Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Brésil : un recul de 50 ans en 5 jours (Blog do Miro)

Il a suffit de 5 jours pour confirmer ce que l'on savait déjà sur la nature anti-peuple et anti-nation du coup d'État mal dissimulé derrière la destitution frauduleuse de la Présidente Dilma. Les politiques du gouvernement usurpateur présidé par le putschiste Michel Temer ont fait reculer le Brésil de 50 ans en 5 jours, revenant à cette époque de l'État oligarchique créé pour répondre aux intérêts d'une minorité parasite et patrimoniale au dépend de l'exclusion de la majorité de la population.

Voyez vous-mêmes :

le gouvernement intérimaire de Michel Temer

- a supprimé le Ministère du Développement Agraire, responsable des politiques publiques spécifiques [crédit, assistance technique, innovation, commercialisation, droits civils] à l’agriculture familiale et à la réforme agraire, qui produisent environ 70% des aliments consommés par la population brésilienne, outre d’autres produits agricoles d’exportation ;

- a supprimé le Ministère des Femmes, de l’Égalité Sociale et des Droits Humains, organe axé vers le développement de politiques affirmatives de l’identité historique et sociale de millions de brésiliennes et de brésiliens qui furent maintenus invisibles et bâillonnées pendant plusieurs siècles d’oppression et de domination capitaliste ;

- a supprimé le Ministère de la Culture, responsable de la conduite de politiques traduisant la diversité et la pluralité culturelle qui singularisent le Brésil dans le monde (Temer cherche désespérément une femme pour occuper le poste de Secrétaire à la Culture ; il a déjà essuyé quatre refus, accompagnés le plus souvent de tonitruants « Je ne participe pas à un gouvernement putschiste ! » NdT) ;

- a nommé aux postes les plus importants des hommes blancs, riches, tous représentants exclusifs de la bourgeoisie agraire, commerciale, industrielle, immobilière et financière et, en plus, impliqués dans la corruption – 16 des 24 ministres sont cités ou font l’objet d’une mise en examen dans l’Opération Lava Jato (procès jugeant la corruption dans les activités de la Petrobras, transformé en chasse aux sorcières contre le Parti des Travailleurs au pouvoir jusqu’au coup d’État, bien que des politiciens de tous les partis politiques y soient cités ou mis en examen NdT) ou dans d’autres crimes : c’est un gouvernement à 75% Lava Jato ;

- souhaite supprimer les pourcentages minimum d’application dans la santé et dans l’éducation, et pour ce faire, transférera plus de 200 milliards de reals par an de ces domaines essentiels pour les appliquer sur le marché financier international sous forme d’intérêts ou de prêts indécents ;

- a annoncé la fin du financement du SUS (Sistema Único de Saúde – Système Unique de Santé, équivalent de la Couverture Universelle [1]), qui deviendra un système restreint et non plus universel, laissant l’immense majorité de la population sans défense devant la privatisation qu’il promeut pour la santé ;

- prétend éliminer presque 4 millions de bénéficiaires de la « Bourse Famille » et réduire tous les projets et les importantes politiques sociales en cours ;

- a annoncé une réforme des droits du travail et des retraites qui séquestre les droits conquis historiquement par la classe des travailleurs ;

- annonce la libération des jeux de hasard – bingo, jogo do bicho (loterie des animaux), casinos – qui sont la cause de la destruction de personnes et de familles entières viciées par le jeu, et confortable base pour le blanchiment d’argent ; sans compter qu’ils n’augmenteront pas les recettes fiscales ;

- prétend revoir les démarcations des terres de la réforme agraire et des populations indigènes pour préserver la concentration et la spéculation foncières des grands propriétaires terriens ;

- promet de remettre le pré-sal et la Petrobras aux sociétés pétrolières étrangères et prétend démanteler toute la chaîne nationale de gaz et de pétrole ;

- s’engage à réaliser un processus sauvage de privatisations, comme l’a déclaré le conspirateur Michel Temer qui souhaite « privatiser tout ce qui est privatisable ».

- attaque les pays voisins et de la région qui condamnent le coup d’État, abandonnera les Brics et fermera des ambassades stratégiques pour faire régresser le pays à la logique colonisée de l’alignement subordonné aux puissances stratégiques, et spécialement aux États-Unis ;

- menace d’adopter la méthode du PSDB (du temps du PSDB au pouvoir avec le Président Fernando Henrique Cardoso, dont le Procureur de la République est resté fameux par sa capacité à enterrer les enquêtes gênantes NdT) de nommer à la tête du Ministère Public Fédéral des procureurs serviles qui mettront dans les tiroirs les procès et cacheront les tripatouillages et les vols qu’ils pratiqueront au gouvernement ;

- promeut l’esprit partisan et la mise en coupe serrée de l’État : ils utilisent jusqu’au garçon qui sert le café au Palais du Planalto (de la Présidence. Le garçon qui y travaillait depuis 8 ans a été licencié sous l’accusation de « pétisme » NdT) pour nommer les protégés du gouvernement usurpateur – c’est la restauration des capitaineries héréditaires.

L’inventaire des mesures régressives adoptées par le gouvernement usurpateur est long et va plus loin que les exemples cités plus haut. Les putschistes ont montré une grande urgence à exécuter leur plan. La cérémonie d’auto-assomption du pouvoir de la bande qui a pris d’assaut le Palais du Planalto le 12 mai dernier (le vote du Sénat NdT) ne laisse aucun doute là-dessus.

Les conspirateurs se prélassaient au cours de cette fête déplorable qui a abâtardi la république, sans la présence d’aucune femme ni d’aucun noir (il a été constaté, lors du dernier recencesment de 2010, que les blancs sont minoritaires au Brésil NdT). Après le 17 avril, le jour de « l’assemblée générale des bandits commandés par le bandit Eduardo Cunha » (17 avril, vote des Députés en faveur du procès de destitution. Eduardo Cunha, entretemps, a été écarté, pour corruption et une liste impressionnante de chefs d’accusation, de son poste de Président de la Chambre NdT), le 12 mai fut le second acte emblématique de l’histoire ignoble du coup d’État : il y avait là les hommes blancs, riches, canailles putschistes et corrompus s’auto-nommant pour piller le Brésil, après avoir promu la farce grotesque de renverser une Présidente innocente par une destitution sans crime de responsabilité.

Pour réussir à imposer son projet anti-peuple et anti-nation, le gouvernement usurpateur devra passer par-dessus la résistance croissante dans la société brésilienne et mondiale. Ce ne sera pas facile, parce que le conspirateur Michel Temer manque de légitimité populaire pour gouverner le Brésil.

Jeferson Miola

Note du traducteur :

[1] Des deux cents pays que compte la planète, le Brésil est à la cinquième place en nombre d’habitants, avec environ 200 millions de personnes. La Chine vient en première place (1,3 milliards), puis l’Inde (1,2 milliard), les États-Unis (313,8 millions) et l’Indonésie (248.600.000). Dans aucun de ces pays, le système de santé est universel, public, gratuit et unifié comme au Brésil.

Jusqu’à il y a quelques décennies, ce n’était pas le cas. Les seuls à bénéficier du système public étaient ceux qui possédaient des documents de travail, ainsi que les personnes à leur charge. Avec la création du système de santé unifié (SUS), le Brésil est le seul pays du monde avec plus de 100 millions d’habitants qui possède un tel système de santé.

Voir sur le sujet :

http://lebresilentraduction.tumblr.com/post/105249732172/questions-et-...

et

http://lebresilentraduction.tumblr.com/post/105249969002/questions-et-...

Remarque du traducteur :

le lecteur pourra être surpris par la virulence de cet article, en particulier sa deuxième partie, contre le gouvernement intérimaire de Michel Temer, issu d’un véritable coup d’État institutionnel. Il reflète pourtant assez bien la révolte des blogueurs brésiliens progressistes, d’abord naturellement envers le coup d’État, mais aussi envers les agissements de ce gouvernement intérimaire, c’est-à-dire provisoire, puisque la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, écartée du pouvoir pour 180 jours, n’a pas encore été jugée par le Sénat. C’est dire le caractère anti-démocratique des putschistes (mais c’est un pléonasme). Tereza Cruvinel, journaliste et blogueuse brésilienne, fait la comparaison avec le gouvernement intérimaire d’Itamar Franco qui, après la destitution provisoire du Président Collor, en 1992, s’est occupé des affaires courantes du pays. Ce n’est qu’à la destitution définitive du Président Collor qu’il a constitué son gouvernement. Mais nous reviendrons sur la pertinence de cette comparaison lors de notre REVUE (TRÈS) CRADE en préparation (ou Revue de Presse des Blogs Sujos, ces saletés de blogs brésiliens d’information alternative, comme les nomment les putschistes et les médias dominants, le journal et la télévision brésiliens Globo en tête).

Traduction, note et commentaire : Si le Brésil m’était traduit...

»» http://altamiroborges.blogspot.com.br/2016/05/50-anos-de-retrocesso-em...
URL de cet article 30386
   
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.