Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Brésil : “No vai ter golpe” [Il n’y aura pas de coup d’état]

Le Réseau des Intellectuels, Artistes et Mouvements sociaux pour la Défense de l’Humanité dénonce en cette heure cruciale la grave tentative de coup d’état contre la Présidente Dilma Rousseff et lui adresse ses salutations solidaires ainsi qu’au peuple travailleur et honnête du Brésil.

“No vai ter golpe” [Il n’y aura pas de coup d’état], une clameur profonde monte du Brésil en faveur de la défense du gouvernement de Dilma, de la démocratie et de l’ordre constitutionnel. Les analystes politiques sont d’accord avec le fait qu’un impeachment (procès politique) sans base légale, peut être considéré comme un coup d’Etat. Cette base légale n’existe pas, car il n’y a pas une seule preuve incriminant la présidente.

Nous sommes avec tous ceux qui se mobilisent dans les rues, dans les campagnes, sur les places, dans les syndicats, les centres culturels et universitaires pour éviter le coup d’état et pour la défense du gouvernement qui a été élu par 54 millions de Brésiliens et Brésiliennes.

Nous sommes solidaires du Conseil de la Fédération Nationale des Journalistes du Brésil (FENAJ) qui exhorte tous les citoyens brésiliens à résister et à lutter pour la démocratie, la justice et la liberté, nous soutenons la déclaration de l’Union Brésilienne des Ecrivains, et les appels incessants des juristes honnêtes et démocrates de ce pays contre les procédés arbitraires et injustes des juges vénaux encouragés par la chaîne O Globo, complice de la dictature militaire, qui se consacre au lynchage médiatique des gouvernements du PT et des luttes sociales comme celle de l’héroïque Mouvement des Travailleurs sans Terre (MST).

Nous le faisons suite à la dénonciation de la mise en route d’un complot en vue d’un coup d’état, encouragé depuis l’étranger, pour détourner la nation latino-caribéenne la plus peuplée et la plus étendue géographiquement, de son destin dans le monde, et en particulier, au sein de Notre Amérique.

La tentative de coup d’état a redoublé de vigueur quand est devenue certitude la possibilité que Luiz Inacio Lula Da Silva, le meilleur président de l’histoire brésilienne, annonce sa candidature aux élections de 2018. La peur que le peuple élise Lula et qu’avec lui, un nouveau mandat du PT allié à d’autres forces politiques soit possible, a désespéré les secteurs d’ultra-droite au Brésil et dans le monde, qui ne veulent pas d’un Brésil souverain, qui tienne compte des grandes majorités et aligné sur la multipolarité et non sur l’unipolarité impériale.

Tout ce qui se passe au Brésil – on ne doit pas l’oublier – a lieu dans le contexte d’une attaque de l’impérialisme et des oligarchies nationales qui lui sont alliées dans la région, et qu’on appelle les coups d’état « mous », « en douce » ou « blancs ».

Dilma a déclaré à la presse : “Au Brésil, nous avons déjà eu des coups d’état militaires. Dans un système démocratique, les coups d’état changent de méthode. Et un « impeachment » sans base légale est un coup d’état. »

Bravant les critiques, elle a ratifié le fait que l’ancien président Lula intégrera son équipe comme ministre ou conseiller et que personne ne l’en empêchera. Et face à la crise actuelle, elle a plaidé pour l’ouverture d’un dialogue sans ruptures démocratiques.

Dilma et le peuple brésilien défendent les plus nobles intérêts de leur Patrie et les principes qui constituent les piliers de la République ; ils affrontent leur destin avec dignité et courage : ils savent que leur devoir est de lutter. Notre devoir : être avec eux. Inconditionnellement, en les soutenant dans leur détermination de ne pas accepter le Coup d’Etat.

Secrétariat Exécutif de la REDH

31 mars 2016

URL de cet article 30194
   
LES CHEMINS DE LA VICTOIRE
Fidel CASTRO
« En ce qui me concerne, à cette étape de ma vie, je suis en mesure d’offrir un témoignage qui, si cela a une certaine valeur pour les générations nouvelles, est le fruit d’un travail acharné. » "• Fidel Castro Dans ce premier tome de son autobiographie, Fidel Castro révèle de façon inédite les coulisses de la révolution cubaine. Il fait part de sa défiance pour l’impérialisme des États-Unis qui asservissait les Cubains par l’entremise de Batista, et interdisait à l’île tout développement. Il raconte le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.