RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des officiels écossais condamnent le soutien occidental aux néo-nazis ukrainiens

Les leaders occidentaux ne savent pas ce qu'ils font en soutenant les néo-nazis qui ont renversé le président démocratiquement élu d'Ukraine, a déclaré le leader du Parti Socialiste Ecossais, Colin Fox, à RIA Novosti.

Edimbourg. "Dans l’histoire récente de cette partie du monde, les nazis ont envahi l’Ukraine et un partie de la population a collaboré avec eux et une autre, plus noblement, a résisté aux Nazis," a expliqué Colin Fox.

"La haine profondément ancrée que l’on voit exploser aujourd’hui en est la conséquence," a dit Fox à RIA Novosti.

"Je pense que ce qu’on appelle l’Occident soutenait les néo-nazis ukrainiens depuis un certain temps et puis ils ont renversé le président élu de l’Ukraine," a ajouté Fox, qui est aussi membre du conseil d’administration de la campagne pour l’indépendance, Yes Scotland.

L’Occident voudrait que le monde entier glorifie la démocratie," a déclaré Fox.

"L’Occident ne sait pas ce qu’il fait. Ils jouent avec de la dynamite en Ukraine." La Conseillère Maggie Chapman, co-leader du Parti des Verts écossais, s’est associée à Fox dans sa condamnation de l’intervention US/UE en Ukraine.

"Ce qui arrive en Ukraine est très inquiétant," a déclaré Chapman à RIA Novosti.

Pour Chapman, les responsables de la montée de l’extrême droite – pas seulement en Ukraine mais dans toute l’Europe – sont les élites richissimes qui imposent des mesures d’austérité extrêmement impopulaires pendant que leurs propres fortunes augmentent.

"Dans une crise économique comme celle que nous vivons aujourd’hui, la seule raison pour laquelle ce sont les personnes pauvres, vulnérables et ordinaires qui sont la cible des mesures prises, c’est que les structures et les institutions de l’État sont au service des plus riches," a dit Chapman à RIA Novosti.

De son côté, Ruth Davidson, la leader du Parti Conservateur écossais qui suit la ligne du Premier Ministre anglais David Cameron, a non seulement refusé de condamner les leaders d’extrême-droite qui ont renversé le pouvoir en Ukraine par un coup d’État en février, mais elle a, accusé la Russie "d’agression" en reprenant les paroles du premier ministre intérimaire ukrainien, Arseniy Yatsenyouk.

Davidson a pris soin de "souligner" les "commentaires élogieux sur le président Poutine" du premier ministre écossais, Alex Salmond*, et a sèchement refusé de critiquer les autorités ukrainiennes. Quand RIA Novosti lui a demandé si les Conservateurs soutenaient les opinions antisémites et concernant le viol** d’officiels non élus de Kiev, le porte-parole de Davidson a répondu qu’il n’avait rien de plus à ajouter.

Notes :
* A ce sujet, voir l’article de Philippe Grasset : Le parallèle Ecosse-Ukraine à l’heure des référendums :
http://www.dedefensa.org/article-la_parall_le_ecosse-ukraine_l_heure_d...
** http://blogs.mediapart.fr/blog/xavier-d/020314/etat-des-lieux-des-neo-...

Traduction : Dominique Muselet

L’article original

URL de cet article 25579
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.