RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 
Les "grands médias" portent une responsabilité considérable dans cette guerre

Désinformation et guerre en Ukraine

Les analyses objectives de la guerre en Ukraine sont difficiles à trouver à travers l’épais brouillard de la propagande de guerre. Mais nous devrions prêter attention lorsqu’une série de hauts responsables militaires occidentaux, en activité ou à la retraite, lancent des appels urgents à la diplomatie pour rouvrir les négociations de paix. Par ailleurs, ils préviennent que la prolongation et l’escalade de la guerre risquent de provoquer une guerre totale entre la Russie et les États-Unis. Ce qui pourrait dégénérer en guerre nucléaire.

On dit que « la première victime de la guerre est toujours la vérité ». C’est juste, mais j’aurais aimé que ce ne soit pas le cas en Europe, en France. (Andreï Makine (1) ).

La propagande de guerre comprend des mensonges et des omissions.

1- Liste des « fausses nouvelles » qui circulent en France

*La Russie a déclenché la guerre en Ukraine le 24 février 2022. C’est un faux récit.
La responsabilité en incombe en partie à l’armée ukrainienne et à ses chefs à Kiev.
En 2014 éclate une guerre civile entre Ukrainiens pro-européen et Ukrainiens russophones. L’armée ukrainienne bombarde pendant 8 ans les populations russophones du Donbass (14 000 morts) accusées de « séparatisme » (2014-2022).
En fait, ces Républiques ne cherchaient pas à se séparer de l’Ukraine, mais à avoir un statut d’autonomie leur garantissant l’usage de la langue russe comme langue officielle officielle. (cf Jacques Baud) (2).
L’objectif des accords de Minsk était de mettre fin à cette guerre civile qui a commencé en 2014 après le coup d’État du Maïdan soutenu par les Etats-Unis. Il incombait aux deux garants du traité, l’Allemagne et la France, de s’assurer que les deux parties (l’Ukraine, alors présidée par Petro Porochenko (3), et le Donbass) respectent les termes de l’accord. Ces accords n’ont jamais été respectés. Russes et Ukrainiens se sont accusés mutuellement d’avoir rompu le cessez-le-feu, premier article des accords. Mais, en décembre 2021, l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a déclaré dans une interview à un journal allemand ( Die Zeit) que le plan était de gagner du temps pour préparer l’Ukraine à mener une guerre contre la Russie ( entrainement des soldats, envoi de conseillers militaires, livraisons d’armes...) . Donc, clairement, dès le début, les États-Unis avaient l’intention de provoquer une guerre avec la Russie.

Qui sont les plus responsables, ceux qui font les guerres ou ceux qui les provoquent et les rendent ainsi inévitables ?
*Le politologue américain John Mearsheimer(4), dans sa conférence internationale, déclare que les États-Unis et l’OTAN sont tous responsables de l’effusion de sang en Ukraine. "L’histoire condamnera sévèrement les États-Unis pour leur politique étonnamment insensée envers l’Ukraine", conclut l’auteur.

* « L’élargissement de l’OTAN serait l’erreur la plus fatale de la politique américaine de toute l’ère de l’après-Guerre froide. » On peut lire cette phrase dans un texte écrit par George F. Kennan(5) le 5 février 1997 et publié par le New York Times. Malgré cela l’OTAN n’a cessé de s’étendre vers l’est, armant des bases militaires en Roumanie et en Pologne. Si maintenant l’Ukraine adhère à l’OTAN, la perspective de voir des missiles installés à sept minutes de vol de Moscou est intolérable pour la Russie. A-t-on oublié que Kennedy était prêt à déclencher une guerre nucléaire (en 1962) si les Soviétiques installaient des missiles à Cuba ? Finalement la crise a été résolue par une contrepartie pragmatique, par laquelle les Soviétiques ont retiré leurs missiles de Cuba et les États-Unis ont retiré leurs missiles de la Turquie.
*De Jens Stoltenberg secrétaire général de l’OTAN depuis le 28 mars 2014, en conférence de presse du 13 courant (février 2023) : « En fait, depuis 2014, l’OTAN a mis en œuvre les plus grands renforcements de la défense collective en une génération, parce que la guerre n’a pas commencé en février de l’année dernière. Elle a commencé en 2014. Et cela a déclenché une grande adaptation de notre Alliance avec une plus grande préparation des forces, avec plus de présence dans la partie orientale de l’Alliance, avec plus d’exercices ».[ Alliance = OTAN ]

Source : https://www.nato.int/cps/en/natoh/opinions_211689.htm?selectedLocale=en,

La traduction officielle en français n’est pas disponible.
Jens Stoltenberg est le responsable le plus qualifié pour réfuter ce mensonge mille fois répété : « C’est Poutine qui a déclenché la guerre en envahissant l’Ukraine le 24 février 2022 ». Encore un coup où les complotistes avaient raison, et là c’est le patron de l’OTAN lui-même qui le confirme publiquement.

* Poutine veut recréer la « Grande Russie » envahir l’Ukraine, la conquérir, puis continuer sa guerre de conquête vers l’ouest ...C’est faux

Dans aucun de ses discours V. Poutine n’a fait de telles déclarations. Lorsqu’il a décidé d’entrer en Ukraine ses objectifs étaient : démilitariser et dénazifier l’Ukraine afin de protéger les populations russophones. Il n’a jamais dit qu’il voulait renverser le gouvernement de Kiev ni occuper le pays (discours du 16 mars 2022). La Russie n’a absolument pas les moyens matériels et humains pour occuper un grand pays comme l’Ukraine, a fortiori au-delà...

* La Russie est isolée sur le plan international : c’est encore faux

Lors des votes à l’ONU pour imposer des sanctions économiques, financières, commerciales, culturelles et diplomatiques à la Russie, une majorité de pays africains, asiatiques et latino- américains se sont abstenus, quelques-uns ont voté contre. Les plus déterminés sur les sanctions sont les Etats-Unis et l’Union européenne.

* A propos de la centrale nucléaire de Zaporijia et des gazoducs : de fausses accusations
L’armée russe est entrée en Ukraine le 24 février 2022 et une de ses premières opérations a été la mise en sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijia : le 4 mars l’armée russe l’occupe afin de prévenir tout incident (ou accident). C’est la centrale la plus importante d’Europe qui alimente en électricité la moitié du pays. Et en août cette centrale est bombardée. Le journal Le Monde titre « Kiev et Moscou s’accusent de nouvelles frappes sur le site de la centrale nucléaire de Zaporijia »

Zelinsky affirmera longtemps que ce sont les Russes qui bombardent la centrale : comment peut-on avaler de tels mensonges ? Les Russes seraient assez idiots pour bombarder leurs propres soldats ?

Tout comme, quelques mois plus tard ils auraient sabordé leurs gazoducs Nord Stream I et II qui leur ont coûté très cher et qui leur rapportent gros ? Très récemment un journaliste étatsunien Seymour Hersch(6) a révélé que ce sont les Nord-Américains avec l’aide des Norvégiens qui ont saboté les gazoducs et non les Russes.
https://www.francesoir.fr/politique-monde/l-us-navy-et-la-norvege-derr...

2- Les omissions , ce que les grands médias ne disent pas ...
* L’armée ukrainienne a bombardé les Républiques dissidentes du Donbass de façon sporadique dès 2014, faisant quelque 14 000 victimes en 8 ans. Qui en a parlé, qui a protesté, en France , en Europe ? Silence radio...

* Les promesses occidentales faites à l’URSS à la fin de la guerre froide - l’Otan ne s’étendra pas vers l’est - n’ont pas été tenues. L’OTAN n’a cessé de s’élargir progressivement pour « encercler » la Russie (1999, 2004, 2009, 2017, 2020) . Quels journaux français ont divulgué cela et tiré la sonnette d’alarme ?
*Conférence ( annuelle) de Munich de 2007 ( Alfred de Zayas(7))

Il y a seize ans, le 10 février 2007, le Président russe Vladimir Poutine a prononcé un discours historique lors de la conférence de Munich sur la sécurité. C’était une formulation claire de la politique étrangère russe de l’après-guerre froide, axée sur la nécessité du multilatéralisme et de la solidarité internationale. Les grands médias n’ont pas donné beaucoup de visibilité à l’analyse de la sécurité de Poutine en 2007, et ils ne le font toujours pas. Pourtant, cela vaut la peine de revenir sur ce discours.

Le président russe développe sa vision de la sécurité en Europe : "Il me semble évident que l’élargissement de l’Otan n’a rien à voir avec la modernisation de l’alliance ni avec la sécurité en Europe. Au contraire, c’est une provocation qui sape la confiance mutuelle et nous pouvons légitimement nous demander contre qui cet élargissement est dirigé." Ce jour de 2007, Vladimir Poutine a donc posé les principes qui guident depuis la diplomatie russe : l’existence même de la Russie est menacée par la présence à ses frontières de pays membres de l’OTAN avec des bases militaires. Les grands médias portent une responsabilité considérable dans le fait qu’ils n’ont pas informé le public du discours de Poutine et de ses offres répétées de négocier de bonne foi, comme l’exige l’article 2, paragraphe 3, de la Charte des Nations unies.

* Les négociations entre Russes et Ukrainiens sabotées à plusieurs reprises par les Britanniques et les Etatsuniens (mars puis avril -mai 2022)

Quelques jours après le début de la guerre en Ukraine, le New York Times a rapporté que « le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé au Premier ministre israélien, Naftali Bennett, de servir de médiateur pour des négociations à Jérusalem entre l’Ukraine et la Russie ». Bennett ajoute que les États-Unis ont bloqué ces tentatives d’accord de paix entre la Russie et l’Ukraine.

Selon Bennett, les concessions que chaque partie était prête à faire comprenaient le renoncement à l’adhésion future de l’Ukraine à l’OTAN et, du côté russe, l’abandon des objectifs de « dénazification » et de désarmement de l’Ukraine.
En mars de l’année dernière, Niall Ferguson (8) a rapporté que des sources au sein des gouvernements étasunien et britannique lui avaient confié que le véritable objectif des puissances occidentales dans ce conflit n’était pas de négocier la paix ou de mettre fin rapidement à la guerre, mais de la prolonger afin de « saigner Poutine » et de parvenir à un changement de régime à Moscou. Ferguson en conclut que « les États-Unis ont l’intention de poursuivre cette guerre ».

L’empire US obtient tout ce qu’il veut de cette guerre par procuration. C’est pourquoi il a sciemment provoqué cette guerre, c’est pourquoi il a saboté à plusieurs reprises les efforts de paix dès le début de la guerre , et c’est pourquoi cette guerre par procuration n’a pas de stratégie de sortie.

https://www.investigaction.net/fr/loccident-a-sabote-la-paix-en-ukrain...

»» https://www.investigaction.net/fr/loccident-a-sabote-la-paix-en-ukrain...

Notes
(1) Andreï Makine né en Sibérie, a publié une douzaine de romans traduits dans plus de quarante langues. Il a été élu à l’Académie française en 2016. Il donne un entretien d’une grande lucidité au FigaroVox ( à lire ici : https://lepcf.fr/Andrei-Makine-Pour-arreter-cette-guerre-il-faut-comprendre- les-antecedents-qui )
(2) Jacques Baud est un ancien colonel de l’armée suisse, analyste stratégique, spécialiste du renseignement et du terrorisme, chef de la doctrine des opérations de la paix pour les Nations Unies et chef de la lutte contre la prolifération des armes légères, à l’OTAN. Auteur dernièrement de “OPERATION Z”.
(3) Petro Porochenko : président de l’Ukraine du 7 juin 2014 au 20 mai 2019. Il a fait fortune dans le chocolat. Dans le reportage de Anne Laure Bonnel sur le Donbass, voyez le discours de Porochenko (dès le début, moins d’une minute)
https://www.youtube.com/watch?v=CWSYY4KL76E
(4) John Mearsheimer ancien officier de l’armée de l’air américaine, est un spécialiste des relations internationales.
(5) Georges F. Kennan (1904-2005) est un diplomate, politologue et historien américain dont les idées ont eu une forte influence sur la politique des États-Unis envers l’Union soviétique au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Profondément anti communiste et anti soviétique, après la chute de l’URSS il pense qu’il ne faut pas tourner le dos à la Russie et reproduire la guerre froide.
(6) Seymour Hersch est un célèbre journaliste d’investigation américain lauréat du prix Pulitzer en 1970 pour avoir dévoilé, dans un reportage, le massacre commis par des militaires américains dans le village de My Lai pendant la guerre du Vietnam. Il a aussi dévoilé les tortures commises par des soldats US dans la prison d’Abou Ghraib en Irak.
(7) Alfred de Zayas est un historien, juriste et écrivain de nationalité américaine et suisse. Il est haut fonctionnaire des Nations Unies pendant 22 ans (1981-2003), secrétaire du Comité des droits de l’Homme. Actuellement, il est professeur de droit international et relations internationales à l’École de diplomatie et de relations internationales de Genève
(8) Niall Ferguson est un historien britannique


URL de cet article 38532
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.