Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Panne de courant au Venezuela

Des auteurs d’attaques contre le Venezuela avouent leurs crimes

Le journaliste mexicain Manuel Buendía, assassiné sur ordre de la CIA en 1984, avait l’habitude de répéter l’anecdote d’un fermier qui disait « si je vois un oiseau palmipède, avec le bec plat, qui marche en se dandinant, qui aime être dans l’eau et qui fait coin-coin, j’ai tout le droit du monde de supposer qu’il s’agit d’un canard ».

Cette anecdote m’est venue à l’esprit à l’occasion de la série de cyberattaques perpétrées contre le système électrique du Venezuela qui ont laissé sans courant 18 des 23 états de ce pays et dont la répétition a fait échouer les premiers efforts qui avaient été déployés pour rétablir le service.

Mais ce qui attire l’attention dans cette affaire c’est qu’à peine 3 minutes après le début du sabotage qui a provoqué la coupure de courant gigantesque, le sénateur étasunien Marco Rubio a publié un message sur son compte twitter se vantant des faits et plus encore identifiant avec exactitude l’endroit où le premier sabotage a eu lieu, la centrale d’El Guri dans l’état de Bolívar, qui produit 80% de l’électricité que consomme le pays.

Ce n’est qu’après plusieurs heures d’études intenses que les autorités vénézuéliennes ont pu constater que la centrale d’El Guri était le point de départ de la grande coupure de courant, mais voyez-vous, Marco Rubio l’a su en à peine trois minutes.
Dans la vie, très peu de choses sont le fruit du hasard et quand on parle de terrorisme moins encore. Donc, de même que le fermier, dans le cas du canard, il n’y a pas le moindre doute du fait que ce sénateur était impliqué dans la préparation, le financement et la réalisation de ce sabotage qui, de par ses caractéristiques, est très similaire à ceux que la CIA a l’habitude de perpétrer dans tous les continents.
Pour provoquer une défaillance d’une telle envergure il faut plusieurs éléments dont des équipements d’une très haute technologie que l’Amérique Latine et les Caraïbes ne possèdent pas.

Il faut en plus avoir un grand volume d’informations sur l’endroit ciblé, sur ses caractéristiques et sur les points les plus sensibles. La compagnie canadienne qui a construit la centrale possède tous ces éléments.

Ainsi donc, il s’agit incontestablement d’un sabotage venu de l’extérieur. Personne n’oserait penser que Juan Guaidó et sa clique ont la capacité d’entreprendre à eux seuls une opération d’une telle envergure.

Ce qui est aberrant c’est l’utilisation qu’a fait cet individu du sabotage. Il n’a pas hésité à mentir lorsqu’il a parlé d’un certain nombre de morts dans les hôpitaux y compris des enfants, ce que le président Nicolás Maduro a démenti avec fermeté.
De quoi parle cet individu président par intérim qui est content du fait qu’un groupe de Vénézuéliens soient supposément décédés à cause d’une cyberattaque contre le système de production et de transmission d’électricité.

Cela permet, chers amis, d’avoir une idée assez exacte de ce qui pourrait arriver à ce peuple frère au cas où, un jour, des gens comme Juan Guaidó, s’empareraient du pouvoir au Venezuela.

Il avait déjà démontré de quelle étoffe il est fait quand, depuis la Colombie, il a demandé une intervention militaire contre son pays. Serait-il disposé à être à la tête d’une telle attaque ? Combien de membres de sa famille serait-il disposé à voir mourir au cours des combats qui suivraient une invasion ?
Ni Juan Guaidó, ni Marco Rubio n’ont exprimé la moindre préoccupation pour les plus de 30 millions de vénézuéliens victimes de la coupure de courant, pour les enfants et les personnes âgées qui ont souffert et dont nombreux souffrent encore des conséquences de cette grave violation de leurs droits humains, un thème que la Patrie de Simón Bolívar devra dénoncer le moment venu devant les organisations internationales pertinentes.

Si l’on essayait de définir en termes précis des individus de cet acabit, l’on doit absolument utiliser les termes qu’a rendus historiques celui que l’on connaît sous l’appellatif de Ministre des Affaires Étrangères de la Dignité, Raúl Roa, au sujet des ennemis de la Révolution : ils sont, a-t-il dit, « la concrétion visqueuse de toutes les excroissances humaines ».

Reynaldo HENQUEN, 11 mars 2019.

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/185573-des-auteurs-d&#...
URL de cet article 34689
   
Communication aux lecteurs
PARIS - Rassemblement pour Julian Assange (Acte IV)
Samedi 20 avril 2019

Avec les Gilets Jaunes.

Participation aux cortèges avec panneaux et banderoles de soutien à Julian Assange

A l’appel de citoyens engagés

"Pas d’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis"

Un page de ressources sur Julian Assange
https://www.legrandsoir.info/julian-assange-prisonnier-politique-depui...

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.