Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Brésil : l’État, la corruption et le marché (Rede Brasil Atual)

Le discours de la droite contre la corruption cherche à disqualifier le rôle de l’État et le mouvement de transformation démocratique de la société ; Pendant ce temps, le marché favorise les crises internationales.

La dénonciation de la corruption est un thème récurrent de la droite. Mais son objectif n’est pas la moralisation de la politique, car quand elle gouverna selon son bon plaisir – pendant la dictature et les gouvernements Collor et de Fernando Henrique Cardoso – elle oublia cette question, justement au moment où celle-ci se pratiquait d’une manière débridée dans le pays.

L’objectif de la droite est de disqualifier l’État et la gauche qui valorise l’État comme instrument de transformation démocratique de la société. Le caractère sélectif des dénonciations est évident lorsque le seul sujet des médias sont les plaintes au sujet de la Petrobras, tandis que HSBC et le cas appelé Zélotes [1] (énorme scandale de fraude fiscale impliquant de grandes entreprises NdT) sont complètement occultés.

Quelle est la différence ? C’est que la première dénonciation implique l’État, en tentant de montrer que c’est l’État qui est à la source de la corruption, avec tous ses organes et ses tentacules – parlements, ministères, entreprises publiques, etc. ; tandis que les envois de fonds à l’étranger et la corruption des agents du fisc, qui sont des cas de fraude privée, représentent un montant infiniment plus important que la première.

Dans ces cas, ce sont les entreprises et les entrepreneurs, tant salués comme les agents dynamiques de l’économie – et comme protagonistes des campagnes contre le gouvernement, y compris les magnats des médias, parmi eux, la Folha de S. Paulo, Globo, Bandeirantes, RBS, qui sont impliqués dans des circonstances des plus compromettantes.

Pratiquant la fraude, l’achat de fonctionnaires pour ne pas payer d’impôts, l’envoi illégal de fonds à l’étranger – bref, contournant l’État, les lois, les obligations fiscales, tout en critiquant la corruption du gouvernement, la fiscalité excessive, et ceux qui ne respectent pas la loi.

Le centre de tout ceci est le débat sur l’État – et le plus souvent, bien qu’occulté, le débat sur le marché. Comme la droite ne peut pas faire l’éloge du marché – qui est responsable de la crise internationale du capitalisme – elle tente de discréditer l’État. Elle suit ainsi la proposition de Ronald Reagan selon laquelle la période historique de l’État en tant que solution devait cesser, car il s’était, en fait, transformé en problème.

L’État était devenu un problème car il pouvait bloquer la libre circulation des capitaux, réglementer les relations sociales en imposant des limites, empêcher que le marché et les capitaux circulent librement. La disqualification de l’État était un moyen indispensable pour que s’imposent la libre circulation des capitaux et le modèle néolibéral.

La diabolisation de l’État était la condition indispensable pour ouvrir le chemin au modèle néolibéral. Le disqualifier comme inefficace, expropriant les gens par sa fiscalité, qui est bureaucrate et corrompu.

Les entreprises publiques – comme la Petrobras – ne peuvent pas réussir. Les programmes sociaux ne peuvent pas fonctionner correctement. Les impôts sont excessifs. La corruption affectent tout ceux et tout ce qui a à voir avec l’État.

En contrepartie, l’entreprise est censée incarner toutes les vertus : l’efficacité, le dynamisme, la génération de cadres compétents, un fonctionnement parfait. Les grands entrepreneurs devraient être les nouveaux héros, comme un contrepoint aux techniciens des entreprises étatiques.

Mais lorsque ces mêmes personnages se révèlent de grands fraudeurs, corrupteurs, exportateurs illégaux de capitaux – tout bascule cul par-dessus tête. D’où la censure par les médias des scandales privés dans lesquels l’État n’a pas de rôle central.

[1] La Police Fédérale démantèle un réseau de fraude fiscale qui pourrait avoir détourné 19 milliards de reals (O Cafezinho)

Traduit par Lucien pour Si le Brésil m’était traduit...

»» http://www.redebrasilatual.com.br/blogs/blog-na-rede/2015/04/a-corrupc...
URL de cet article 28404
   
La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.