Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


CRIF et CGT : l’affaire s’éclaircit…mais reste sombre !

Thierry Le Paon, secrétaire générale de la CGT, a écrit le 31 janvier au président du CRIF. Le courrier est publié sur le site de la CGT. Une militante de la CGT nous l’a envoyé et l’a également laissé en commentaire sur le site d’AgoraVox où notre article « la CGT avec le CRIF ? » est paru.

Il ressort de ce courrier que Thierry Le Paon a été invité à se rendre au siège du CRIF et qu’il a cru bon d’accepter ! Il proteste aujourd’hui contre le compte rendu « partiel et erroné » qu’en a fait cette association. Il s’en plaint et conclut que « ce manque de rigueur est de nature à entacher une relation de confiance entre nos organisations ». Mais rien ne l’empêchait de faire lui-même un compte rendu sur le site de la CGT, sauf à croire qu’il eût souhaité que l’affaire restât discrète. Le CRIF a rapidement vu dans cette rencontre une victoire et a cherché à en tirer avantage en glissant à ce pauvre Thierry une quenelle ! Rien d’étonnant quand on fait ami-ami avec le représentant du sionisme en France !

Poursuivons. Si Thierry Le Paon a répondu à l’invitation du CRIF, c’était juste pour évoquer son inquiétude face aux « relents d’antisémitisme, d’islamophobie et plus globalement de racisme dans notre pays ». Pas seulement l’antisémitisme… mais aussi l’islamophobie. C’est bien que Thierry tente le coup, mais le CRIF n’est selon nos renseignements pas vraiment sensible à ce dernier thème.

Enfin, c’est quoi cette histoire de la condamnation du BDS par la CGT ? Pour Thierry Le Paon, il n’a rien dit de grave ; il a simplement « confirmé que la CGT ne s’inscrivait pas dans la campagne BDS. En revanche, la CGT n’a jamais condamné ni ce mouvement ni ses acteurs dont certains sont d’ailleurs des adhérents de la CGT ». D’ailleurs, il soutient « la liberté d’expression des militants du BDS en France ». Et il ajoute qu’en agissant ainsi, le CRIF n’est pas « respectueux à l’égard de la CGT et de ses prises de positions ». Il ajoute aussi qu’il demande « le retrait des circulaires Alliot-Marie et Mercier ». Il demande même à ce que l’article du CRIF soit retiré de son site. Sinon ? Eh bien on ne sait pas. Mais au moment où ces lignes sont écrites, le CRIF n’est visiblement pas impressionné par les déclarations du secrétaire général de la CGT, parce que son site mentionne encore le fait que « la CGT condamne le BDS ».

Mais bon, prenons acte. Thierry n’a jamais condamné le mouvement et ne veut pas qu’on l’attaque. En revanche, lui n’est pas dedans. Point barre ! Ça le regarde, mais sa position nécessite tout de même une petite clarification… parce que n’être ni pour, ni contre, c’est un peu dur à tenir.

Alors que faire avec une organisation qui fait des comptes rendus « partiels et erronés », qui « manque de rigueur », qui n’est « pas respectueuse » et avec qui la « confiance pose problème » ? Il faut rompre toute relation Thierry, et le dire ! Cela fera très plaisir à tous les adhérents de la CGT !

D.R.

http://www.resistance-politique.fr/article-crif-et-cgt-l-affaire-s-ecl...

URL de cet article 24245
   
Même Thème
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.