RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Colombie : un détenu en danger placé en isolement prolongé

Le prisonnier politique Fernando Moreno Mantilla est menacé de mort par des codétenus. Pour sa « protection », les gardiens l’ont placé en isolement prolongé.

Le 23 janvier 2014, le détenu a été transféré de la prison de haute sécurité, Palogordo à Girón, vers la prison de moyenne sécurité, Modelo à Bucaramanga. Il a été placé dans le pavillon 4 qui est le plus surpeuplé et où sont enfermés beaucoup d’anciens paramilitaires. Á peine était-il entré que plusieurs d’entre eux ont tenté de le tuer.

Le lendemain, alors que M. Moreno Mantilla s’apprêtait à sortir pour une permission de 72 heures, il a été violemment frappé à la tête par un détenu.

Pendant sa permission, il est allé dénoncer les faits au Défenseur du peuple, lequel a alerté par téléphone le directeur de la prison Modelo, Henry Mayorca Mélendez.

De retour à la prison, le 27 janvier, le détenu a refusé d’être placé dans le pavillon 4 au regard des risques encourus. En guise de rétorsion, les gardiens, sans lui permettre de contacter son avocat ni ses proches, l’ont placé en cellule d’isolement où il se trouve toujours.

Plutôt que de le protéger réellement, les autorités pénitentiaires punissent M. Moreno Mantilla et le soumettent à un traitement inhumain, cruel et dégradant. Elles doivent lever la mesure d’isolement à son encontre et le transférer vers sa prison initiale Palogordo où son intégrité physique et morale a toujours été garantie.

Télécharger la lettre

Mode d’emploi

1. Signer la lettre jointe
2. L’expédier, au plus vite, à l’adresse indiquée
(Tarifs postaux : France 0,61 € / UE 0,83 € / reste du monde 0,98 €).
3. Si possible, envoyer une copie de votre lettre à l’ambassade du pays concerné.

Contexte

Système carcéral en crise

Plus de 105 000 détenus sont entassés dans les prisons du pays. Ils souffrent de la promiscuité et de la violence, engendrées par la surpopulation carcérale, de conditions d’hygiène déplorables propices à la propagation de maladies (tuberculose, lèpre, hépatite, VIH, etc.) et aux intoxications alimentaires, du manque d’accès à l’eau potable et aux soins, de l’absence d’activités socio-éducatives et de formations. S’ajoutent à cela des tortures et mauvais traitements infligés par des fonctionnaires de l’Institut national pénitentiaire et carcéral (INPEC) ‑ parfois même par certains directeurs de prison ‑ et par des membres de l’armée. Punitions collectives (restriction d’accès au téléphone, aux cellules, à l’électricité, à la nourriture, à l’eau potable), mises à l’isolement, pressions sur les proches en visite, simulacres d’exécution, passages à tabac, mises à nu, placements dans la position du « scorpion » (pieds et poings menottés ensemble), aspersions de gaz lacrymogène, agressions sexuelles et asphyxies sont les pratiques tortionnaires les plus courantes.

Les prisonniers politiques

Le sort réservé aux quelque 8 000 prisonniers politiques est dramatique.Il s’agit non seulement de guérilleros, de défenseurs des droits de l’homme, de militants accusés d’insurrection ou d’infractions pénales, mais aussi de personnes sans engagement particulier qui, pour servir la politique du chiffre, sont taxées de rébellion. Le conflit armé se transpose dans les prisons dont la plupart sont dirigées par des militaires à la retraite qui voient les détenus politiques comme des ennemis jurés. Ces derniers sont régulièrement agressés par des paramilitaires incarcérés bénéficiant du soutien des gardiens. Officiellement pour les protéger, en réalité pour les punir, l’administration pénitentiaire les met alors à l’isolement.

Source de l’Appel urgent : Comité de solidarité avec les prisonniers politiques, FCSPP.

»» http://www.acatfrance.fr/appel_urgent_detail.php++cs_INTERRO++id=504
URL de cet article 24518
   

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.