RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Changements dans l’agriculture cubaine : la ville à la campagne ?

20 Mai 2012 - Être « guajiro » [soit « paysan », comme était guajira « La Guantanamera », paysanne de Guantanamo] gagne en prestige à Cuba dont la situation nécessite d’urgence la production nationale de davantage d’aliments pour subvenir aux besoins d’une population de plus de 11 millions d’habitants et diminuer les lourdes factures annuelles dues aux importations.

« Je suis en train de programmer mon retour à la campagne », a dit à l’ANSA Secundino López, « qui est né et a grandi » dans une ferme au centre de Cuba et est venu faire ses études à La Havane il y a plus de trente ans. Il y est resté et y travaille encore dans un bureau. Quand je retourne au pays, je me rend compte qu’il y a de l’argent. Des membres de ma famille ont acheté une voiture et passent leurs vacances à l’hôtel », a-t-il déclaré..

Un processus de changement dans l’agriculture, décrété par le gouvernement en 2008, ainsi que des reportages dans les médias cubains montrant des fermes nouvelles et productives, sont en train de changer la traditionnelle « dévalorisation » de l’image du paysan.

Le gouvernement a lancé ce plan pour atténuer la grave inefficacité de la production dans l’agriculture, avec des millions de terres appartenant à l’état laissées en friche ou mal exploitées, une population qui émigre de la campagne vers la ville, et des factures d’achats d’aliments sur le marché mondial qui avoisinent les 2 000 millions de dollars.

Le président Cubain Raul Castro a donc annoncé que devaient vivre ensemble dans le secteur rural, avec les entreprises et propriétés d’Etat, un secteur « non d’état » plus dynamique et plus stimulant en raison de tarifs plus flexibles pour ses marchandises et pour le marché de l’offre et de la demande, quand d’autres prix sont fixés par l’Etat.

Dans le cadre du plan clé de ce processus, 163.000 fermiers ont reçu ces trois dernières années en usufruit 1.495.000 hectares de terres appartenant à l’état, selon ce qu’a annoncé à la télévision nationale Pedro Olivera, Directeur Général du Centre National du Contrôle de la Terre au Ministère de l’Agriculture.

Olivera a affirmé qu’il y a encore des parties de l’Etat qui « occultent » des terres sous-exploitées administrées par eux. Sans tenir compte de ces terrains clandestins, plus de 900 000 hectares sont encore disponibles à la distribution.

Malgré une augmentation de la production agricole nationale d’environ 10% au cours des trois premiers mois de l’année 2012, le gouvernement aura encore à dépenser 1 700 millions de dollars en importations d’aliments à la fin de l’année.

Olivera a dit que 59,4 % des fermiers qui ont reçu des terres se consacrent à l’élevage et 23 % à des cultures diverses. Cependant, le représentant du gouvernement a observé « qu’il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir » avant d’arriver à la production nationale agricole requise.

« Nous ne pouvons être tranquilles quand environ 1 500 millions de dollars par an sont consacrés à l’importation d’aliments », a commenté en public Orlando Lugo Fonte, président de l’Association Nationale des Petits Agriculteurs (ANAP).

Lors de la célébration du « Dia del Campesino » [jour du paysan] cette semaine, Lugo Fonte a dit qu’il faut arriver à une plus grande efficacité, insister pour que tous les contrats couvrent tout le potentiel productif et contribuer à une baisse du prix des aliments.

http://www.cubadebate.cu/noticias/2012/05/20/cambios-en-la-agricultura...

URL de cet article 16869
  

Même Thème
Cuba Miracles
Ramon CHAO
(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques) Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.