Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Ceux qui pleurent et ceux qui savourent la mort de Fidel Castro ou le baromètre de la morale.

Fidel Castro est mort. C’est l’heure du jugement, chacun à son avis et tout le monde (ou presque) commente l’évènement. Il est difficile d’être objectif et raisonné avec un personnage aussi passionnant et passionné. Qui pour mesurer et comment, le bien et le mal ? Comment apprécier la trace qu’il laisse dans l’Histoire de notre planète. Cuba appartient aux Cubains et ils réussiront seuls à faire le bilan et à en tirer les conclusions, mais, pour nous qui n’y vivons pas, il suffit d’observer froidement ceux qui pleurent et ceux qui savourent à travers le monde pour comprendre ce qu’est la révolution cubaine et son leader.

En France, par exemple, on entend et on lit ici et là l’élite bien-pensante de pseudos intellectuels et de pseudos journalistes totalement déconnectés de la réalité de leurs propres peuples qui se permettent de juger et de consoler le pauvre petit peuple cubain qui n’a su se débarrasser du tyran. Les philosophes autoproclamés qui écrivent dans les pages du journal Le Monde sur les violences du régime castristes dans les années soixante quand la France torturait et tuait des milliers d’algériens. Ou ceux, plus tristes encore, qui en vidéo sur youtube se font passer pour des fervents défenseurs de la véracité historique en s’appuyant sur des anecdotes de voyage, ceux-là qui parlent comme les livres qu’ils sont à peine bons à écrire mais qui excellent à les vendre. Ils sont toutefois moins virulents que les anticommunistes primaires que l’on peut lire dans les pages du Figaro, qui s’amusent à comparer Castro à Hitler ou qui prennent en témoignages les descendants des latifundistas expropriés par la révolution.

En Amérique, la droite et l’extrême droite crient victoire, enfin, le temps a réussit là où ils ont échoué tant de fois et pendant si longtemps. On imagine facilement le champagne qui coule à flots chez les mafieux et les délinquants de Miami, dans les bureaux de la CIA ou du Mossad. Donald Trump nous parle de droits de l’homme, d’oppression et d’un nouvel espoir qui naîtrai avec le décès d’un vieillard de 90 ans, il se frotte déjà les mains d’être le premier président depuis un bail à ne pas avoir ce redoutable ennemi. Sebastian Piñera un ancien président du Chili qui en 1998 réclamait la libération et le retour (de son séjour tourmenté à Londres) de « l’ex président de la république » Pinochet vient nous parler de l’héritage sanglant de Castro, ou le culot sans nom de la droite réactionnaire en Amérique Latine.

Finalement ils sont assez peu nombreux les minables à oser s’attaquer au géant. Les lâches, les ingrats et les plus mous, la majorité, saluent la figure emblématique et le personnage incontournable du XXème siècle. Les idiots, ils n’ont pas compris qu’il est immortel et que son œuvre commence à peine.

Et puis il y a ceux qui pleurent, ceux qui se souviennent. Les populations noires d’Afrique du Sud et d’Angola, qui n’oublient pas que lorsque les puissances occidentales fermaient les yeux sur l’apartheid, la petite île envoyait des troupes, offrait tout son soutien et jouait un rôle absolument décisif dans l’abolition du régime raciste. Ce n’est pas pour rien si Nelson Mandela a choisi Cuba pour un de ses premiers voyages officiels. Tout comme le premier président de l’Algérie libre qui se rend à la Havane en Octobre 1962 lui aussi pour une de ses premières visites officielles en signe de reconnaissance pour l’aide apportée dans la lutte pour l’indépendance. Ou encore les palestiniens qui ont toujours pu compter sur l’empathie et le soutien matériel du peuple cubain et de Fidel Castro qui n’a eu de cesse de dénoncer les terribles conséquences humanitaires de l’embargo et des bombardements israéliens. Mais aussi les haïtiens ou les nicaraguayens (en réalité des dizaines de pays du dit tiers monde) qui suite aux différentes catastrophes climatiques et humanitaires ont vu débarquer des centaines de médecins cubains. Les résistants aux dictatures d’Amérique Latine qui ont trouvé refuge à Cuba lorsque les tyrans s’organisaient pour les traquer et les faire disparaître dans tout le continent. Et bien sûr les rêveurs et utopistes du monde entier qui ont vu en lui et en sa révolution la possibilité d’un monde meilleur, d’une société différente où l’argent ne fait pas le bonheur, pour de vrai.

Quelle que soit la réalité des Cubains sur laquelle nous sommes, pour la plupart, bien mal placés pour en juger, force est de constater que sur le plan international, Cuba est depuis 1959 du côté des opprimés et de la morale. Dis-moi avec qui tu traines je te dirais qui tu es. ¡La historia ya te absolvió !

URL de cet article 31235
   
Même Thème
Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

’’Derrière chaque enfant qui meurt de faim se cache un assassin’’

Jean Ziegler ( Forum Social Mondial de Porto Alegre 2003)


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.