RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie : le nouveau président montre son vrai visage

La Paz, 23 octobre 2003.

Par Luis.


Dans le même lieu que Sanchez Gonzalo de Lozada, le gouvernement de Carlos Mesa a annoncé qu’il persistera dans son intention d’exporter le gaz naturel bolivien vers les USA, projet qui provoqua une gigantesque rebellion populaire. L’incrédulité et le mal être regnent entre les dirigeants syndicaux et les organisations qui conclurent la trêve et qui appuyaient Carlos Mesa.

La position gouvernementale a été annoncée officiellement par le ministre des mines et hydrocarbures, Alvaro Rios, qui a declaré que le projet d’exportation de gaz naturel liquide vers les USA et Mexico par un port de l’Océan Pacifique était "vital pour le pays".
"Le gaz doit être exporté car il ne peut rester dans les tréfonds de la terre et sans valeur" a il indiqué lors de son premier contact avec les journalistes.

Rios, un professionnel indépendant, a expliqué que les conditions et caractéristiques de l’exportation du gaz vers les USA, ainsi que quelques changements de la loi des hydrocarbures, seront definis dans un referendum décisionnel, dont la date n’est pas fixée........"

PROTESTATIONS ET MALAISE :

"La position gouvernementale cause malaise et surprise entre les dirigeants syndicaux et d’opposition qui avaient accordé une trêve au président Mesa, étant entendu qu’un referendum définirait comment récuperer le gaz pour les boliviens et déciderait si oui ou non on exporte le gaz, mais non comme l’entend le gouvernement maintenant, definir uniquemment les caractéristiques de la vente.

"Avec son sang, le peuple bolivien a dit non a la vente du gaz, c’est pour cela que nous ne pouvons accepter qu’un ministre dise que le gaz doit être exporté vers les USA", a dit le leader cocalero et chef du MAS (movimiento al socialismo), Evo Morales.
"Le président Mesa ne peut continuer avec la politique de Sanchez de Losada", ajoute le lider cocalero qui jusqu’à aujourd’hui avait montré une attitude conciliante et même d’appui envers le nouveau président.

D’autres liders syndicaux, par contre, n’ont pas été surpris par l’attitude gouvernementale. "Nous savons que l’actuel président, Carlos Mesa, ne va pas nous répondre, nous savons qu’il est entouré par une logique chilenophile, nous savons qu’il est entouré par les intérêts de l’oligarchie, des multinationales, et des USA" a declaré Roberto de la Cruz, le président de la centrale ouvrière régional (COR) de "EL Alto".
Au contraire de Morales, le dirigeant de la COR altena a été parmi les peu nombreux à demander à ce que l’on accorde pas de trêve au nouveau gouvernement, vu que celui ci sera la continuation du neo liberalisme et du "Gonisme sans Goni".

GONISME SANS GONI :

Le projet d’exportation du gaz a été rejeté par la majorité de la population parce qu’il allait rapporter des millions de dollars à la transnationale (Pacific LNG), mais très peu a l’état bolivien, et aux Boliviens.

Ainsi, selon les estimations des entreprises, pour chaque dollar payé a l’état bolivien, par l’impôt ou les taxes, le consortium de Pacific LNG, constitué par British gaz, British petroleum et Repsol/YPF, obtiendrait 24 million de dollars.

Les projections de pacific, selon le président de british gaz, Edward Miller, établissent que le bénéfice prévu par les multinationales serait de 1.369,6 millions de dollars par an, tandis que les impôts et taxes payés par eux à l’état bolivien serait entre 40 et 70 millions de dollars.
Dans une projection de 20 ans, période de durée du contrat d’exportation, les multinationales du pétrole éspèrent engranger un peu plus de 27 000 millions de dollars, un montant suffisament attractif pour que les multinationales qui opèrent en Bolivie appuient le gouvernement de Carlos Mesa.

De fait, il n’est pas étonnant, que le nouveau ministre Rios ait essayé de rassurer ces compagnies par rapport aux possibles modifications de la loi Hydrocarbures, exigées par les syndicats et organisations populaires.
"Je veux envoyer un message clair a la communauté pétrolifère internationale, aux organismes de financement (FMI, BM) : nous allons essayer d’être bien équilibrés dans ce qu’il y a à modifier (dans la loi hydro) car nous ne pouvons nous passer du capital dont nous avons besoin pour avancer dans le sens du progrès, de la modernité et du travail" (Ministre Rios).

Article original en espagnol http://www.econoticiasbolivia.com

Traduction et mis en ligne par Luis.

¡ VIVA BOLIVIA ! ¡ EL GAS ES DE BOLIVIA !

Source : http://paris.indymedia.org

Photo : http://bolivia.indymedia.org

URL de cet article 1099
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le domaine de la liberté commence là où s’arrête le travail déterminé par la nécessité.

Karl Marx

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.