RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
20 

Deux inspecteurs du travail abattus comme des chiens.


... Et on plaint le pauvre fermier ?


3 septembre 2004


La façon dont le sujet est traité comme un fait divers fait mal au coeur.
La presse ne cherche pas a expliquer comment cela a pu être possible.
Comment et pourquoi le cerveau dérangé d’un patron qui fraude, exploite
honteusement des pauvres "saisonniers "au noir", ne les déclare pas, peut être amené a assassiner deux agents de contrôle chargés de faire respecter les lois de la République, le Code du travail...
Sans doute que le Medef voulant supprimer, comme il le dit, dans son université d’été, le Code du travail, finit par conditionner les esprits, pour banaliser ainsi, au rang de "faits divers", un crime sans précédent !
C’est la première fois dans l’histoire que le fanatisme libéral, anti-règle, anti-loi, anti-droit des salariés, aboutit à ce que deux inspecteurs du travail soient abattus comme des chiens, l’un de face, au fusil, l’autre, une jeune femme de 40 ans, de dos alors qu’elle tentait de s’enfuir...
C’est la barbarie de la chienlit libérale qui se traduit là ...
Le patron, ancien, militaire, avait annoncé à l’un de ses proches " Tu va voir, je serai dans les journaux et pas en bien..." il a tenté de se faire justice, mais il s’est raté, alors qu’il n’a pas raté nos deux collègues...
Le patron esclavagisait des cueilleurs de prunes, il ne voulait pas respecter leurs droits, leurs salaires, leurs contrats, alors il a tiré lâchement... Que l’on ne nous dise pas qu’il était "dérangé" , son acte était prémédité, en refusant le code du travail et un contrôle , il appliquait le programme ultra-libéral du Medef...

Comment traiter cela comme un fait divers, dans ce contexte, où l’on rabaisse les salariés, où l’on explique qu’ils doivent travailler plus en gagnant moins, ou l’on accable le Code du travail en affirmant qu’il empêche de faire des profits encore plus immenses ? Il faut casser les 35 h selon le gouvernement ? Mais 25 % des 800 000 saisonniers travaillent illégalement 56 h par semaine, et 18 % d’entre eux n’ont pas de contrat de travail , ne sont pas déclarés...
Il y a seulement 427 inspecteurs du travail et 813 contrôleurs pour faire respecter 400 lois et 8000 décrets, pour défendre le droit de 7,8 millions de salariés qui travaillent dans 97 % des entreprises qui ont moins de 50 de salariés, et au total pour 15,5 millions de salariés du prive, qui n’ont guère de syndicats, pas de délégués du personnel, pas de comite d’entreprise dans leur immense majorité...

Que fait la République pour défendre le droit contre la fraude quand un patron sur deux est un délinquant et ne paie pas les heures supplémentaires au taux légal ? Des milliards d’heures supplémentaires passent ainsi à l’as, ce qui produit moins de cotisations sociales, moins de retraites, moins de santé, moins de salaire, plus de chômeurs..

Lorsque deux journalistes sont odieusement menacés, on sait tout d’eux, de leur famille, de leur combat pour l’information... Il y a une mobilisation nationale pour les sauver, on s’unit tous pour cela, ils vont peut-être revenir... mais nos deux collègues ne reviendront jamais.
Là il y a deux inspecteurs du travail, un homme, une femme, abattus comme des chiens et on ne sait rien d’eux, de leur famille, de leur travail...

Ou est l’émotion, le scandale, l’indignation, la révolte ?

Quand deux gendarmes sont abattus, cela fait la "une " des journaux.
Mais quand il s’agit de la sécurité au travail, le ministère de l’agriculture plaint "toutes les familles ds victimes" (et donc celles de l’agriculteur) et le ministre du travail attend six heures avant de faire un communique, les médias du soir ne reflètent pas en "une" le crime commis à 16 h 30 !

Ou est l’occasion de dire stop au délire libéral qui voudrait supprimer l’inspection du travail ? N’est-ce pas l’occasion d’expliquer au public ce qu’est ce métier, cette mission ?

Les organisations syndicales vont-elles laisser faire sans appeler à une mobilisation, des esprits, des salariés ? C’est la premier fois dans l’histoire qu’un tel assassinat se produit, atteinte aux fonctions de l’inspection, pourtant protégée par l’Oit et chargée "d’alerter les gouvernements en place sur le sort qui est fait aux salariés".

Les accidents du travail augmentent, les maladies professionnelles aussi.
Les licenciements abusifs aussi, on ne peut laisser traiter cet évènement comme un fait divers...
Il faut en tirer toutes les leçons, expliquer le rôle essentiel de l’inspection dans le monde (trois inspecteurs ont été abattus au Brésil il y a quelques mois) et en France.

Gérard Filoche, inspecteur du travail, pour Démocratie & Socialisme.


Vendredi 3 septembre 21h 17


Comment évolue la déjà scandaleuse version média sur l’assassinat des deux inspecteurs du travail...

On ne parle toujours pas d’assassinat
Nulle part,

à’n oublie le patron, ex militaire, embrouillé dans des affaires, délinquant déjà , qui, pendant une semaine ( au moins...) se dit : je vais en tuer un,
puisqu’il affirme une semaine avant à Dominique Bagard, témoin direct du drame, (demandez lui son témoignage) : " on va parler de moi dans le journal et pas en bien".

Ce patron, excédé par des histoires familiales, rumine, esprit étroit, entretenu par les discours, sur la "liberté du travail" (la liberté d’exploiter) ( la liberté d’avoir des esclaves qu’on exploite, dont on ne respecte pas les droits... Pour s’en sortir soi-même)

Gaymard n’a pas toujours pas condamné
Raffarin n’a toujours rien dit...

Ni Chirac, deux inspecteurs du travail assassinés, pas un mot de Chirac,
Il aime trop les agriculteurs ?

Deux agents de contrôle,
un homme de 45 ans
Une femme de 41 ans,
Leur famille, la presse n’en parle pas comme il faudrait, certes, elle en parle, en insistant elle en parle, mais pas à la hauteur de l’évènement !

C’est pas comme s’il s’agissait de deux journalistes
Ou de deux enfants en Ossetie,
Pourtant ils ont été ASSASSINES
Chez nous,
pas au Brésil (3 inspecteurs ont été assassinés au Brésil en janvier parce qu’ils contrôlaient des propriétaires terriens)
Où est la sécurité
Où est l’impunité zéro ?
Qu’est-ce que ce serait sur Tf1 si on voulait prôner l’insécurité ? En montrant les deux pauvres victimes dont nul n’a mentionné le nom, dont nul n’a parlé de la famille dont nul n’est allé interviewer un proche, un compagnon, une femme ?

TF1 vient avec prudence de dire à 20 h 23 ce vendredi 4 au soir que 4 des ouvriers saisonniers, "selon eux" disent que l’agriculteur assassin n’avait rien à se reprocher..
Alors pourquoi a t il tué ? Et pourquoi y avait-il 12 saisonniers ?
Ou sont passés les autres, qui ne parlent pas devant la caméra ?
Forcément , il n’y a pas eu de contrôle, le meurtrier a fait son oeuvre avant !
Ca continue avec ceux qui préfèrent parler de "la désespérance paysanne" invoquée par ceux qui disent qu’il a "pété les plombs", c’est pas grave, quoi, y’a réciprocité de "valeur" entre un (patron) paysan inquiet et des fonctionnaires tracassiers n’est-ce pas ?
Défendre les droits c’est tracassier ? Contrôler les lois de la république, les droits des salariés, c’est tracassier ? Ce "pauvre" exploitant du Périgord a la sympathie de "France bleu" , de "France info" local...
On n’interviewe pas la famille des assassinés mais les voisins du criminel !
On ne saura rien sur les pauvres diables de fonctionnaires, ils n’ont qu’à pas être fonctionnaires !
Si c’était un pauvre ouvrier agricole, pas pote du maire, pas exploitant Fnsea, pas ancien militaire, que dirait-on ?

On se croirait dans l’Amérique sudiste !

Si un saisonnier avait tué son patron qui le faisait cueillir des prunes au noir, ca ne serait pas traité comme ça, n’est-ce pas ?

Après les prunes l’assassin se préparait aux vendanges.

Quel journal, quelle dépêche a fait le lien avec les 800 000 saisonniers dont 18 % ne sont pas déclarés, et dont 25 % travaillent 56 h sous payées , surtout pas Raffarin, ni Boorlo, ni le Medef et pas Gaymard bien sûr !
Aucun journal, aucune radio, n’a fait ce lien !

Tout le monde essaie de traiter cela comme un cas isolé, spécial, à part, d’un fou, sans lien avec les questions sociales, avec le droit du travail, avec la sécurité, avec les lois de la republique !

Mais "on" a assassiné pour la première fois en France deux inspecteurs de 45 et 41 ans comme des chiens et on croit que ca va passer à l’as ? On ne laissera pas faire ?

L’afp a fait son boulot, cinq dépêches y compris la reprise des communiqués syndicaux mais que fait l’audiovisuel ?

Que fait Libé, que fait Le Monde ?

Traitement routinier de ce "fait divers"
Alors que c’est un crime social !
C’est un assassinat historique !
Un crime au nom du libéralisme contre le respect du droit du travail...
Raisins de la colère à l’envers !

"Paysan désespéré", mais tous les paysans ne sont pas les mêmes,
Propriétaires et ouvriers agricoles !
Et ce propriétaire assassin pourquoi l’excuser en disant c’est un cas isolé, il a pêté les plombs, il etait trop contrôlé, et puis quoi encore ?

Amis journalistes cette actualité n’est pas bouclée, les obsèques, c’est mardi, mercredi, la vérité doit se faire jour

Le scandale de l’assassinat de deux inspecteurs du travail pour la première fois dans l’histoire de notre pays doit éclater !

Bien à vous, Gérard filoche


Deux inspecteurs du travail assassinés en Dordogne : diffusion documentaire sur France 2.


["Vous devez être ceux qui menacent, pas ceux qui sont menacés. Vos dents doivent rayer le parquet."
M. André Daguin, patron ultra réactionnaire de l’hôtellerie.]


Les intégristes libéraux, le « contrat nouvelle embauche » et l’explosion qui vient, par Gérard Filoche.



URL de cet article 1754
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Mai 68 : Histoire sans fin
Gérard FILOCHE
Nicolas Sarkozy accuse mai 68 d’avoir « imposé le relativisme intellectuel et moral », « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique ». Il aime à dire que « Les héritiers de ceux qui, en mai 68, criaient " CRS = SS " prennent systématiquement le parti des voyous, des casseurs et des fraudeurs contre la police », avant d’ajouter : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes ». Selon (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.