RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Colombie : Des élections entre guerre et paix

Les accords de paix entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), aujourd’hui Force alternative révolutionnaire du commun, et le gouvernement colombien ont été réduits en miettes lors de leur passage par le congrès. Les FARC dénoncent le non respect des rares accords encore en vigueur et ont été obligés de suspendre en grande partie leur campagne électorale pour des raisons de sécurité.

Le 2 mars, Gustavo Petro, ex-maire de Bogota, seul candidat de gauche ayant une mince chance de se faire une place au deuxième tour, a été victime d’un attentat lorsqu’il s’approchait du lieu de son allocution publique dans la ville de Cucuta. Au moins un impact de balle s’est logé dans son véhicule blindé.

Le 16 mars, soit 5 jours après leur réélection, le député Germán Carlosama et Alberto Castilla, le sénateur paysan associé au Congrès des peuples, tous deux membres du Polo Democratico, convergence de gauche, ont été informés par le biais des médias que le Bureau du procureur venait d’ouvrir une enquête les accusant de faire partie de la guerilla de l’ELN. Alberto Castilla a participé à plusieurs reunions publiques avec des organisations sociales apuyant la participation dans le procesus de paix avec cette guerilla.

Comme ça a été le cas avec plusieurs procès très médiatisés contre les étudiantEs ou des leaders paysans, il semble s’agir d’un procès public et médiatique plus que juridique. La coïncidence des dates – ouvrir une enquête pour des faits remontant pour certains à 1999 en pleine campagne électorale – met en doute l’indépendance judiciaire.

Cette campagne électorale en vue des présidentielles devait symboliser la paix. Cependant, les FARC se retrouvent hors jeu, et les deux principaux partis d’opposition, celui de Petro et de Castilla, sont victimes d’attentat et de criminalisation.Le même 16 mars, Todd Howland, représentant sortant des Nations unies en Colombie, annonçait la sortie de son rapport annuel, qui a été reporté jusqu’à l’arrivé de son successeur dans des circonstances confuses. Ce rapport loin du langage diplomatique est plus dur qu’à l’habitude à l’égard du gouvernement colombien : « La présence de l’État, exclusivement à travers de ses forces de sécurité, cherchant à imposer son autorité par la force ne contribue pas à générer les changements positifs et durables pour les communautés. Le manque d’une perspective d’intervention intégrale de l’État mène à une escalade de la violence dans certaines parties du pays. »[1]

La Colombie doit passer dans quelques semaines par le processus d’Examen périodique universel de l’ONU et plusieurs rapports alternatifs accablant ont été produits par différentes organisations sociales et de droits humains. Une partie de la communauté internationale est timide à l’égard du gouvernement colombien et du processus de paix, refusant d’admettre que les accords de la Havane, orgueil des diplomates de ce monde, sont en phase de devenir un échec.

Parallèlement, la Colombie est dans la dernière ligne droite de son entrée dans l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), ce qui signifierait un aval important des grandes puissances aux politiques actuelles du gouvernement.

Pendant ce temps, la lutte pour la protection de l’environnement, de la paysannerie, des territoires afro et autochtones et les luttes contre l’extractivisme sont quotidiennes et font face à une vague de violence malheureusement bien connue. Les chiffres des autorités colombiennes font état de 282 assassinats de leaders sociaux depuis 2016.

Actualisation du 9 avril 2018 : Jesus Santrich, membre de l’équipe de négociation des FARC et aujourd’hui un des 5 congressistes de ce parti siegeant ( mesure inclus dans les accords) a été caputré pour narcotrafic sur demande de la DEA de Etats Unis. Un autre fait qui vient mettre en doute les garanties dont devait bénficier les FARC pour lors de leur entrée en politique.

[1] https://colombiaplural.com/wp-content/uploads/2018/03/Informe-completo.pdf

»» http://pasc.ca/fr/article/des-elections-entre-guerre-et-paix
URL de cet article 33241
  

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.