RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Berlusconi, Chirac : deux hommes intègres face à Battisti.



La France a promis à l’Italie une livraison d’une quinzaine d’hommes et de femmes réfugiés chez nous. Battisti d’abord.



Juillet 2004


Il y a dix-neuf ans, par la voix de son Président François Mitterrand, la France offrait l’asile aux anciens militants rescapés de la crise italienne des « années de plomb ».

Ce qu’on a appelé la « Doctrine Mitterrand » a engagé la République, les services de justice et de police sous les gouvernements de Mauroy, Fabius, Chirac, Rocard, Cresson, Bérégovoy, Balladur, Juppé, Jospin, soit deux présidents de la République, trois septennats et neuf Premiers ministres. Deux jugements de justice en 1991 ont déclaré Battisti non extradable. Il était sur le point d’obtenir la nationalité française. La Ligue des Droits de l’Homme, France-Libertés, fondation Danielle Mitterrand, Attac-France, les partis de gauche, des élus et des intellectuels de tous bords, 25 000 citoyens pétitionnaires se sont prononcés contre la demande d’extradition formulée par l’Italie.

Mais, le 30 juin, trois magistrats de la Chambre de l’instruction, cédant aux injonctions de Perben, déclarent Cesare Battisti extradable. Battisti a été l’un de ces milliers de jeunes Italiens que la situation des années 70 avait lancés dans un combat où des centaines de formations d’extrême gauche armée s’opposèrent au gouvernement dont les services secrets alliés à l’extrême droite perpétraient de multiples attentats à la bombe.

Il fut jugé selon les lois " spéciales " de l’Italie d’alors, lois dénoncées par Amnesty International et la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’Homme (144 organisations à travers le monde), concluant que "les autorités italiennes avaient violé tous les accords européens et internationaux sur des procès équitables".

Cette justice d’exception avait ressuscité la figure du « repenti », c’est-à -dire un accusé qui négociait sa liberté en échange de dénonciations. Et c’est sur les seules paroles d’un repenti que Battisti fut condamné à la perpétuité, comme tant d’autres, après une instruction durant laquelle treize cas de torture furent avoués.

Dominique Perben a promis à son homologue italien une première livraison d’une quinzaine d’hommes et de femmes.
Et c’est à sa demande que, le mercredi 30 juin, la même Cour d’Appel de Paris a une seconde fois jugé le même homme, sur le même dossier.

Une désinformation massive, épicée de mensonges inouïs, a cherché à abuser les Français sur l’affaire Battisti.

En même temps, l’Etat a pesé de tout son poids, d’abord par les déclarations de Perben avant la décision d’extradition, ensuite par la voix de Chirac alors qu’un appel en cassation est en cours. Le 2 juillet, aux côtés d’un Berlusconi boudiné et lifté, un Chirac bronzé et convaincu, s’embarrassant à peine de précautions, donnait implicitement une directive en se prononçant pour l’extradition.

Que n’a-t-il pensé à l’élargir à Jean-Claude Duvalier, dit bébé Doc, que la France héberge depuis 15 ans, du sang plein les mains et de l’or plein les poches, assassin et voleur du peuple haïtien ? Que n’a-t-il suggéré à Berlusconi de raviver mieux que ça la guerre civile larvée des années 70 en n’omettant pas de juger aussi les factieux (identifiés) poseurs de bombes dans les lieux publics, les politiciens commanditaires de ces actes de terrorisme, les magistrats stipendiés par la maffia ? Peut-être alors Berlusconi lui aurait-il proposé en retour de coffrer Papon et d’ouvrir le dossier trop vite enterré de l’OAS. Ce à quoi Chirac aurait répliqué que ce carabinier qui tua d’une balle dans le front un jeune manifestant en juillet 2001 à Gênes pourrait, au moins, ne serait-ce que pour la forme, être traduit devant un tribunal. Qui l’acquitterait.

Deux autres dossiers seraient la comparution devant la justice de leur pays de Berlusconi et Chirac. Mais ne mélangeons pas tout. Il urge de comprendre que ces deux-là jouent au billard à trois bandes. Ils visent Battisti, ils inaugurent un nouvel espace policier et judiciaire européen, ils ont les peuples dans leur collimateur.

Maxime Vivas,Ecrivain.



Cesare Battisti broyé par les mensonges, par Maxime Vivas.


Cesare Battisti : ce que les médias ne disent pas, par Wu Ming 1.

Cesare Battisti ou A la recherche de la justice perdue, par Fred Varga.


Pourquoi Battisti n’a-t-il pas dit son innocence plus tôt ? par Fred Vargas.











URL de cet article 1676
  

Même Auteur
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.