, responsable d’un site militant d’information alternative. Il nous montre une photo. « Voici un camarade journaliste enfermé depuis deux ans dans une prison de haute sécurité à Londres. Son tort ? Avoir révélé des crimes. Alors ils l’ont accusé d’espionnage. Il risque 175 ans de prison. » VD ne cache pas sa colère. « Pendant que le peuple souffre, la nomenklatura s’envoie en l’air avec du foie gras et du champagne. Les slogans creux du régime, genre « Liberté, Egalité, Fraternité » sont rabâchés. C’est insupportable. »

etc, etc, etc...

Viktor Dedaj
imitateur de clowns

URL de cet article 37068
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.