Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


De la guerre et de la paix

Plus de 1450 télé-déchargements en un seul jour, celui de sa mise en ligne en accès libre, le 18 mars 2017, sur un site internet, du livre intitulé : LA GUERRE, POURQUOI ? LA PAIX, COMMENT ? Éléments de discussion aux gens de bonne volonté.

Le livre n’est pas d’un expert pour experts, ni de vulgarisation simpliste pour lecteurs superficiels, ni une somme systématique pour doctrinaires. Le sous-titre précise l’esprit ayant présidé à la rédaction, ainsi que les destinataires.

Ces derniers sont prioritairement les personnes qui, bien que “de bonne volonté”, comme on dit, n’ont pas le temps de recueillir les informations nécessaires pour, d’une part, comprendre les causes et les conséquences réelles des conflits (guerre, résistance armée et terrorisme), et, d’autre part, mener des actions en faveur d’un monde équitable et pacifique. Ce temps leur manque, soit à cause d’un travail exténuant, soit d’une attraction par le “spectacle” factice offert par ceux qui manipulent leur naïveté pour en tirer profit.

L’essai a requis des années de recherches, puis de réflexions pour sa rédaction. En format pdf, il comprend environ... 900 pages, pas moins. Que le lecteur ne s’effraie pas ! Ces pages peuvent être lues comme une série d’articles de journal ou de revue, progressivement, selon le temps disponible.

Ce dernier est nécessaire pour celui qui veut connaître convenablement, comprendre correctement, réfléchir suffisamment sur ces thèmes fondamentaux, apparemment éternels : la guerre et la paix.

A ces deux problèmes, l’auteur s’est vu obligé de se confronter, vue la multiplication des conflits où personne, désormais, n’est à l’abri, dans n’importe quel pays. L’auteur a trouvé le temps de s’y consacrer pour sortir du désarroi de son ignorance. Il juge utile de livrer ses conclusions à celles et ceux qui vivent plus ou moins la même situation.

Bien entendu, l’Algérie est comprise dans l’analyse. Ses contradictions internes intéressent hautement des puissances étrangères ; elles attendent le moment propice pour intervenir par une action, camouflée en “révolution de couleur” à l’ukrainienne, pour changer le système social au profit de leurs intérêts, avec les habituels complices internes.

On connaît l’adage : à question mal posée, problème mal résolue. Aussi, l’ouvrage tente de présenter les vraies questions, et de les poser correctement ; il laisse au lecteur le soin de trouver par lui-même les réponses adéquates. Bien entendu, les interrogations contiennent souvent, de manière induite, les solutions. Cependant, le but n’est pas de “laver le cerveau” ou de persuader, mais de susciter la réflexion personnelle, libre, autonome, en dehors de tout préjugé.

L’ouvrage tente de comprendre non pas telle guerre et telle paix, mais ces phénomènes en tant que tels, sous leurs divers aspects, quelque soit l’époque historique et la la nation. Ne pas rester à la superficie, trompeuse, mais tenter de déceler l’essence, la racine, tel est le défi affronté.

Le livre est divisé en trois sections :

I. LES FACTEURS DE GUERRE : (ÉCONOMIE ou qui s’enrichit au détriment de qui ? - POUVOIR ou qui commande au détriment de qui ? Et pourquoi ? - CIVILISATION ou qui veut avoir raison contre qui ? Et pourquoi ?)

II. LES GUERRES : (GUERRE D’AGRESSION ou qui agresse et en tire profit ? - PACIFISME, RÉSISTANCE ET TERRORISME ou qui est agresse et qui se défend ? - RÉSULTATS DE LA GUERRE).

III. QUEL ORDRE ou qui tire profit du désordre ? (PAYS ET TYPE D’ORDRE – CIVILISATION – POUVOIR - LOIS ET INSTITUTIONS - QUEL ORDRE ?)

Le désir fondamental ayant motivé le temps consacré à cette recherche est celui-ci : le souhait que le lecteur ayant la patience d’en prendre connaissance ne serait plus victime de la manipulation exercée par les mass-medias dominants ; qu’iil ne serait plus désorienté par une avalanche quotidienne d’informations fausses et tendancieuses ; enfin, qu’il pourrait réellement s’affranchir de son aliénation, cause de son humiliante impuissance. Alors, il saurait déterminer, de manière autonome, sans « maître penseur », comment agir pour concrétiser une vie plus digne, lui et les autres.

Non pas que dans l’ouvrage il trouvera des recettes, mais, mieux, une manière de réfléchir, des éléments concrets à partir desquelles utiliser sa propre raison, quelque soit le niveau de formation reçue. L’intelligence n’est pas le privilège des seuls instruits ; la preuve en est le monde qu’ils nous imposent ou nous conditionnent à accepter.

Un autre but de cet ouvrage est de se proposer comme un outil susceptible d’encourager des discussions éclairantes entre citoyens libres, désirant changer en mieux le monde où ils vivent et celui qu’ils laissent à leurs enfants.

L’auteur de cette proposition de réflexion est Kadour Naïmi.

Le livre est télé-déchargeable ici : http://classiques.uqac.ca/contemporains/NAIMI_Kadour/La_guerre_pourquoi/La_guerre_pourquoi.html

Qui voudrait en confectionner un livre papier peut connaître la procédure ici :

http://www.fichier-pdf.fr/2015/06/01/imprimeretrelier5/imprimeretrelier5.pdf

Fatma Bénaïssa,
chercheuse en sciences sociales.

URL de cet article 31745
   
Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.