RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Daniel Viglietti chante à jamais pour une nouvelle humanité !

« Je veux rompre la vie,
combien je voudrais la changer... »

Daniel Viglietti

Daniel Viglietti est né en 1939 à Montevideo (Uruguay). Il a vécu dans une famille de musiciens : sa mère, pianiste classique, son père, guitariste, écrivain et folkloriste ainsi que son oncle, pianiste et directeur musical, l’ont fortement influencé et poussé à aimer la musique et la poésie. Il a reçu une excellente formation musicale au Conservatoire National de Musique de l’Université de Montevideo. Le jeune Viglietti admirait simultanément Stravinsky et Atahualpa Yupanqui, car – disait-il – « il n’y a pas de frontières de valeurs entre eux ».

Son activité publique commence en 1960 dès l’âge de 21 ans. Il n’est pas seulement un musicien-compositeur qui chante avec modestie, sincérité, joie, douleur, espoir et passion, l’univers latino-américain. Il est aussi, compositeur de musique pour le théâtre et le cinéma, un journaliste réputé, un homme de radio, ainsi qu’un pédagogue actif : il crée et dirige des ateliers d’enseignement musical et fait connaître la richesse de la musique latino-américaine à travers ses programmes de radio et de télévision.

En 1972, les militaires uruguayens veulent emprisonner sa voix, mais une grande mobilisation du peuple et le soutien de personnalités internationales, dont Miguel Angel Asturias, Jean-Paul Sartre, Julio Cortázar, Oscar Niemeyer réussissent à le sortir de prison. Il se voit cependant contraint de quitter son pays, vers l’exil. Pendant 11 ans les militaires interdisent la diffusion de l’œuvre de Daniel Viglietti en Uruguay. Il s’établit à Paris et y travaille avec la vigueur et l’engagement de toujours. Son premier disque édité en France par « Le chant du Monde », gagne le grand prix de l’Académie Charles Cros.

Lorsque Daniel Viglietti est sur scène, il se donne au public avec sérieux et rigueur ; il n’a jamais de gestes démagogiques ou de recherche facile d’applaudissements, il est l’austérité même... Lui, sa guitare, sa voix et son message n’ont pas besoin de faux subterfuges. Il va à l’encontre de tous les mécanismes publicitaires de la société de consommation.

En 1984, Daniel Viglietti retourne vivre en Uruguay. Il a besoin de son pays, de son continent, de ses gens, comme on a besoin d’air pour vivre. « Je peux créer -dit-il- contre vents et marées, mais certainement pas contre la distance ». Son message fait de poésie et de musique attire toujours les foules : des jeunes et moins jeunes, une vraie mosaïque de tranches d’âge s’empresse de le rencontrer et de l’écouter.

Ce musicien fondamental de « notre Amérique » est le symbole de plusieurs générations, qui a dû vivre des transformations politiques très complexes, sans jamais trahir son engagement pour une société plus juste. Son chant rebelle interpelle le meilleur en chaque femme et en chaque homme pour la construction d’une Amérique Latine nouvelle, libre et indépendante, et d’un monde meilleur pour tous.

Daniel Viglietti a parcouru l’Amérique Latine toute entière pour soutenir les mouvements populaires et pour accompagner les peuples en lutte. Il a été l’un des premiers troubadours à chanter en hommage au Commandant Ernesto Che Guevara lors du Festival de la chanson de contestation de Casa de las Américas réalisé à La Havane en 1967. Récemment le 9 octobre 2017, il était aussi présent à Vallegrande (Bolivie) pour commémorer les 50 ans de l’assassinat d’Ernesto Che Guevara.

Le 30 octobre 2017, Daniel Viglietti à l’âge de 78 ans succombe à des complications lors d’une intervention chirurgicale. Ses chansons – de véritables bijoux poétiques – sont maintenant devenues éternelles. Il nous laisse 14 albums dont des chansons emblématiques comme : « A desalambrar », « Gurisito », « Canción para el hombre nuevo », « Canción para mi América », « Cruz de luz », « El Chueco Maciel »...

Daniel, l’artiste du peuple, l’être humain intègre, l’ami fidèle nous manque déjà... !

31 octobre 2017

»» https://www.facebook.com/CollectifALR/
URL de cet article 32504
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.