RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Coup d’état en Bolivie : Pourquoi Evo Morales a été renversé par Washington

Discours du Président de la République de Bolivie, Evo Morales, lors du Briefing du Conseil de Sécurité consacré à la non-prolifération, le 26 septembre 2018.

Exceptionnellement, Donald Trump présidait la séance, et s’est donc directement entendu dire ses quatre vérités par le Président d’une nation du Tiers-Monde authentiquement souveraine et populaire. Ce crime de lèse-majesté commis depuis l’arrière-cour des Etats-Unis, chasse gardée de l’Empire, n’a pas tardé à être châtié.

Transcription :

Donald Trump : Je donne maintenant la parole au Président de la Bolivie.

Evo Morales : Président des Etats-Unis d’Amérique, mon frère António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, mes frères Présidents, mes frères et sœurs (membres) du Conseil de Sécurité,

Aujourd’hui, la présidence (américaine) du Conseil de Sécurité a invité les membres de ce corps pour discuter de la non-prolifération des armes de destruction massive. La Bolivie se trouve dans une région qui a été déclarée dépourvue d’armes nucléaires depuis plus d’un demi-siècle. Pour cette raison, je m’estime en position de rappeler l’article I du Traité interdisant l’emploi d’armes nucléaires, qui stipule que chaque Etat ayant ratifié ce Traité s’engage à ne jamais, sous aucune circonstance, développer, tester, produire, manufacturer, acquérir de quelque manière que ce soit, posséder ou stocker des armes nucléaires ou tout autres engins nucléaires.

J’appelle tous les Etats réunis autour de cette table à signer, à ratifier et à mettre en œuvre immédiatement cette provision du Traité. C’est le meilleur moyen d’éviter la possibilité catastrophique de l’utilisation de telles armes. C’est une obligation morale et un devoir que nous avons envers les générations futures.

Frères et sœurs du monde,

Les Etats membres de l’ONU sont obligés de se conformer aux principes et objectifs fondamentaux de la Charte de 1945. Par-dessus tout, nous sommes obligés de nous conformer au principe de résolution des différends internationaux par le biais de mécanismes de résolution pacifiques. Aucun de ces mécanismes n’inclut l’usage d’armes de quelque sorte que ce soit, bien au contraire. C’est un appel à la négociation, à la diplomatie, au dialogue et à la résolution légale des conflits : tels sont les principes qui doivent guider les actes des pays de l’ONU pour résoudre les conflits ou différends qui peuvent surgir. La Bolivie est convaincue que ce n’est qu’en recourant à ces moyens pacifiques que nous pourrons construire des sociétés plus justes, et des sociétés qui sont à même d’assumer leur part de responsabilités. Nous devons être capables d’abandonner et de reléguer aux livres d’histoire l’usage primitif de la force des armes entre les peuples.

Je tiens à souligner, en guise d’exemple, la contribution de la Cour Pénale Internationale, l’instance judiciaire principale du système des Nations Unies, qui a été capable de résoudre efficacement des disputes entre Etats dans diverses parties du monde, des Etats qui faisaient face à diverses situations et avaient des plaintes & revendications variées.

Mes frères et sœurs,

Nous sommes convaincus qu’il est crucial d’établir un dialogue non seulement sur les effets, mais également sur les causes structurelles et premières qui mènent à la guerre, et sur les motivations réelles des assauts contre la paix, la sécurité et la justice dans le monde dont nous sommes témoins.

Considérons l’exemple de l’Iran, un pays qui a été mentionné ce matin (comme pays violateur des Traités internationaux par les Etats-Unis et ses vassaux d’Europe occidentale). En 1953, les Etats-Unis ont financé, orchestré et mis en œuvre un coup d’Etat contre un gouvernement démocratiquement élu, qui, dans l’exercice légitime de sa souveraineté, a nationalisé les ressources énergétiques du pays, les reprenant aux mains des compagnies pétrolières anglo-américaines. Après cela, durant de nombreuses décennies, les Etats-Unis ont soutenu un gouvernement autoritaire qui a permis que les profits de la production pétrolière aillent dans les poches des compagnies transnationales. Cette situation a perduré jusqu’à la révolution de 1979. Et maintenant que l’Iran a repris le contrôle de ses propres ressources, il est une nouvelle fois victime d’un état de siège imposé par les Etats-Unis.

La Bolivie condamne catégoriquement l’action unilatérale imposée par le gouvernement des Etats-Unis contre l’Iran. De même, nous condamnons le retrait de Washington du Traité sur le nucléaire iranien (JCPOA), qui se réfugie derrière de vains prétextes pour continuer sa politique d’ingérence dans les affaires intérieures de ce pays frère, l’Iran.

Mes frères et sœurs du Conseil de Sécurité,

Nous voulons aborder la question du Moyen-Orient, une région riche en ressources naturelles, qui est pour cette raison ravagée par les invasions, les guerres et les agressions injustifiées qui continuent à causer des souffrances pour les peuples du Moyen-Orient. C’est dans cette région du monde que les actes d’agression les plus flagrants du XXIe siècle ont eu lieu.

La première agression est l’invasion illégale de l’Irak (en 2003), basée sur le mensonge selon lequel ce pays possédait des armes de destruction massive. Cette invasion a causé plus d’un million de morts.

Le second acte d’agression est le renversement du gouvernement de Libye (en 2011), qui a causé des dizaines de milliers de morts, tout en prétendant que c’était une action humanitaire. La conséquence est une grave instabilité politique et une crise humanitaire dans tout le Nord de l’Afrique.

Le troisième acte d’agression que je dénonce est la guerre civile en Syrie, qui, durant les 8 dernières années, à coûté la vie à plus d’un demi-million de personnes. Cette guerre est le résultat direct de l’ingérence étrangère et du financement de groupes armés et d’organisations terroristes qui se sont dressés contre le gouvernement syrien.

Mes frères et sœurs,

Durant les derniers mois, les Etats-Unis ont une nouvelle fois manifesté leur mépris souverain pour le droit international, pour le multilatéralisme et pour les principes et objectifs de la Charte des Nations Unies. Chaque fois que les Etats-Unis envahissent des nations, lancent des missiles ou financent des opérations de changement de régime, ils le font en se cachant derrière une campagne de propagande qui répète inlassablement le mensonge selon lequel ils agiraient pour réaliser la justice, la liberté et la démocratie, pour les droits de l’homme ou pour des raisons humanitaires.

Je tiens à déclarer franchement et ouvertement en cette assemblée que les Etats-Unis se contrefichent de la démocratie. Si ce n’était le cas, ils n’auraient pas financé des coups d’Etat et soutenu des dictateurs. Ils n’auraient pas menacé d’intervention militaire des gouvernements démocratiquement élus, comme ils l’ont fait avec le Venezuela.

Les Etats-Unis ne pourraient pas avoir plus de mépris qu’ils n’en ont pour les droits de l’homme et la justice. S’ils s’en souciaient un tant soit peu, ils auraient signé les Traités internationaux pour la sauvegarde des Droits de l’Homme. Ils n’auraient pas menacé les mécanismes d’investigation de la Cour Pénale Internationale. Ils ne feraient pas la promotion du recours à la torture. Ils n’auraient pas quitté le Conseil des Droits de l’Homme. Ils n’auraient pas séparé de leurs familles les enfants de migrants, et ne les auraient pas enfermés dans des cages.

Les Etats-Unis ne souhaitent guère le multilatéralisme. Si c’était le cas, ils ne se seraient pas retirés de l’Accord de Paris ou du Pacte international sur les migrations. Ils n’auraient pas lancé d’attaques unilatérales, pas plus qu’ils n’auraient pris des décisions telles que déclarer illégalement Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Ce mépris pour le multilatéralisme est motivé par la soif des Etats-Unis pour l’hégémonie mondiale, le contrôle géopolitique et l’accaparement des ressources naturelles (des autres pays)

Mes frères et sœurs,

A la lumière de la situation que je viens d’évoquer, je tiens à saluer les pays – la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine et la Russie – qui ont fermement soutenu l’accord sur le nucléaire conclu avec l’Iran. Nous saluons également les pays qui n’ont pas abandonné l’Accord de Paris, qui défendent le principe de la souveraineté et de l’égalité des Etats, qui appliquent les principes de non-ingérence dans les affaires intérieures, qui respectent le droit international, respectent librement tous ces engagements et défendent le multilatéralisme.

La responsabilité de notre génération est de transmettre un monde plus juste et plus sûr aux générations futures. Nous ne réaliserons ce rêve que si nous travaillons ensemble à consolider un monde multipolaire régi par des règles qui s’appliquent également à tous, et qui sont respectées et défendues face à toutes les menaces qui pèsent sur les Nations Unies.

Je vous remercie.

Voir également ces autres manifestations magistrales de la souveraineté bolivienne, autant de casi bellorum pour Washington.

Soutenez ce travail et contournez la censure en partageant cet article et en vous abonnant à la Newsletter.

»» https://lecridespeuples.fr/2019/11/17/coup-detat-en-bolivie-pourquoi-e...
URL de cet article 35447
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je n’en dors pas la nuit de voir comment, au cours des 11 dernières années, nous, journalistes, activistes, intellectuels, n’avons pas été capables d’arrêter ce monde à l’envers dans lequel de courageux dénonciateurs et éditeurs vont en prison tandis que des criminels de guerre et des tortionnaires dorment paisiblement dans leur lit."

Stefania Maurizi
28 octobre 2021, au cours du procès d’appel en extradition de Julian Assange

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.