RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sécurité : un témoin évoque des « consignes » de ne pas secourir les manifestants en détresse

Un manifestant contre la loi El Khomri affirme avoir entendu un pompier de Paris dire que ceux-ci ont comme consigne de ne pas porter assistance aux manifestants blessés. Volonté au sommet de « punir » les opposants à la loi, ou malentendu ? La préfecture garde le silence.

Les sapeurs-pompiers parisiens auraient-ils des critères d’intervention autres que médicaux ? C’est la question que se pose Josué, l’un des participants à la manifestation parisienne contre la loi El Khomri de jeudi. Ce jour-là, le jeune informaticien et syndiqué CGT et ses amis arrivent en retard place d’Italie pour manifester leur rejet de la réforme du Code du travail. Ils souhaitent rejoindre le cortège, mais au bout de quelques minutes, l’une des collègues de Josué trébuche sur un pavé et se tord la cheville. « Comme il pleuvait et qu’on voulait la faire asseoir à l’abri, nous sommes entrés dans une pharmacie. De là, la pharmacienne a appelé les secours », relate Josué. S’ensuivent des questions d’ordre médical classiques, puis « la pharmacienne, semblant retranscrire les questions des secours, demande si nous étions dans la manifestation », souligne l’informaticien. « Je me suis étonné de la question, et j’ai demandé à la pharmacienne quel rapport cela avait avec la blessure de ma collègue et si notre réponse conditionnerait l’intervention des secours », se souvient Josué. « À ce moment-là, la pharmacienne a coupé le micro (du téléphone) et nous a conseillé de dire que nous ne faisions pas partie des manifestants car les pompiers avaient reçu des consignes pour ne pas intervenir dans la manifestation », poursuit le syndiqué CGT.

Afin de mettre toutes les chances de leur côté, les protestataires expliquent qu’ils étaient techniquement sur le trottoir au moment des faits et qu’on pouvait considérer qu’ils n’étaient pas à proprement parler en train de manifester. « Ce que nous a dit la pharmacienne m’a choqué, mais je me suis dit que ce n’était que son avis personnel », affirme Josué. Les sapeurs-pompiers sont intervenus dans la pharmacie pour porter assistance à la collègue de Josué, mais alors que l’un d’entre eux « remplissait des papiers en parlant à la pharmacienne », l’informaticien aurait entendu le pompier dire : « Ils ont de la chance qu’on soit intervenu, parce que nous avons des consignes nous interdisant d’intervenir au bénéfice des manifestants. Mais éthiquement, a poursuivi le pompier, je ne pouvais pas respecter cette consigne, ce n’est pas possible. »

Depuis jeudi, Josué est toujours aussi révolté. « L’État de droit, censé nous protéger, tente de réprimer la contestation par la force, chargeant sa police de provoquer et de maltraiter les manifestants, et intimerait en plus maintenant aux services médicaux et d’urgences de ne pas porter assistance aux manifestants. Sommes-nous toujours dans un État de droit ? » s’interroge-t-il.

Face à ce témoignage, difficile d’obtenir des informations officielles ou officieuses, les sapeurs-pompiers parisiens disposant d’un statut militaire et étant tenus à un devoir de réserve très contraignant. La préfecture de Paris, qui a autorité sur la brigade des sapeurs-pompiers, n’a pas souhaité réagir à ce témoignage, tandis qu’un porte-parole des pompiers parisiens affirme n’avoir « pas connaissance » de telles directives et évoque, passablement agacé, des « rumeurs ». L’un des pharmaciens présents jeudi lors de l’intervention des pompiers dit, quant à lui, ne pas être au courant de consignes qui ordonneraient aux militaires d’opérer une distinction entre manifestants et non-manifestants.

Illustration : Jean-claude moschetti/Réa

»» http://www.humanite.fr/securite-un-temoin-evoque-des-consignes-de-ne-p...
URL de cet article 30193
  

La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Friedrich Engels

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.