RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
"Justice américaine" à Miami.

De quoi a peur le clan Posada Carriles ?

photo : Posadas Carriles en faveur des "Dames en blanc"

Le 10 janvier prochain, Luis Posada Carriles, terroriste considéré comme un héros par les organisations d’extrême-droite cubano-américaines implantées à Miami, comparaîtra enfin devant la justice américaine (1). La défense du terroriste refuse que la justice américaine utilise des témoignages et des documents en provenance de Cuba.

Mais en Floride, c’est un sentiment d’inquiétude qui règne. Comme si le procès allait dévoiler plus d’éléments que prévu.

En effet, la défense de Luis Posada Carriles dénonce d’abord le fait que la juge Kathleen Cardone ait accepté comme évidences les documents que Cuba a remis au ministère public (3), soit 6300 pages sur la vague d’attentats commis dans des hôtels cubains en 1997 et 1998.

Lors de son passage dans l’émission anticastriste A Mano limpia (Canal 41 / America TV), Arturo Hernandez, l’avocat de Posada Carriles, a également dénoncé le fait que le FBI avait souhaité interroger le terroriste Francisco Chavez Abarca, condamné en décembre par la justice cubaine à 30 ans de prison pour avoir posé des bombes dans ces hôtels cubains.

Depuis, on a appris que la juge a refusé que la justice américaine puisse rencontrer deux terroristes emprisonnés à Cuba, dont Chavez Abarca, au motif que la demande est arrivée (étrangement) trop tardivement.

Mais là aussi, que craignait la défense de cet agent de la CIA, dont le CV permet de suivre la trace dans toutes les opérations anticommunistes menées sur le continent sud-américain depuis les années 60 ?

L’entourage de Posada Carriles pouvait se réjouir que Francisco Chavez Abarca rencontre des représentants des autorités américaines, après avoir répété pendant des mois ne pas reconnaître la justice cubaine et estimant que les aveux de Chavez Abarca avaient été recueillis sous la pression.

Pire. L’avocat de Posada a lui-même refusé l’opportunité d’aller directement s’entretenir avec Chavez Abarca à La Havane (au frais du gouvernement américain), sous prétexte que « là -bas il n’y a pas de vérité (…). Aucune déclaration ne sert à rien ». De peur d’entendre des propos en-fonçant son client ?

Très certainement, l’extrême-droite cubano-américaine craint que le témoignage de Francisco Chavez Abarca diffusé dans le documentaire « Ruta contra el terror » (4) ne soit officiellement notifiés dans le dossier juridique, au titre de l’article 15 qui admet le témoignage à distance. Il faut dire que ce terroriste salvadorien a été clair. Il a indiqué durant son procès avoir obéi aux ordres directs de Posada Carriles - qui se prévalait de contacts avec la CIA - , pour poser les bombes dans les installations touristiques afin de dissuader les étrangers de se rendre sur l’île. Pour chaque explosion, Chavez Abarca a admis avoir reçu 2000 dollars.

Autre sujet que l’avocat souhaiterait ôter du lourd passif de son client : les anciennes déclarations dans laquelle Posada Carriles ne cachait pas son implication dans l’attentat du vol 455 de Cubana de Aviacion qui a fait 73 morts en 1976 et celles indiquant à propos de la mort d’un touriste italien en 1997 dans l’attentat contre l’hôtel Copacabana que le jeune était « au mauvais endroit, au mauvais moment ». L’argument invoqué par l’avocat du terroriste : « des erreurs de traduction lors de l’interview » et des morceaux effacés dans la bande enregistrée par le journal (5). En revanche, rien concernant les aveux effectués par Posada Carriles à la télévision à une figure du journalisme liée au milieu cubano-américain d’extrême-droite Maria Elvira Salazar dans lequel Posada affirmait « se responsabiliser » de toutes les actions terroristes menées à Cuba (6).

Le procès de Posada Carriles sera une nouvelle occasion de jauger le baromètre sentimental existant entre l’ancien agent de la CIA et les organisations de la communauté cubano-américaine de Miami.

Comment interpréter la « dernière minute » octroyée dans l’émission A mano limpia par le présentateur Oscar Haza, autre figure du journalisme liée aux organisations cubano-américaines, à l’avocat Arturo Hernandez au cours de laquelle ce dernier a admis « avoir reçu des chèques de soutien de 5, 10, 15 dollars » de cubano-américains, mais qu’il en fallait beaucoup plus car « nous n’avons pas de fonds » (7) ?

Le début de la fin pour le mercenaire en fin de parcours ? Ou plutôt une manière de faire croire à l’opinion que Posada Carriles est soutenu individuellement par des membres de l’exil alors qu’il reçoit en fait le soutien financier et logistique de nombreuses organisations terroristes comme la Fondation nationale cubano-américaine ?

Sébastien Madau

moncada.com

Notes :

(1) Luis Posada Carriles compa-rait pour parjures :

- avoir nié avoir recruté des personnes pour poser des bombes à Cuba.

- avoir nié connaître ou avoir aidé le terroriste Raul Cruz Leon à aller à Cuba et ce alors qu’il l’avait revendiqué dans un article du 12 juillet 1998 du New York (quand les terroristes étaient encore libres).

- obstruction à une enquête sur le terrorisme international et des questions migratoires :

- fraude sur sa nationalité

- fausse déclaration sur son statut migratoire lors de son entrée aux États-Unis.

(2) Luis Posada Carriles était à l’époque en prison pour avoir fomenté un attentat contre le président Fidel Castro. La grâce a été donnée la veille du jour de départ de la présidente panaméenne. De peur sans doute que son successeur Martin Torrijos ne lui donne pas. Depuis son départ du pouvoir, l’ancienne présidente de Panama passe une grande partie de sa vie à Miami.

(3) Dépêche Radio Habana Cuba, 17 décembre 2010.

(4) http://www.youtube.com/watch?v=9r9tt-onK5k

(5) A Bomber’s Tale, de Anne-Louise Bardach et Larry Rohter, New York Time, 12 juillet 1998.

(6) http://www.youtube.com/watch?v=EHcojTGIo-s

(7) A mano limpia, du 7 décem-bre 2010, http://www.youtube.com/watch?v=A7Wtq2S0HGQ

URL de cet article 12441
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.