Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Chicharra et les vautours

Le nouveau roman de Maxime Vivas

Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal.

Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or.

Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à flanc de montagne. Malgré la pureté de l’air, l’aigle royal et la marmotte, malgré une jeune cavalière aux yeux verts qu’il entrevoit parfois dans la forêt. De plus, un voisin le menace régulièrement.

Un jour, son ami Manolo lui ouvre les portes d’un avenir exaltant. Il veut créer avec Pierre un commerce de produits dérivés à l’effigie de son cousin, le célèbre chanteur Chicharra( 1) au physique qui emprunte à Rimbaud et au Che et qui milite en faveur des enfants esclaves. Les deux amis inondent le monde avec des tee-shirts, des agendas, des stylos, des casquettes… ornés du portrait de Chicharra. La moitié des bénéfices est versée à un orphelinat de Bolivie.

Mais, très vite, Pierre et Manolo vont découvrir que leurs fournisseurs ne répugnent pas à exploiter des enfants. Le rêve menace de virer au cauchemar.

Chicharra n’hésite alors pas à voler au secours des deux amis. Dès lors, un terrible danger guette le mythe chantant…


(1) En espagnol, chicharra signifie cigale, insecte chanteur.


Auteur de onze livres (romans, polars, essais, chroniques, humour…), Maxime Vivas (prix Roger Vailland 1997), signe ici son premier roman destiné à la jeunesse…mais qui parle tout autant à des lecteurs adultes.

Editions Le Griffon Bleu, collection On Ré-Agit ! 7 €

contact@editions-legriffonbleu.fr

(www.editions-legriffonbleu.fr)

URL de cet article 10937
   
Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.