RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Croire autrement : action individuelle et changement social (Climate and Capitalism)

J’ai récemment reçu un courrier d’un jeune militant qui avait assisté au sommet sur le changement climatique à Cochabamba (Bolivie - NdT). Il a décrit une expérience qui a changé sa vie et l’a inspiré à changer son mode de vie, d’adopter comme philosophie personnelle le principe indigène du «  Bien vivre ». Nous ne pouvons changer le monde si nous ne changeons pas nous-mêmes, a-t-il écrit.

Son courrier était enthousiaste et encourageant, mais je sais que beaucoup à gauche répondraient qu’il avait appris exactement ce qu’il ne fallait pas en Bolivie. Je ne sais combien de fois j’ai entendu, ou participé à , des conversations comme celle-ci :

«  Tu dis que tu veux changer le monde, mais qu’est-ce que tu fais pour le rendre meilleur ? »

«  Je roule en bicyclette... j’utilise des ampoules à basse consommation... je cultive un jardin potager... j’évite de boire l’eau en bouteille... je baisse le chauffage... »

«  Ce ne sont que des diversions du véritable problème. Les actions individuelles ne changeront rien. Nous devons lutter pour le pouvoir politique. »

«  Si tu ne changes pas ta propre vie, alors tu n’es pas vraiment pour un véritable changement. »

Et ainsi de suite.

Ce débat n’est pas artificiel. Les actions individuelles ne changeront pas le monde ; seule une lutte collective pourra le faire. Mais cela ne signifie pas que chaque adepte d’un changement individuel se trompe.

Dans le livre «  Rebels, Reds, Radicals : Rethinking Canada’s Left History » (rebelles, rouges, radicaux : repenser l’histoire de la gauche radicale canadienne - NdT), l’historien Ian McKay affirme qu’être «  de gauche » dans une société capitaliste signifie «  croire, au plus profond de son être, que «  les choses peuvent être différentes » ».

Les radicaux, dit-il, doivent croire autrement, il doivent être profondément convaincus qu’un autre monde est possible. «  Savoir ce qu’implique ce « vivre autrement » signifie lutter pour sa concrétisation. » (1)

Et, dit-il, dans de nombreux cas une telle compréhension est le fruit, et passe par, des expériences individuelles qui tentent de concrétiser ce monde nouveau. Il écrit :

«  Prenez, par exemple, le sentiment épuisant d’aliénation ressenti par de nombreux nord-américains lorsqu’ils traversent des étendues engorgées de fast-foods, de centres commerciaux, de magasins géants qui ont envahi nos villes. On peut ricaner ou s’en moquer. On peut jurer de ne fréquenter que des restaurants familiaux et faire ses courses au petit magasin du coin - si on arrive à en trouver un. On peut se décider à faire ses courses chez le paysan bio local et boycotter les marques industrielles.

Ce genre de décision personnelle reflète un vision authentique et réelle d’un «  autre monde ». Elle crée un petit espace de critique et de liberté individuelle, hors du commercialisme laid et manipulateur auquel on voudrait échapper.

Aucun progressiste lucide ne devrait tourner en dérision ces petits actes de résistance, pas plus qu’il ou elle ne devrait s’en contenter. Isolés et dispersés à travers le paysage social, de tels actes de liberté sont vulnérables et limités dans le temps. La «  liberté » est circonscrite à l’individu, à la famille, à un instant donné, et elle est souvent acquise grâce à la «  non-liberté » des autres.

Le «  domaine de liberté » sur lequel la gauche, et uniquement la gauche, peut agir est celui ouvert à la vaste majorité de l’humanité. Ca peut commencer par de petites actions collectives - comme les «  journées sans achat » ou des campagnes locales pour freiner la multiplication des hyper-marchés - mais pour être véritablement «  de gauche », il faut relier ces actions à une stratégie plus large, les intégrer dans un argumentaire plus global.

Il faut prendre chaque lutte comme une réponse partielle à une question beaucoup plus vaste : «  comment pouvons-nous vivre autrement ? » Quelles sont les possibilités pour transformer ces petites «  mesures » de liberté en un domaine de liberté beaucoup plus vaste, ouvert à la majorité ? Comment ces petits gestes de résistance pourraient-ils faire boule de neige et aboutir à un mouvement social pour changer le système ? (2)

Que l’on soit d’accord ou non avec la pensée de McKay sur l’histoire de la gauche, dans ce passage il offre une opinion importante et profonde que les écosocialistes ne devraient pas ignorer.

Etre un écosocialiste ne signifie pas seulement livrer une critique scientifique de la société capitaliste et avoir un programme concret de changement. Cela signifie aussi être ce que certains appelleraient un rêveur ou un utopiste - croire, au plus profond de son être, que les humains peuvent vivre en harmonie avec le reste de la nature, que le clivage métabolique peut être corrigé, que le vandalisme environnemental capitaliste peut être stoppé avant qu’il ne soit trop tard.

Les actes de résistance et de changement individuels ne suffisent pas, et certains ne sont que des diversions - vivre «  hors de la société » au milieu de la nature ne contribuera pas à un changement significatif - mais ils peuvent constituer autant de pas dans la bonne direction.

Le militant qui m’a écrit sait qu’un autre monde est possible et nécessaire - selon les termes de McKay, il croit autrement. La gauche devrait saluer de telles initiatives individuelles, parce que sans elles nous ne serons jamais capables de créer un mouvement démocratique de masse qui nous permettra à tous de vivre autrement.

Ian Angus

http://climateandcapitalism.com/2012/12/16/believing-otherwise-individ...

Traduction «  les petits ruisseaux font de grands fleuves. Beaucoup de petits ruisseaux... » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

URL de cet article 18717
  

Mai 68 : Histoire sans fin
Gérard FILOCHE
Nicolas Sarkozy accuse mai 68 d’avoir « imposé le relativisme intellectuel et moral », « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique ». Il aime à dire que « Les héritiers de ceux qui, en mai 68, criaient " CRS = SS " prennent systématiquement le parti des voyous, des casseurs et des fraudeurs contre la police », avant d’ajouter : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes ». Selon (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.