RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

CPE : Jeunesse Militante, par Antonio Molfese.







30 mars 2006


Le soleil se lève sur une nouvelle jeunesse. Ces jeunes qu’on disait angoissés, égoïstes et désenchantés, on les croyait même dépolitisés : comme s’ils n’avaient plus goût à la chose publique, ni au bien commun, repliés sur leur ego adolescent et leur rêves staracadémisés, transformés par la télévision en « cerveaux disponibles » à ingurgiter les pires sottises.

La jeunesse française est angoissée : c’est indéniable. Qui peut rester serein dans une société intoxiquée à la libéraline, à la régression sociale, à la mise en concurrence effrénée des individus ? Qui peut rester impassible quand le seul visage que la politique donne de l’avenir est une « modernité » vieille de plusieurs siècles, ce fameux libéralisme économique dont la théorie et les échecs sont plus vieux que le communisme, le socialisme et l’anarchisme ? Qui peut garder son calme dans un pays où le Pouvoir prend le masque sordide d’un Chirac, d’un Raffarien, d’un Galouzeau de Villepin, ou d’un Sarkopitre ? Qui peut supporter les agressions répétées et continues de radios et de télévisions serinant à longueur de journée le b-a-ba capitaliste, célébrant la hausse du CAC 40, la nécessité des plans de licenciement collectifs, l’archaïsme de l’Etat-Providence, les profits colossaux des multinationales et la « modernité » du Medef ? Qui peut regarder sans horreur la propagande vieillie de Christine Ockrent, d’Arlette Chabot, de Serge July, d’Alain Duhamel et de tous les chiens de garde de l’ordre établi, du chacun pour soi et du défaitisme politique ? Qui peut écouter sans vomir Sarkoguignol surfer sur les idées lepénistes, prôner la fin du CDI et moquer le « droit-de-l’hommisme » ?

Les jeunes sont égoïstes, c’est vrai : ils considèrent qu’ils méritent une vie au moins aussi belle que celle de leurs parents. Ils ont l’audace de croire que la société ne devrait pas être une jungle, que la politique ne doit pas s’exercer au profit de quelques uns, mais de tous. Ils ne voient pas pourquoi ils devraient subir une éducation au rabais, travailler dans la plus grande précarité, dépenser la moitié de leur salaire uniquement pour se loger, s’inquiéter pour leurs dépenses de santé, partir à la retraite à 70 ans. Ils ont le front de vouloir parler, la témérité de vouloir être écoutés, la folie de croire qu’ils ne se battent pas seulement pour eux-mêmes, mais pour la société tout entière.

Les jeunes sont désenchantés : c’est sûr. Désenchantés par un Pouvoir cynique qui les caresse d’une main pour leur imposer de l’autre un contrat d’esclavage en bonne et due forme, et les transformer en prolétaires, bien évidemment « modernes ». Qui ne serait pas désenchanté à force de s’entendre dire qu’il n’a pas d’espoir, qu’il devra se contenter d’une vie au rabais, instable et besogneuse ?

La jeunesse a donc raison d’être angoissée, égoïste et désenchantée. Elle a raison de vomir ce vieux monde terne et plat, cette société anxiogène et délabrée - ce bateau piloté par des fous, qui part à la dérive, en prenant l’eau de toutes parts. La jeunesse a raison de cracher sur la propagande qu’on veut lui faire avaler : elle a raison de refuser un discours qui lui dit en substance « Dans un monde qui bouge, il faut tout changer ». Avec la lucidité troublante qui la caractérise, la jeunesse a compris cette évidence que dans un monde qui bouge, il faut s’obstiner à tenir bon. Elle a raison de pouffer lorsque Galouzeau de Villepin veut lui faire croire que dans un monde en mouvement vers la précarité et l’inégalité, il faudrait encore savonner la planche et accélérer la chute, en instaurant le Contrat Pauvreté Exclusion.

La jeunesse a compris que le Capitaine Galouzeau de Villepin navigue à vue et qu’il n’a pas de plan, sinon la triste feuille de route jaunie que lui a donnée le Medef. Elle a compris que Galouzeau de Villepin dirige un vaisseau-fantôme, hanté par les spectres moribonds du travail sans règles, du patron-seigneur et du profit-roi.

La jeunesse redécouvre la politique dans l’action : elle s’organise démocratiquement, elle résiste, elle imagine, elle propose. Elle découvre les joies du militantisme, le bonheur de penser et de vivre ensemble, de refuser tous les fatalismes et les défaitismes, d’envisager pour elle-même et pour la société un autre avenir. En ce sens, quoi qu’il arrive, et même si le gouvernement s’obstine lamentablement à maintenir le CPE, elle a déjà gagné, en fixant le cap de l’antilibéralisme à notre pays déboussolé.

Antonio Molfese

A LIRE : Retrait du CPE/CNE = défense du CDI et reconquête d’un droit protecteur des salariés, par CGT - Inspecteurs du Travail.


Témoignages Contrat Nouvelle Embauche.


Galouzeau de Villepin, profession : Social Killer, par Antonio Molfese.

CPE : Dix arguments de M. de Villepin et dix réponses, par Gérard Filoche.

CPE : L’enfermement et les impasses de M. de Villepin face à la France entière, par Gérard Filoche.
















- Photo : LFS


URL de cet article 3495
  

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.