RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Peu d’organisations humanitaires se préoccupent de ce problème crucial.

Des enfants travaillent dans les colonies de la vallée du Jourdain

Nabeel se réveille tous les jours à cinq heures du matin pour partir au travail. Il part à pied rejoindre des amis et des collègues de travail dont certains n’ont pas plus de 10 ans, pour aller à la colonie illégale de Tomer. Il a 13 ans, il habite dans un village de la Vallée du Jourdain qui s’appelle Al Fassayil. Nabeel n’a pas d’autre choix.

Le travail des enfants (palestiniens NdT) est un grave problème dans la Vallée du Jourdain. En 2008, le Bureau Palestinien Central des Statistiques a recensé plus de 7000 enfants de 5 à 17 ans qui y travaillent, la plus grande proportion de tous les Territoires Occupés de Palestine. Et depuis ce chiffre a augmenté.

Les statistiques sont en dessous de la réalité car beaucoup d’enfants (palestiniens NDT) qui travaillent au noir dans les colonies ne sont pas recensés. Ce manque d’information rendrait le problème difficile à solutionner même si la volonté politique de le résoudre existait.

L’âge légal du travail en Palestine a récemment été porté de 14 à 16 ans, mais ce changement ne s’est pas matérialisé sur le terrain. Les colons contournent la loi en sous-traitant le recrutement de sorte qu’ils n’ont pas de relation directe avec les mineurs qui n’ont aucun statut officiel d’employés ni aucuns droits. Mais cela n’empêche pas les colons d’être parfaitement au courant que des enfants travaillent dans leurs champs.

En 2007, le Ministre Israélien du Commerce et de l’Industrie a étendu la loi sur le salaire minimum aux Palestiniens employés dans les colonies juives mais cette loi n’est pas appliquée. Tandis que le salaire minimum en Israël est de 5,51 dollars, les Palestiniens qui travaillent dans les colonies gagnent 2 dollars l’heure et parfois moins. Pour une journée de huit heures avec seulement une demi-heure de pause, ils reçoivent environ 55 ou 60 shekels (15-16 $). Les enfants qui travaillent n’ont pas d’assurance et n’ont droit à aucunes vacances ni arrêt de travail en cas de maladie. Ils travaillent souvent sur des chantiers de construction qui ne répondent pas aux normes israéliennes de santé et de sécurité. Des accidents se produisent fréquemment et les victimes, qui ne bénéficient d’aucune protection sociale, sont simplement mises dehors.

Youssef est le directeur de l’école de Fasayil. Il me parle de son neveu qui fut gravement blessé suite à un accident avec un tracteur dans une colonie. Comme son employeur ne l’avait pas assuré et que le tracteur n’était pas non plus assuré il n’a eu droit à aucune indemnité. Sa famille a reçu une facture d’hôpital de 10 000 shekels. C’est seulement grâce "à la forte solidarité qui unit les familles du village" qu’ils ont pu payer les frais d’hôpital sans être complètement ruinés.

Bien que le problème de l’emploi des enfants dans les colonies des Territoires Occupés soit crucial, il y a peu d’organisations humanitaires qui s’en préoccupent. Iman Nijem, une des responsables des activités de Save the Children Angleterre, nous a dit que son ONG est la seule à s’occuper du problème en Palestine et cela ne fait qu’un an qu’ils se sont attaqués à la question.

Iman pense que l’occupation est responsable du développement catastrophique du travail des enfants. Dans la Vallée du Jourdain les Palestiniens sont soumis à des restrictions de déplacement particulièrement draconiennes parce que les colonies couvrent environ 50% du territoire sans compter les Zones Militaires fermées et les "réserves naturelles" qui rongent aussi les terres palestiniennes. Les colonies se sont aussi approprié la plus grande quantité de l’eau n’en laissant que vraiment très peu à l’agriculture palestinienne.

Comme la production palestinienne est handicapée et que les adultes ne peuvent pas gagner leur vie, les enfants sont la solution. Les envoyer travailler dans les colonies permet à leurs familles d’échapper à la pauvreté absolue même si leur travail au rabais fait progresser l’expansion des colonies qui étranglent la population palestinienne. Ce moyen de survivre sur le court terme engendre davantage de souffrances sur le long terme.

Il n’y a pas que dans les colonies de la Vallée du Jourdain que les enfants travaillent. Des sous-traitants du sud de Hébron ont été poursuivis cette année pour avoir introduit clandestinement des enfants la nuit dans des colonies pour travailler sur des chantiers de construction et dans les champs. Les employeurs eux-mêmes n’ont pas été condamnés.

Le système légal facilite l’emploi d’enfants. Dans le secteur C des territoires occupés c’est l’armée israélienne qui fait la loi et elle rechigne à poursuivre les colons israéliens. Le Ministre du Commerce et de l’Industrie, qui devrait normalement inspecter les colonies de Cisjordanie ne le fait presque jamais, sous prétexte qu’il n’en a pas les moyens.

Save the Children voudrait développer un système de supervision des enfants d’agriculteurs. En coopération avec les Ministère du Travail et des Affaires Sociales de l’Autorité Palestinienne, l’organisme tente de mettre en place un système de surveillance des enfants pour veiller à ce qu’ils ne soient pas employés à des travaux dangereux et qu’ils n’abandonnent pas l’école. Le projet comprend une formation professionnelle pour les enfants et des cours de sensibilisation pour les parents. Un programme similaire qui devait commencer en 2003 a du être interrompu par manque de financement.

Il faut espérer que ce nouveau projet mettra enfin en lumière les abus continuels et inadmissibles dont sont victimes les enfants palestiniens.

Pour en savoir plus sur the Jordan Valley Solidarity group : www.jordanvalleysolidarity.org

Pour consulter l’original : http://www.palestinemonitor.org/spip/spip.php?article1592

traduction : D. Muselet

URL de cet article 11876
  

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans toute idée, il faut chercher à qui elle s’adresse et de qui elle vient ; alors seulement on comprend son efficacité.

Bertolt Brecht

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.