RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba libre ?

C’est dans un texte écrit dans Patria, journal fondé en exil aux Etats-Unis, datant du 16 avril 1893, que José Marti définit la société cubaine à travers le prisme des « ressemblances essentielles » et de la « similitude des caractères » constitutives de la sociologie de l’île et transcendant « la guerre des races » ainsi que les clivages politiques : « Dans la vie de chaque jour faite de résistance, de loyauté, de fraternité, d’astuce, à côté de chaque Blanc toujours il s’est trouvé un Noir. Les Noirs, comme les Blancs, se répartissent selon leurs caractères timorés ou courageux, dévoués ou égoïstes dans les différents partis où les hommes se regroupent. » (1).

Avec le rapprochement diplomatique entre Cuba et les Etats-Unis, se pose la question de la prévalence de cette praxis humaine (2) et du modèle cubain, parangon des luttes anti-impérialistes. Les réponses et les généralités ne peuvent qu’être prudentes et mesurées tant sont complexes les relations internationales et lancinants les enjeux géoéconomiques et géostratégiques, eu égard à la présence de la base militaire de Guantanamo dans le sud-est de l’île depuis 1903.

Certes, cet accord bilatéral du 17 décembre 2014 jette une lumière crue sur le double caractère anachronique et extra-territorial de l’embargo (effectif depuis le 7 février 1962), dans le contexte post-guerre froide, d’une part, et en raison de la loi Helms-Burton de 1996, d’autre part.

Certes, dans le même temps, la normalisation des relations entre les deux pays doit permettre le retour à un statu quo ante bellum avec la préservation des acquis de 1959.

Certes, enfin, ce moment de dimension historique doit conduire à un apaisement des antagonismes idéologiques en Amérique et dans le monde.

Cependant, ce constat préliminaire doit être nuancé dans la mesure où la levée du blocus économique dépendra du vote du Congrès à Washington, en d’autres termes, du Sénat et de la Chambre des représentants présidée et dominée par les républicains. Plus encore, l’une des principales limites à cet accord diplomatique est l’importance du lobby anti-castriste au Congrès et dans l’Etat de Floride, swing state favorable aux républicains. A l’instant que tout compromis est jugé dangereux, l’idée d’une reconnaissance de la souveraineté et de l’indépendance de l’île demeure inenvisageable pour les lobbyistes cubains exilés aux Etats-Unis.

Par ailleurs, ce rapprochement diplomatique révèle la réactivation de la doctrine Monroe de 1823 reposant sur le principe de « l’Amérique aux Américains » face à toute ingérence, potentielle ou réelle, des Européens (au XIXe siècle), de la Russie (au XXe siècle) et de le Chine (XXIe siècle). Il devient, en ce sens, évident que la toute-puissance états-unienne, régie par le principe fondamental de la Manifest Destinity et qui n’est guère favorable à la nature du régime cubain, tentera de maintenir vaille que vaille sa domination économique et son influence politique et culturelle sur l’île, notamment dans le contexte de l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles dynamiques (géo)politiques dans la région.

Aussi, cette « trêve des confiseurs » entre Cuba et les Etats-Unis s’inscrit-elle dans une phase de « pacification » ou de mise sous-tutelle de l’île dans le but de mette en coupe réglée l’un des derniers bastions de la résistance à l’impérialisme (3).

Au total, si cet accord, motivé par le réalisme politique, représente un moment historique majeur à l’échelle mondiale, il convient néanmoins de se défier des présentations simplistes et des fantasmes ; car, loin de marquer une rupture, ce rapprochement introduit de nouveaux liens (asymétriques) entre Cuba et les Etats-Unis, à l’exemple des liens entre le Royaume-Uni et ses anciens territoires impériaux dans le cadre du Commonwealth depuis 1926, ou encore entre la France et ses anciennes colonies de l’AOF et de l’AEF au sein de la « Françafrique » depuis 1955... Bref, l’impérialisme étasunien semble avoir de beaux et longs jours devant lui...

Habiba CHABOU

»» http://www.lequotidien-oran.com/++cs_INTERRO++news=5207708

1- Jean LAMORE, Cuba, Paris, PUF, 2010.

2 Henri LEFEBVRE, Critique de la vie quotidienne. Tome II : Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1977.

3 Salim LAMRANI, Cuba face à l’empire :propagande, guerre économique et terrorisme d’Etat, Genève, Editions Timéli, 2006.


URL de cet article 27657
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.