Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Communiqué de presse d’organisations professionnelles des médias du Burkina sur l’extradition de François Compaoré

Le 13 juin prochain, la justice française va rendre son délibéré sur la demande d’extradition de François Compaoré introduite par l’Etat burkinabè. Le peuple burkinabè, en général, les journalistes et tous ceux qui ont en horreur l’impunité, en particulier, fondent de grands espoirs que l’extradition de François Compaoré dans son pays d’origine (le Burkina Faso) sera actée. En effet, le frère cadet de l’ancien président Blaise Compaoré a rendez-vous avec la justice de son pays et nous espérons que celle française lui permettra enfin de répondre des faits qui lui sont reprochés dans le cadre de l’assassinat odieux du journaliste Norbert ZONGO et de ses compagnons d’infortune.

Certains suspects identifiés par la commission d’enquête indépendantedepuis 1999 et toujours en vie (trois d’entre eux sont morts) ont déjà été inculpés et placés sous mandat de dépôt. François Compaoré est également inculpé et recherché par la justice Burkinabè. C’est en toute logique qu’il fait l’objet depuis mai 2017 d’un mandat d’arrêt international pour « incitation à assassinats ».

Depuis son interpellation en France en octobre 2017, la grande famille des journalistes, des défenseurs de la liberté de presse et de la démocratie ainsi que tous les défenseurs du droit à la vie, suivent avec un grand intérêt les péripéties de la procédure. Et tous souhaitent que son extradition vers le Burkina Faso soit actée le 13 juin afin de lui permettre de se défendre devant la justice.

Le peuple burkinabè n’est nullement mû par un quelconque esprit de vengeance mais par une quête légitime de vérité et de justice sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses trois compagnons. Les textes nationaux et les traités auxquels le Burkina Faso a librement souscrit confèrent à tout prévenu, des droits inaliénables. Et il ne fait aucun doute que le sieur François Compaoré devrait en bénéficier, dans le cadre de la procédure. Car la vraie justice pour Norbert Zongo ne peut être que celle qui est rendue au terme d’une procédure qui respecte les droits des prévenus et un procès équitable et transparent.

Du reste, il existe au Burkina Faso, une presse suffisamment indépendante et crédible comme en atteste le dernier classement de Reporter Sans Frontière sur la liberté de la presse (premier en Afrique francophone et 5e en Afrique) pour s’assurer du respect des droits de tout prévenu.

Pour rappel, le 13 décembre 1998, le journaliste d’investigation Norbert ZONGO, fondateur de l’hebdomadaire L’Indépendant, a été retrouvé mort et calciné dans sa voiture, avec ses trois compagnons d’infortune alors qu’il enquêtait sur la mort de David Ouédraogo, chauffeur de François Compaoré. Une commission d’enquête indépendante mise en place pour faire la lumière sur cette affaire avait conclu que cette barbarie avait été commanditée et exécutée par des individus qui voulaient empêcher le journaliste de révéler les dessous du meurtre du chauffeur de François Compaoré. Il est de notoriété publique que c’est Monsieur François Compaoré qui a saisi la garde rapprochée de son frère aîné d’une plainte contre David Ouedraogo et d’autres personnes travaillant chez pour vol de numéraires chez lui. C’est suite à cette plainte que David Ouedraogo a été arrêté et torturé à mort.

Classé « sans suite » en 2006 par une justice aux ordres de l’ancien régime piloté d’une main de fer par le président Blaise Compaoré et son frère cadet, le dossier a été rouvert sous la Transition en 2015.

Ouagadougou le 6 juin 2018

Pour l’Association des Journalistes du Burkina (AJB)

Guezouma SANOGO (Président)

Contact : (+226) 70 11 24 50/ ajbfaso@gmail.com

Pour la Société des Editeurs de la Presse privée (SEP)

Boureima OUEDRAOGO (Président)

Contact : (+226) 70 74 90 38 / bourimaouedraogo08@gmail.com

Pour le Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la
Culture (SYNATIC)=

Siriki Dramé (Secrétaire Général)

Contact : sirikid2@gmail.com

Pour l’Association des Editeurs et Professionnels des Médias en Ligne
(AEPML)

Cyriaque PARE (Président/)

Cpontact : cyriaque.pare@gmail.com

URL de cet article 33483
   
Même Thème
La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara
Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes. On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.