RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Pénaliser la protestation sociale...

CHILI : La Loi illégitime de Piñera

Le président Sebastian Piñera a envoyé au parlement une loi qui cherche à pénaliser la protestation sociale, mettant l’accent pour sanctionner ce qu’ils appellent "désordres publics" et "prises illégales" . Ils le firent dans le cadre des manifestations du mouvement étudiant et au début de la table de dialogue avec les dirigeants des étudiants, qui après la seconde rencontre-comme c’était attendu-se brisa en raison de l’intransigeance du ministre de l’Education. Le gouvernement, avec cette loi, prétend transmettre un signal d’autorité, avec l’intention de faire peur et de provoquer des conflits parmi les élèves mobilisés. Dans le projet se note clairement la marque de l’UDI (1) et des oligarques comme Carlos Larrain, président de la RN (2). Pas d’accord avec cela, le gouvernement ordonna une répression brutale contre les étudiants et acteurs sociaux qui manifestaient, le jeudi 6 octobre, dans les rues des principales villes du pays. Les carabiniers agirent avec le même toupet que durant la dictature militaire.

Le gouvernement et ses parlementaires parlent d’en finir avec la violence et les désordres, mais, en définitive, ces désordres ne sont pas autre chose que la réponse à des années de violence exercée par les appareils répressifs de l’Etat, ils sont une réponse à la violente exploitation des travailleurs, à la violence des abus patronaux, à la violence de la discrimination et du racisme social. Pour cela exercer la défense propre est un droit inaliénable, c’est un droit humain universel. Les manifestants, réprimés par la police militarisée, ont le droit légitime de se défendre comme le mérite la situation.

La violence qui devrait être sanctionnée est la violence du système binominal, qui permet qu’un groupuscule a un plus grand pouvoir que l’immense majorité des chiliens. On devrait sanctionner la violence de ceux qui pillèrent les entreprises d’Etat durant la dictature et des types comme Agustin Edwards, propriétaire du quotidien El Mercurio, qui alla aux Etats-Unis pour demander au président Richard Nixon de faire un coup d’Etat contre le gouvernement légitimement élu de Salvador Allende, et il est paradoxal que ce monsieur créa la Fondation Paix Citoyenne pour dicter la discipline à la délinquance. Le voleur derrière le juge ! Ainsi est le Chili post-dictature, grâce évidemment à la complicité de la Concertation (3) durant 20 ans, qui a abandonné ses postulats fondateurs et s’est accomodée des privilèges que donne le pouvoir, violant ce qui avait été promis au peuple chilien. On devrait sanctionner la violence des membres de l’UDI et de la RN qui justifièrent les violations des droits humains et le bombardement du Palais de La Moneda. Mais il est illégitime de sanctionner le droit de manifester librement et d’exercer la défense propre contre les forces répressives.

Alejandro Lavquen

Source : http://alavquen.blogspot.com

Traduit de l’espagnol par GJ

(1) Union Démocrate Indépendante, parti conservateur dans lequel on retrouve de nombreux cadres du régime de Pinochet.

(2) Rénovation nationale, parti libéral conservateur.

(3) La Concertation des Partis pour la démocratie est une coalition de partis du centre et de la gauche. La Concertation a remporté toutes les élections législatives et présidentielles, depuis le retour des élections libres en 1989, jusqu’à 2009-2010.


URL de cet article 14831
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’abstrait n’a pas d’image, c’est son défaut ontologique. Seul le réel est filmable. Pas la réalité.

Ignacio Ramonet

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.